A comme Association (série) / Bottéro et L’Homme

Insert Book vous présente aujourd’hui une série de fantasy bien de chez nous, et ce dans tous les sens du terme : non seulement les deux auteurs sont français, mais l’intrigue se déroule dans notre monde, à notre époque. Pierre Bottéro et Erik L’Homme, deux maîtres de la littérature jeunesse fantasy, se sont un jour associés et ont réenchanté notre monde pour le plus grand plaisir des lecteurs.

A tous ceux qui ont rêvé un jour d’avoir des pouvoirs surnaturels et de sauver le monde, ou plus modestement leur quartier, plongez sans plus attendre dans la série A comme Association.

Les volumes de la série mis en scène

Les tomes de la série – mise en scène Geek-It

Fiche technique

Auteurs : Pierre Bottéro et Erik L’Homme, tous deux français

Editeurs : Gallimard Jeunesse et Rageot

Genre : Fantasy (fantasy urbaine)

Nombre de tomes : 8 (environ 150 pages par tome)

Niveau : Lecteur moyen

Bibliochimie

Si un alchimiste voulait recréer cette série dans son alambic, quels ingrédients pourrait-il utiliser ?

– Le Paris d’aujourd’hui

– Une bonne louche de surnaturel

– Des personnages attachants et hauts en couleur

– Beaucoup d’humour

Les auteurs

Pierre Bottéro

Pierre Bottéro est tombé dans l’écriture un peu par hasard, en voulant donner un coup de main à l’une de ses filles, qui voulait participer à un concours d’écriture. Depuis, il a écrit de nombreux romans pour la jeunesse, dont, pour citer les plus connues, la saga d’Ewilan (deux trilogies) et le Pacte des Marchombres (trois volumes). Instituteur des écoles jusqu’en 2005, il s’est ensuite consacré entièrement à l’écriture de ses romans.

Bon vivant, chaleureux comme la Provence qu’il aimait tant, Pierre Bottéro ne put hélas pas voir le projet être mené à son terme. En effet, l’auteur est mort en avril 2009 dans un accident de moto, laissant achevés mais non-relus les manuscrits de deux volumes d’A comme Association. Ces tomes furent donc publiés à titre posthume, après qu’Erik L’Homme, après mûre réflexion, ait décidé de mener seul le projet à son terme. Ce dernier écrit dans son introduction « [Ces deux manuscrits] Je les ai relus, j’ai corrigé ce qui me semblait devoir – pouvoir – l’être. Pas plus. »

Erik L’Homme

Erik L’Homme est historien médiéviste (spécialiste du Moyen-âge, donc) de formation ; mais bannissez tout de suite de votre esprit le stéréotype du chercheur poussiéreux de votre esprit. En effet, après avoir passé sa maîtrise à l’Université de Lyon, il a voyagé pendant plusieurs années, passant entre autres par la Malaisie, les Philippines, la Thaïlande, le Pakistan. Dans ce dernier pays, il a même effectué une expédition de plusieurs mois, sac au dos, à la recherche d’un « homme sauvage », une sorte de Yéti. Aventurier donc, Erik L’Homme, mais aussi un peu mage à sa façon, cherchant à nous apporter un peu de merveilleux en poussant à changer le regard que l’on porte sur le monde. Dans une interview du Figaro datant de 2010, à la question « pourquoi croire au yéti ? » il répondait « Pour étoffer le champ des possibles. Notre pauvre monde, rongé par la grisaille d’une uniformisation galopante, mérite d’être réenchanté ».

Aujourd’hui, l’auteur partage son temps entre l’écriture et ses voyages.

L’histoire

Concilier les cours avec les copains lorsqu’on est ado, c’est un défi. Mais pour Ombe et Jasper, l’exercice est encore compliqué par le fait de devoir cacher aux autres leurs activités extrascolaires auprès de l’Association, pouvant comprendre entre autres l’arrestation d’un vampire ou l’expulsion d’un groupe de gobelins d’un lycée parisien.

L’intrigue suit deux agents – stagiaires – de l’Association. Cette dernière est une organisation chargée de gérer les rapports des Anormaux, à savoir les créatures magiques et surnaturelles telles les gobelins, vampires et affiliés, à l’aide des Paranormaux, des humains qui, au lieu d’être Normaux, ont un petit quelque chose en plus qui leur permet d’accomplir leurs missions.

Les personnages

– Ombe

Blonde aux yeux bleus, athlétique, cette québécoise de dix-huit ans a débarqué de la Belle Province pour venir intégrer le bureau parisien de l’Association. Franche au point d’en devenir brutale, elle apprécie qu’on lui fiche la paix et n’hésite pas à poser des limites aux enquiquineurs de manière aussi directe qu’énergique. Quand on cherche Ombe, on la trouve, et généralement on le regrette rapidement.

– Jasper

Noir de cheveux et d’yeux autant que de garde-robe, Jasper, parisien de quinze ans, se reconnaît avant tout à sa passion pour les jeux de mots, dont il émaille autant ses pensées que sa conversation. Hélas, un zeste de timidité associé à une bonne louche de maladresse l’empêche de briller en société autant qu’il l’aimerait. Mais on le lui pardonne volontiers tant ses réflexions sont un réel plaisir pour les yeux.

Trois autres personnages, Walter, Mme Rose et le Sphinx, joueront un rôle d’importance dans l’histoire, mais mieux vaut vous laisser les découvrir in libro, tant les auteurs les ont introduit avec maestria.

Les styles

Puisqu’il y a deux auteurs, il y a forcément deux styles d’écriture.

Celui de Pierre Bottéro est tout en efficacité, reflétant la franchise de son personnage. Il joue beaucoup sur la mise en page, se servant des paragraphes pour rythmer la lecture et la rendre plus proche du déroulement des pensées du personnage. Il n’a d’ailleurs pas peur de faire un chapitre d’un seul mot, juste pour donner l’impact voulu à la narration.

Du côté d’Erik L’Homme, avoir personnage adepte du jeu de mots a donné des ailes à son écriture, et du coup tous les moyens sont bons pour insérer un bon mot : noms de rue, commentaires in petto du personnage, titres de livres cités par le personnage, tout y passe. Et c’est tellement bien fait qu’on en redemande avec bonheur ! Le tout servi également par un jeu sur la mise en page qui rythme la lecture.

Avis de la Rédac’

Mikaua – Une série pour la jeunesse qui sait ravir tous les publics. L’histoire est prenante. Les personnages sont attachants et très humains, ils nous font sourire et nous émouvoir en écho avec eux. On sent à la lecture tout le plaisir que les auteurs ont pris à nous raconter cette histoire. Les tomes se lisent à une vitesse ahurissante, tant ils sont prenants et tant les styles sont fluides. A peine arrivé au bout d’un tome, on n’a qu’une envie, c’est d’ouvrir le suivant. Un grand merci à Erik L’Homme pour, malgré la mort de son ami Pierre Bottéro, avoir décidé de continuer le projet et nous permettre ainsi de connaître à notre tour l’Association.

Sources

– Les tomes de la série

– Différents articles parus dans le Figaro (liens trouvables sur l’article wikipédia des auteurs)

– Wikipédia

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *