A la poursuite de demain

TomorrowlandTous les adolescents ont un jour eu l’impression de ne pas être à leur place dans le monde qui les entoure, et Casey ne fait pas exception à la règle. Rêveuse, un peu marginale et dotée d’un optimisme à toute épreuve, sa vie changera à jamais quand elle découvrira qu’il existe un lieu, hors du temps et de l’espace, où tous ses rêves peuvent devenir réalité ; un monde où la seule limite est celle de son imagination, un monde nommé Tomorrowland.

Informations techniques

L'affiche du film

L’affiche du film

  • Titre original : Tomorrowland
  • Titre français : A la poursuite de demain
  • Date de sortie : 2015
  • Durée : 130 minutes
  • Réalisateur : Brad Bird
  • Avec : George Clooney, Hugh Laurie, Britt Robertson
  • Production : The Walt Disney Company France
  • Genre : Science Fiction, Aventure
  • Nationalité : Américain

Résumé de l’histoire

Casey est une adolescente brillante bien qu’un peu en marge de la société. Très curieuse de nature, elle s’intéresse à tout ce qui touche aux sciences avec une compréhension intuitive assez rare chez quelqu’un de son âge. La vie de Casey sera pourtant bouleversée quand elle tombera sur un badge qui, lorsqu’on le touche, permet de se projeter dans un monde totalement différent du nôtre. Très vite cependant, Casey comprendra qu’il s’agit d’un monde réel et que le badge est une invitation à le rejoindre. Aidée par Frank, un ancien inventeur de génie qui semble avoir perdu tout optimisme, elle tentera de rallier ce monde afin de découvrir les secrets qu’il renferme. Mais la beauté du monde qu’ils ont découvert par le biais de leur invitation cache de bien sombres secrets sous son vernis de rêve.

La fameuse ville qui cristallise tous les espoirs de ceux reçoivent le pins

La fameuse ville qui cristallise tous les espoirs de ceux reçoivent le pins

Du parc à thème au film

Toutes les personnes ayant visité l’attraction Tommorowland de Disneyland ne pourront passer à côté du parallèle entre le film et le parc à thème. En réalité, il s’agit là bien plus que d’un parallèle, puisque le film est directement inspiré de l’attraction du même nom, comme le furent les films Pirates des Caraïbes. « A la poursuite de demain » reprend donc l’idée de base de l’attraction et s’inspirera de nombreux éléments qui s’y trouvent comme éléments clés de l’histoire. Utilisant également les décors de diverses attractions, comme « Carousel of Progress » à Walt Disney Resort en Floride, ainsi que dans le manège « It’s a Small World » dans le Disneyland californien. Dans plusieurs scènes, Brad Bird utilisera également une autre attraction de renom, « Space Mountain », pour figurer en arrière-plan de l’affiche promotionnelle.

Avis de la Rédac’

Keul : Jusqu’à peu, je ne connaissais pas du tout ce film et je n’en avais d’ailleurs jamais entendu parler. Après m’être renseigné sur le film, il semblerait malheureusement qu’il s’agisse d’une généralité, tant le lancement et la promotion du film ont été mal gérés par Disney. Vraiment dommage, car cela faisait quelque temps que je n’avais pas été happé par un film de la sorte. L’univers développé, les thématiques abordées, comme la fin du monde programmée, la possibilité d’évoluer dans un monde hors du temps et de l’espace développé par les plus grands rêveurs que notre monde ait connu, mais aussi le fait que tout fut mis en place par certains des plus grands philosophes, littéraires et scientifiques de notre monde à vraiment de quoi être intéressant. Le film est également abordé d’une manière à ce que le spectateur n’ait pas toute les réponses au début. Celles-ci arrivent petit à petit, mais d’autres viennent les remplacer au fur et à mesure que le but véritable de Tomorrowland se dévoile. Au final, le climax du film n’apparaît que très tard et tout finit par s’accélérer dans les dernières minutes du film avant d’arriver à la conclusion finale, porteuse d’espoir pour l’humanité qui était jusque là condamnée à disparaître. Un bon film qui mériterait d’être connu et visionné.

Xefed : George Clooney en héros désabusé et Hugh Laurie en méchant blasé qui a perdu fois en l’humanité, voilà, les bases sont posées ! J’irais bien jusqu’à dire What Else, mais cette plaisanterie serait de mauvais goût. Comme Keul, je ne connaissais pas du tout ce film et je n’en avais jamais entendu parler avant de tomber dessus au cours d’une de mes rares soirées télé. Après, le message écologique et la critique de l’humanité qui est trop fainéante pour tenter de sauver sa planète n’est pas nouvelle, mais la thématique fonctionne bien et son traitement n’est, pour une fois, pas trop cliché à mon goût. Le film, bien qu’il ne transcende pas le genre, a au moins le mérite de proposer une approche nouvelle qui le rend intéressant. Malheureusement, comme à chaque fois qu’on propose quelque chose de nouveau, qui s’éloigne un peu des sentier battu, le public n’est pas content et le film fait un flop. Vraiment dommage, car au final le film mérite d’être vu.

Mikaua : J’avais vaguement entendu parler de Tomorrowland pour son casting, mais autrement ce film s’est fait si discret en salles obscures qu’il m’était sorti de la mémoire. Au visionnage, j’ai découvert un film qui aurait mérité davantage d’effort marketing pour le mettre en avant. L’histoire est intéressante, construite de manière à amener au fur et à mesure ses révélations comme autant de pierres qu’on enverrait à travers un vitrail pour exposer la vérité qui se cache derrière le verre coloré. Si la personnage joué par Clooney ne m’a pas plus intéressé que cela, personne d’autre qu’Hugh Laurie n’aurait pu tenir le rôle de l’antagoniste – et notez ce terme : antagoniste, pas méchant. Son grand discours de révélation tient debout grâce au charisme de l’acteur, à tel point qu’il donnerait envie de se tasser dans son fauteuil comme si on venait de se prendre un sermon bien mérité ! Au final un agréable visionnage.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *