Carnets de voyage : Bretagne 3 :  Vannes et Elven

La ville de Vannes est classée Ville d’Art et d’Histoire et abrite de nombreux monuments et lieux culturels de premier ordre qu’il est intéressant de visiter. Outre ses monuments, la vieille ville est représentative de l’architecture de Bretagne et représente un excellent moyen de se familiariser avec celui-ci. A une quinzaine de kilomètres de celle-ci, la ville d’Elven propose également de magnifique monument tels l’Église de Saint-Alban et la forteresse de Largoët qui vous permettront de vous plonger dans le passé historique breton.

Ville de Vannes

La ville de Vannes

La ville de Vannes est réputée pour son patrimoine et la richesse de son centre historique, qui témoigne de son âge d’or entre le XVième et le XVIIième siècle.

La vieille ville a gardé un aménagement très proche de celui de son époque médiévale, avec de petites rues très serrées et une forte densité de bâtiments qui viennent s’agglutiner et entourer les monuments de grande importance, telle la cathédrale de Saint-Pierre.

Vannes est la deuxième ville de Bretagne après Rennes à garder un tel patrimoine intact.

Remparts de Vannes

Remparts de Vannes

A l’origine, la mer s’étendait jusqu’aux remparts qui entourent encore aujourd’hui la vieille ville. Aujourd’hui, il ne reste plus qu’un bras de mer à plus de 600 mètres des remparts, formant le fameux Golfe du Morbihan. Les remparts sont caractéristiques de l’architecture de Bretagne, avec des mâchicoulis, sorte de petites pyramides inversées qui suivent les chemins de ronde. Érigées sur des vestiges gallo-romains entre les IIIe et XVIIe siècles, les remparts formaient un système de fortifications efficace pour protéger la cité des pillards et des armées ennemies.

Les magnifiques remparts de la vieille ville de Vannes

Du haut des remparts, on observe également les magnifiques jardins à la française qui furent installés à l’emplacement des douves médiévales. La plus belle vue des remparts se trouve au niveau de la tour du Connétable, qui fut construite au Moyen-Âge et était alors destinée au chef des armées du Duc de Bretagne

Notes de voyage : Arrivés à Vannes (après quelques tours et détours pour se parquer), nous sommes arrivés en face des remparts de la ville et les magnifiques jardins qui se déploient sous elles. La symétrie des lieux et les couleurs employés attirent l’œil. Un petit pont de pierre permet d’accéder à la vieille ville et ses ruelles en enfilade.

Château de l’Hermine

Château de l’Hermine

Jadis intégré aux remparts de la ville de Vannes, le château de l’Hermine était un petit château fort qui fut démantelé au XVIIe siècle. Aujourd’hui, remplacé par un hôtel particulier – l’hôtel Lagorce – nombre de vannais continuent cependant à l’appeler « château de l’Hermine » en souvenir de l’ancienne forteresse.

  • Gee : Eh Kit, regarde, ils ont représenté une hermine en superhéros !
  • Kit : Euh, c’est pas exactement un super-héros…
  • Gee : Mais elle a une cape !
  • Kit : C’est l’hermine du drapeau de Vannes ; et ce n’est pas une cape mais un manteau d’hermine
  • Gee : Hein ?
  • Kit : C’est une hermine – l’animal et accessoirement le symbole de la Bretagne – avec un manteau d’hermine – une fourrure figurée par un champ d’argent employée en héraldique.
  • Gee : Oh, mais pourquoi une hermine ? Pourquoi pas une belette ?
  • Kit : Je t’invite à découvrir la légende de la Blanche Hermine qui fit de cet animal le symbole de la Bretagne

Lavoirs de la Garenne

Lavoirs de la Garenne

Les lavoirs de la Garenne et le chemin de visite

Tout au sud des remparts de la ville se trouvent les lavoirs de la Garenne. Plus généralement appelés Lavoirs de la Garenne sur Marles, fleuve dont ils épousent la courbure et qui les approvisionne en eau, les lavoirs ont été utilisés jusqu’en 1951, année durant laquelle leur emploi a été interdit par la mairie de Vannes. Longs de 40 mètres environ, ceux-ci sont visitable et donnent une magnifique vue sur le fleuve et ses alentours.

Vieille ville

Vieille ville de Vannes

Des rues restées proches de ce qu’elle étaient au Moyen-Âge

La vieille ville de Vannes a gardé – encore aujourd’hui – de nombreuses caractéristiques de l’époque, comme ses maisons à pans de bois. Celles-ci sont très nombreuses, comme on peut très vite s’en rendre compte en flânant dans ses rues et ruelles. On dénombre plus de 180 de ces maisons, toutes conçues suivant le même schéma. Celles-ci sont composées d’un encorbellement avec pignon sur rue. Les façades sont en bois et en torchis. Les poutres apparentes en bois verticales et horizontales sont barrées de croix de St-André et arborent des couleurs allant du rouge lie de vin au bleu azur, en passant par le jaune ocre et les bruns en tout genre.

