Carnets de voyage : Bretagne 5 : Quiberon et Belle-île-en-mer

Terres cernées par la mer, Quiberon offre à celui qui la visite des paysages à couper le souffle, dans une nature parfaitement préservée et semblant suspendue hors du temps.

Quant à Belle-Île-en-Mer, île située à une quinzaine de kilomètres de Quiberon, elle vous offre un dépaysement total, véritable écrin de verdure aux falaises abruptes, aux landes de fougères et de bruyères perdues au milieu de l’océan.

Venez découvrir les merveilles de cette nature sauvage et les paysages bucoliques à couper le souffle que vous offrent ces deux destinations.

Quiberon

Si vous désirez visiter le Morbihan, Quiberon peut être une option des plus intéressantes. Presqu’île comprenant des kilomètres de terres sauvages, de plages de sables fin, de parcours de randonnées et de paysages magnifiques, Quiberon vous permet d’avoir un aperçu des merveilles que propose la Bretagne. Vous y rendre vous fera immanquablement passer par l’isthme de Penthièvre – trajet qui à lui seul vaut le détour – qui vous offre une vue magnifique. Vous découvrez alors la baie de Quiberon, entre deux mers, avec d’un côté l’océan Atlantique et sa côte sauvage, et de l’autre, la baie de Quiberon et ses plages de sable fin.

Depuis Quiberon, vous aurez la possibilité d’embarquer pour diverses îles du large : Belle-Île-en-Mer, Houat et Hoedic.

Pour vous aider : Une petite carte touristique de Quiberon et des îles de Houat et Hoedic : Cartes

Notes de voyage : Avec son petit air du bout du monde, la baie de Quiberon a beaucoup à offrir à ceux et celles qui apprécient la nature, les balades mais aussi les bonnes choses à manger. Les restaurants offrent en effet différentes spécialités de la mer, pêchées le jour même et cuisinées par des mains expertes. Quiberon est également connu pour ses caramels au beurre salé, produits encore aujourd’hui par la confiserie Le Roux et réputés de par le monde.

Côte sauvage de Quiberon

La côte sauvage de Quiberon s’étend sur la partie ouest de la Presqu’île et vous promet des randonnées magnifiques aux paysages bucoliques. Depuis le village de Portivy à Saint-Pierre Quiberon jusqu’au Château Turpault à Quiberon, c’est plus d’une dizaine de kilomètres de terres naturelles préservées, façonnées au fil des siècles par l’érosion et parsemées de falaises abruptes, de criques sauvages et d’arches creusées par les flots qui s’offrent à vous.

Notes de voyage : Force est de constater que les descriptions des flyers sont bien en deçà de la réalité. La visite des côtes sauvages vous plonge dans un autre monde, avec des paysages dignes des plus grandes œuvres de fantasy. C’est tout simplement magnifique et même un peu irréel. Regarder le soleil se coucher sur ses vastes étendues de nature préservée à quelque chose de magique qu’il est difficile de décrire avec des mots.

  • Gee : Wow, mais ces chemins ne sont pas dangereux ?
  • Kit : Un peu quand même, il n’y a pas de barrière de protection et les falaises sont assez proches, mais c’est normal.
  • Gee : Normal ?
  • Kit : On parle de côtes sauvages naturelles, s’ils s’amusaient à mettre des barrières partout, ça ne serait pas très…
  • Gee : … naturel ? effectivement.

Un peu d’histoire : En décembre 2018, les Dunes Sauvages de Gâvres à Quiberon ont obtenu le label national « Grand Site de France » pour sa parfaite gestion. Outre les aménagements intégrés qui facilitent les accès aux plages, le site est également cité en exemple pour la sensibilisation et la protection des zones fragiles pour ses visiteurs. C’est le 2ème site naturel breton – avec la Pointe du Raz – à bénéficier du label « Grand site de France ».

Pour vous aider : Bien que les parties sauvages de la côte puissent être parcourues à pied, vous avez également la possibilité de louer des vélos pour visiter la côte via un circuit parfaitement aménagé. Toutes les informations ICI

Château de Turpault

Situé sur la pointe de Beg er Lann, également nommée pointe de la Lande, le château de Turpault est un manoir anglo-saxon construit en 1904 par Georges Turpault, un filateur de Cholet et symbolisant la belle époque. Nommé château de la mer par son propriétaire, il fut renommé par les Quiberonnais du nom de son propriétaire. Étant une propriété privée, le château ne se visite malheureusement pas mais offre tout de même une image saisissante, érigé au bord de la mer, au moment où le soleil se couche à l’horizon.

Belle-Île-en-Mer

À environ 15 kilomètres de Quiberon (45 minutes de trajet en bateau), Belle-Île-en-Mer s’étend sur 20 km de long et 9 km de large, et est la plus grande des îles bretonnes. Possédant une nature exceptionnelle, des falaises escarpées, des plages et des criques de sable fin baignées d’eau turquoise, des landes et vallons couverts de fougères et bruyères, Belle-Île-en-mer représente un petit écrin de nature préservée en plein milieu de l’océan.

Notes de voyage : Si vous désirez vous rendre à Belle-Île-en-Mer, vous pourrez partir du port de Quiberon sans le moindre problème. Celui-ci vous offre également la possibilité de visiter les îles de Houat et Hoedic. Si vous êtes en voiture, vous aurez également la possibilité de vous rendre sur l’île avec celle-ci, mais nous vous le déconseillons. Non seulement la traversée risque de drainer une bonne partie de votre budget et – qui plus est –, les transports en commun sur l’île vous permettront de vous rendre dans pratiquement n’importe quel lieu que vous désirez visiter. Moyennant un peu de préparation de votre part, vous pourrez visiter toute l’île en une journée. En marchant un peu – ce qui vous permettra d’admirer les paysages à vous couper le souffle –, vous atteindrez les zones inaccessibles en transport en commun.

Arrivés au port animé de Le Palais que surplombe la citadelle Vauban, partez à la découverte de la célèbre pointe des Poulains, du Port de Sauzon. Visitez la plage de Donnant nichée au creux de la côte sauvage, ainsi que les charmants villages fleuris de Locmaria. Ne manquez pas de vous rendre aux aiguilles de Port-Coton, du côté de Bangor, et au phare de Goulphar pour admirer la vue à couper le souffle que celui-ci vous offre.

Port le Palais et Forteresse de Vauban

Le Palais est le chef-lieu de l’île. Il est aussi considéré comme la « capitale » tant sur le plan administratif qu’économique. Pour ceux et celles qui désirent passer quelques jours sur l’île, Le Palais représente certainement le lieu le plus simple pour trouver un logement.

Le Palais est aussi le lieu de débarquement de l’île, peu importe depuis quelle destination vous arrivez. Il s’agit donc d’un incontournable si vous passez sur l’île.

Le Palais

Le Palais est surplombé par l’imposante Citadelle Vauban. Construite à la fin du XVIIIe siècle pour protéger les Bellilois des invasions, cette citadelle fait plus de dix kilomètres carrés. L’histoire de l’île est d’ailleurs étroitement liée à celle de la citadelle, qui fut aménagée par Fouquet, puis Vauban, pour rendre l’île imprenable par une force armée. A terme, la citadelle permettait d’accueillir une garnison de sept cents hommes armés. Aujourd’hui, la citadelle est devenue un grand hôtel-musée qu’il est possible de visiter.

Un peu d’histoire : Avant d’être une citadelle, Vauban était un Prieuré habité par des moines qui cultivaient la terre. Emmagasinant de la nourriture, il n’était alors pas rare que Belle-Île se fasse attaquer par des pirates qui désiraient mettre la main sur ces précieuses denrées.

  • Gee : Des pirates ? La classe !
  • Kit : Pas sûr que les Bellilois aient été de cet avis à l’époque
  • Gee : Mais ces pirates ne risquaient pas de se faire attaquer depuis le continent ?
  • Kit : Trop loin, à presque 15 km. Impossible d’attaquer l’île, surtout qu’ils n’avaient que des canons. Et une fois ies ennemis installés, difficile de reprendre l’île
  • Gee : Super point stratégique donc
  • Kit : Sans nul doute l’un des meilleurs !

Les aiguilles de Port Coton

S’il est un endroit incontournable qu’il vous faut visiter si vous vous rendez sur Belle-Île-en-Mer, c’est bien les Aiguilles de Port-Coton. Les Aiguilles de Port-Coton sont ce qu’on appelle des stacks, soit des rochers marins détachés du littoral par l’érosion. Ceux-ci forment l’un des sites les plus remarquables de Belle-Île-en-Mer.

