Appleseed

Alors que le monde a sombré dans le chaos suite à la troisième guerre mondiale, la ville utopique d’Olympus tente d’imposer son projet Appleseed, visant à instaurer la paix dans reste du monde. Mais les hommes sont-ils réellement prêts à renoncer à leur liberté pour vivre dans un monde parfait ?

Informations techniques

appleseed tome 1

Le visuel du tome 1

  • Titre : Appleseed
  • Auteur : Masamune Shirov
  • Origine : Japon
  • Type : Shōnen
  • Sous-catégorie : Mangas
  • Genre : Cyberpunk, Science-fiction
  • Éditeur : Glénat
  • Sens de lecture : Français
  • Année : 1985
  • Nombre de tomes parus : 5
  • Statut : Terminée
  • Âge conseillé : 16+
  • Langue : français

L’histoire en quelques mots

Alors que les tensions dans le monde atteignaient leur paroxysme, ce qui devait fatalement arriver arriva : la troisième guerre mondiale éclata et disloqua les grandes puissances du monde, ne laissant que des ruines en lieu et place des grandes villes et plongeant le monde dans le chaos. Malgré tout, de nouvelles cités virent le jour et tentèrent de se relever de ce cataclysme. Parallèlement, d’autres hommes survivants décidèrent d’abandonner la civilisation pour vivre reclus dans les ruines des anciennes cités. C’est dans l’une de ces cités que la jeune Dunan et Briareos – un homme devenu cyborg à la suite d’un accident – ont décidé de se retirer après avoir exercé plusieurs années dans le SWAT. Après plusieurs années, ils seront finalement contactés par la cité d’Olympus, une cité utopique leur proposant de rejoindre les rangs des humains désirant quitter le chaos qu’est devenu leur monde.

La cité utopique d’Olympus

Appleseed -Olympus

La citée d’Olympus qui fourmille de détails

Quelques temps avant la guerre, les plus grands scientifiques du monde se sont réunis pour créer une cité utopique dans laquelle la technologie jouerait un rôle dominant et serait au service de l’être humain. Après la troisième guerre mondiale, cette cité est devenue la ville la plus puissante du monde, que ce soit au niveau politique ou technologique, mais également le lieu dans lequel les humains peuvent se rendre quand ils n’ont plus d’espoir. Accueillant ceux-ci et leur donnant un foyer ainsi qu’un nouveau but dans leur existence, cette ville ne connait pas la criminalité. La raison de cette paix réside dans la présence de Bioroïdes, des êtres mi-organiques, mi-robotiques, et qui gèrent la ville à l’aide d’un ordinateur ultra-puissant du nom de Gaïa. Mais le véritable but d’Olympus est d’étendre son système au reste du monde et ainsi fédérer les nations pour que la paix règne sur le monde entier. Ce projet porte le nom d’Appleseed.

Une utopie mais de nombreux conflits

Appleseed - découpage

Un découpage des cases dynamique et des planches de qualité, aux décors splendides

Bien que paraissant parfaite, la cité d’Olympus provoque un sentiment d’oppression chez les humains, qui voient dans cette cité et dans le projet Appleseed un moyen de couper leur liberté. La cohabitation avec les bioroïdes et les humains améliorés technologiquement est également tendue, car les humains sont conscients que ceux-ci peuvent – à terme – totalement les remplacer. La technologie est donc au centre de l’utopie proposée par Olympus, mais toute la question de la série est de savoir si l’homme est capable de vivre dans cette cité parfaite alors que cela signifie de renoncer à sa liberté et petit à petit perdre ce qui fait leur humanité. Le problème majeur étant que dans cette société qui tente de gommer les imperfections, les êtres humains apparaissent de plus en plus comme étant un problème, car ceux-ci sont imparfait de nature. Cette opposition entre humanité et technologie aboutit à de nombreux conflits qui sont durement réprimés, et les actes des humains qui se rebellent par des actes terroristes contre le système en place finissent souvent par la mort de ces derniers.

Avis de la Rédac’

Keul : Autant le dire tout de suite, Appleseed est une excellente série mais un brin plus complexe que les séries modernes qu’on a l’habitude de lire. Ici, le contexte politique de l’époque à laquelle elle a été écrite joue un rôle dominant dans la compréhension de l’œuvre et le lecteur devra posséder un minimum de connaissances historiques, géographiques et politiques pour ne pas être largué dès les premiers chapitres. Ce qui est essentiel pour comprendre les bases de cette série est qu’elle a été écrite en 1985, soit en pleine guerre froide. L’auteur s’est donc inspiré de celle-ci pour créer son univers et les principaux éléments qui le composent. Après l’échec de la reconstruction communiste qui suivit cette guerre, l’auteur nous offre un monde en pleine reconstruction, mais sous un angle légèrement différent de notre monde. Ici, l’utopie proposée par Olympus représente une réponse à la guerre froide, mais une réponse positive alors que d’autres œuvres, comme Akira, proposaient plutôt une vision pessimiste dans leur univers. Masamune a donc voulu proposer une lueur d’espoir quant au futur du monde en dépeignant une utopie – certes au final pas si parfaite que ça – à ses lecteurs.

Appleseed - Olympus 2

Un soucis du détail de la part de l’auteur qui témoigne du perfectionnisme de celui-ci

Au niveau du style de l’auteur, ce qui frappe dès les premières pages, c’est la minutie avec laquelle Masamune détaille ses cases. Les décors sont tout simplement incroyables, particulièrement sur les doubles pages et dans les arrière-plans ultra-réalistes. Le découpage est géré de main de maître et instille une dynamique incroyable à l’œuvre, particulièrement dans les scènes de combats. L’univers proposé par l’auteur est également très détaillé et complexe, tout comme les technologies qui y sont présentées, ce qui rend celui-ci très cohérent. Les descriptions y sont très précises et fourmillent d’explications diverses et variées, ce qui peut rebuter les moins férus de SF mais qui saura contenter les fans de la première heure. L’univers politique et géographique présenté dans ce manga, ainsi que les oppositions entre Olympus et les puissances émergentes, est également traité avec génie et sur bien des niveaux. Olympus se présente comme une technocratie utopique, mais aux idées de gérance assez extrêmes au final, alors que les puissances émergentes tentent de réparer les dégâts causés par la guerre et réitèrent les erreurs qui y ont mené tout en laissant plus de liberté aux humains. Appleseed oppose également la technologie aux humains, car Olympus est régie par des Bioroïdes et des ordinateurs virtuellement parfaits, alors que les autres puissances mondiales sont gérées par des hommes sur d’anciens systèmes politiques imparfaits de nature.

Appleseed - combats

Des combats ultra dynamiques

Au final, la série est magistrale et se pose comme une base incontournable du genre qu’il faut avoir lue pour comprendre toute l’évolution du genre par la suite, évolution initiée par Masamune lui-même qui écrira – quelques années plus tard – le non moins célèbre Ghost in the Shell.

Source des images

  • Couverture : https://www.manga-news.com/index.php/serie/Appleseed
  • Autres : https://www.pinterest.ch
Partagez

Vous aimerez peut-être...

1 Réponse

  1. 24 février 2020

    […] quelques exemples de mangas appartenant à cette catégorie : Appleseed, Barakamon, Black Torch, Dragon Ball, Dark Grimoire, Dragon Hunter, Dreamland, Dukalyon, Element […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.