Ces maisons abritaient des échoppes au rez-de-chaussée – généralement fait de pierre de granit – avec de grands volets de bois qui se déployaient pour former les étals. La majeure partie des maisons sont mitoyennes, uniquement séparée par un mur en granit.

Cathédrale Saint-Pierre

Cathédrale Saint-Pierre

Située en un point haut de la ville, la cathédrale occupe un large espace au cœur de la première enceinte urbaine gallo-romaine de la ville de Vannes. La cathédrale Saint-Pierre est une cathédrale catholique romaine et suit un schéma de construction traditionnel en forme de croix latine parfaitement orientée.

L’extérieur de la cathédrale

L’architecture de la cathédrale possède – encore aujourd’hui – de multiples témoignages de huit siècles d’entretien et de transformations. Elle est le Siège du diocèse de Vannes et porte aussi le titre de basilique mineure. Il s’agit d’une cathédrale de style gothique qui fut construite sur les lieux de l’ancienne cathédrale romane. En comptant toutes les constructions de celle-ci, les travaux ont duré près de sept siècles.

Une autre vue de l’extérieur de la Cathédrale

  • Gee : C’est grand !
  • Kit : La cathédrale fait dans les 110 mètres de long. La nef plus de 47, pour une largeur de 13 mètres et une hauteur de 21 mètres.
  • Gee : T’aimes bien les chiffres…
  • Kit : C’est l’une des plus grandes cathédrales de Bretagne, si tu préfères
  • Gee : Ooohh…

Note de voyage : Ce qui frappe quand on visite cette cathédrale, c’est tout d’abord sa taille, qui est réellement impressionnante. L’intérieur est magnifique et parfaitement restauré, de quoi avoir un excellent aperçu du style gothique particulièrement bien marqué. L’extérieur est aussi très intéressant, car la cathédrale est magnifiquement décorée. Mais ce qui frappe également, ce sont les alentours de la cathédrale, qui voient nombre de maisons à pans de bois coloré et petites ruelles en enfilade qui irradient autour de l’édifice.

Chapelle rotonde du Saint-Sacrement

Juxtaposée à la façade nord de la cathédrale, la chapelle du Saint-Sacrement représente un joyau de l’architecture de la Renaissance en Bretagne, même si la forme de rotonde dénote quelque peu par son style renaissance italienne au milieu de la cathédrale. Construite entre 1530 et 1537 aux frais du chanoine Jean Daniélo, il s’agit d’une tour à deux étages. La partie basse possède de hautes colonnes d’ordre dorique, qui encadrent des niches à coquilles dont les frontons sont alternativement triangulaires et cintrés. La partie supérieure est ornée de pilastres séparant des fenêtres de forme ronde. Le tout est couronné par un dôme de plomb et un lanternon.

Le dôme de la Chapelle rotonde du Saint-Sacrement

  • Gee : C’eeest beeeeau !
  • Kit : Magnifique, vraiment.
  • Gee : Mais pourquoi ils l’appellent la chapelle de saint Vincent Ferrier ?
  • Kit : Parce qu’il y avait l’autel-tombeau de saint Vincent Ferrier à l’époque
  • Gee : Il n’y est plus ?
  • Kit : Plus depuis la rénovation : suite aux infiltrations d’eau, il est maintenant dans le croisillon nord

Elven

Le village d’Elven

Elven est un petit village situé à une quinzaine de kilomètres de Vannes, entouré de forêts. Connue pour ses anciennes carrières granitiques et la forteresse de Largoët, la ville possède également une magnifique église : l’Église de Saint-Alban. Le village d’Elven est également un haut lieu de la chouannerie. Dans les bois de Saint-Bily – aux alentours du village – se trouvaient des caches souterraines de chouans. Le film « Chouans ! » a été tourné en partie à Elven.

l’Eglise de St-Alban sur la place centrale d’Elven

  • Gee : C’est qui, les Chouannes ?
  • Kit : Les Chouans ? C’étaient des insurgés royalistes de certaines régions de France et qui ont combattu pendant la guerre de la chouannerie.
  • Gee : La guerre de la chouannerie ?
  • Kit : Pour faire simple, une guerre civile en opposition à la Révolution française, mais c’est assez complexe
  • Gee : Comme chaque guerre finalement
  • Kit : Effectivement

Église Saint-Alban

L’église de Saint-Alban

L’église d’Elven est dédiée à Saint-Alban de Verulamium, le saint patron de la ville. Construite à la base en bois, cette église a brûlé une première fois lors des invasions normandes avant d’être reconstruite dans un style roman. Par la suite, un second incendie détruit une nouvelle fois l’église, qui sera rebâtie sous un style gothique. Par la suite, une nef et un clocher furent ajoutés à la construction de base pour lui donner la forme qu’on lui connaît aujourd’hui. On compare souvent l’église Saint-Alban à une cathédrale pour ses dimensions, qui impressionnent pour un village de cette taille. La flèche surmontant la tour du clocher est l’une des plus hautes du Morbihan, juste après celle de la basilique Sainte-Anne d’Auray.