Notes de voyage : Très proche du phare de Port-Goulfar, les Aiguilles de Port-Coton sont facilement accessibles par bus ou par voiture et offrent un spectacle à couper le souffle. Port-Coton est un ria encaissé. A sa base, on trouve une minuscule plage de sable grossier inaccessible depuis la terre. Prolongeant l’arête sud de cette anse, les aiguilles s’élèvent vers le ciel, offrant un spectacle enchanteur et presque irréel. Des nombreux lieux visités en Bretagne durant notre voyage, il s’agit sans aucun doute de l’un des plus marquants et des plus féériques qu’il nous ait été donné de voir.

  • Gee : Port-Coton ? Ca a un rapport avec le coton avec lequel on fabrique les vêtements ?
  • Kit : Effectivement, le nom de ces aiguilles provient de l’écume formée par les vagues qui viennent s’écraser sur les rocher lors de forte houle et qui déposent sur ceux-ci un voile semblable à du coton.
  • Gee : Joliii !

Un peu d’histoire : Les aiguilles de Port-Coton ont été le sujet de nombreux tableaux au fil des siècles. De Claude Monet en 1886, à John Peter Russell en 1890 et Charles Cottet en 1900, les peintres se sont succédés pour tenter de capturer la magie de ses lieux dans leurs toiles.

Phare de Goulphar

Le phare de Goulphar, également connu sous le nom de grand phare de Kervilahouen, est l’un des plus grands phares de Bretagne. Il est possible de monter à son sommet pour bénéficier d’une vue à 360° de Belle-Île-en-mère et de la mer.

Le Phare de Goulphare

Le phare de Goulphar est un phare d’atterrissage et est composé d’une double tour de granite atteignant plus de 52 mètres de haut. Très résistant, il peut supporter des vents dépassant les 400 km/h.

Notes de voyage : Impossible de passer à côté de ce phare quand on se balade sur l’île car celui-ci est clairement visible plusieurs kilomètres alentours. Arrivés à sa base, une seule envie : monter à son somment pour bénéficier de la vue impressionnante qui s’offre à nous. Et une fois les (très nombreux) escaliers et échelles gravis, force est de constater qu’on n’est pas déçu comme en témoignent les (nombreuses) photos prises par le groupe.

  • Keul : Bon par contre, si vous avez le vertige comme moi, vous risquez de passer un sale moment au sommet.
  • Gee : Oh mais c’est des grilles par terre.
  • Mikaua : Mais va pas lui dire ça ! Déjà qu’il est blanc comme un linge.
  • Fozak : Même moi, je ne suis pas rassuré.
  • Kit : On dirait que les pierres bougent, intéressant…
  • Keul : Même une structure en pierre bouge un peu à cette hauteur. C’est bien de le savoir, mais l’expérimenter n’est pas très agréable.

L’intérieur du phare vous propose une muséographie sur les phares et balises. L’exposition est permanente et aborde différents thèmes (les Phares et Balises, les phares de Belle-Île-en-Mer, le phare de Goulphar, les aides à la navigation et les espaces naturels) ainsi que différentes descriptions sur les espèces animales et végétales de l’île.

Sauzon

Au bout d’une une longue ria se profile le port de Sauzon. A marée basse, celui-ci forme une grande vasière préservée de toute construction. Ville très colorée, préservée des constructions modernes, Sauzon garde son cachet d’antan avec ses quais et ses maisons aux couleurs pastel qui attirent chaque année peintres et photographes venus reproduire cette perspective du port.

Notes de voyage : Sauzon offre une halte particulière lors de la visite de Belle-Île. Arrivés dans cette petite ville aux couleurs particulières, c’est vers son phare que les regards sont attirés, qui fonctionne comme un point central pour la ville, et autour duquel les rues irradient.

Sources des informations et liens utiles

Pour continuer le voyage

Partagez

Vous aimerez peut-être...

4 Réponses

  1. 3 janvier 2021

    […] Carnet de voyage 5 – Quiberon et Belle-île-en-mer […]

  2. 3 janvier 2021

    […] Carnets de voyage : Bretagne 5 : Quiberon et Belle-île-en-mer […]

  3. 3 janvier 2021

    […] Carnets de voyage : Bretagne 5 : Quiberon et Belle-île-en-mer […]

  4. 3 janvier 2021

    […] Carnets de voyage : Bretagne 5 : Quiberon et Belle-île-en-mer […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.