L’Eglise de St-Alban

Note de voyage : Il est fort probable que – comme ce fut le cas pour nous – vous vous rendiez à Elven dans le but de visiter le Château de Largoët. Impossible cependant de passer à côté de l’église de Saint-Alban tant celle-ci est impressionnante. Comparativement à la taille modeste du village, l’Église semble démesurée. Nous vous conseillons un petit arrêt dans celle-ci pour bénéficier du style gothique caractéristique qu’elle vous offre.

Forteresse de Largoët

Forteresse de Largoët

L’actuel château de Largoët est édifié à partir du XIVe siècle à 2 km du bourg au milieu d’une vaste étendue de bois. Henri Tudor, duc de Richmond, futur Henri VII d’Angleterre, y est retenu entre 1474 et 1476.

La forteresse possède une grande importance stratégique, car elle fait partie du fameux triangle rieuxois composé des trois grandes forteresses Rochefort-Malestroit-Elven

Passant de mains en mains au cours des siècles, la forteresse est très peu entretenue et subit même des dégâts lors de la guerre de la chouannerie, à tel point que la démolition de celle-ci est envisagée au cours du XIXe siècle. Au final, la forteresse est sauvée de la destruction en étant classée monument historique en 1862. Depuis les années 1970, la restauration de celle-ci a été entreprise.

Depuis la Porterie – ou loge du portier –, on pénètre dans le parc, qui est ceint de murs de pierre. Ancienne réserve de bois et de gibier, on y trouve les ruines de la Chapelle de Notre-Dame qui datait du XVe siècle mais qui est aujourd’hui presque entièrement détruite.

Les vestiges de la Chapelle de Notre-Dame

Une fois le parc passé, on arrive en vue du châtelet datant du XVe siècle. Celui-ci possède une façade assez récente comparativement au reste de la forteresse. Celle-ci marque l’entrée de la forteresse et donne sur deux pont-levis (l’un charretier et l’autre piéton)

Le châtelet et le premier pont permettant d’y accéder

Une fois le pont-levis passé, on se retrouve entouré par deux petites tours rondes pourvues d’archères et de niches et qui servaient pour la défense de l’entrée de la forteresse.

Les ruines de la forteresse sont assez impressionnantes. Ceci est dû au Donjon octogonal en très bon état qui le surplombe. Haut de plus de 45 mètres, il est l’un des plus élevés de France.

Note de voyage : Le Donjon de la forteresse de Largoët est vraiment magnifique et son intérieur peut être visité. Dès les premières salles visitées, on ne peut que s’extasier devant la qualité de sa construction et sur l’agencement intérieur alliant à la fois qualité défensive et confort pour les habitants. Une fois à l’intérieur, on se rend réellement compte de la taille de ce dernier qui – déjà impressionnant vue de l’extérieur – est encore plus fabuleux vu des étages supérieurs (en témoignent les quelques photos prises par notre équipe). Pour des fans de l’époque médiévale tels que nous, il n’est dès lors pas étonnant que cette forteresse ait été choisie comme décor pour des reconstitutions médiévales.

Une petite vue de l’intérieur de la forteresse

Histoire : On dit qu’Henry Tudor fut enfermé dans la forteresse de Largoët lors de son exil en Bretagne avant de devenir Roi d’Angleterre en 1485.

En plus du donjon, la Forteresse de Largoët comprend les restes d’une muraille d’enceinte entourée de douves asséchées et d’un étang.

Elle compte encore la tour Ronde, bâtiment à trois étages, percé de canonnières et surmonté d’un bâtiment hexagonal. Celle-ci reprendrait le modèle de la Tour du Connétable du château ducal de Vannes. La tour ronde a servi de décor pour les tournages de divers films historiques comme « Lancelot du Lac » et « Chouane ».

Légende : La légende dit qu’un souterrain existerait sous la forteresse et que celui-ci permettrait de quitter la forteresse pour gagner le bourg d’Elven. Son entrée et son trajet n’ont cependant jamais pu être déterminés.

Sources

Sources

Émission des Racines et des Ailes sur le Morbihan

Image à la une: https://www.morbihan.com/accueil/

Partagez

Vous aimerez peut-être...

3 Réponses

  1. 16 mai 2020

    […] Carnets de voyage : Bretagne 3 : Vannes et Elven […]

  2. 16 mai 2020

    […] Carnets de voyage : Bretagne 3 : Vannes et Elven […]

  3. 8 septembre 2020

    […] Carnets de voyage : Bretagne 3 : Vannes et Elven […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.