Carnets de voyage : Japon 1 : Nara

Si vous êtes de passage dans le Kanto, Nara représente un arrêt presque obligatoire. Huit sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNSECO. L’atout majeur de la ville de Nara est sans aucun doute le parc Nara-Kõen, dans lequel on trouve Daibutsuden, ou temple grand Bouddah. Si le Nara-Kõen est tant connu, ce n’est pas seulement pour ses nombreux temples, mais aussi pour ses cerfs, qui y évoluent en toute liberté. Nara a été la capitale impériale du Japon durant 75 ans, à partir de l’année 710. Mais les tentatives de prise du pouvoir du clergé firent que la capitale se déplaça ensuite vers Kyoto.

Nara possède un plan en damier chinois très caractéristique du 8ième siècle, si bien qu’il est assez simple de s’y déplacer. En partant de la JR station, on arrive rapidement au centre ville, même s’il faut compter quelques dizaines de minutes de marche. Des bus assurent l’acheminement des voyageurs directement au centre ville. Ces bus sont d’ailleurs décorés de cerfs, ce qui les rend facilement identifiables. Depuis Osaka et Kyoto, vous n’êtes qu’à 45-50 minutes de Nara par les transports en commun.

Bien que le parc soit en grande partie piéton, diverses routes principales le traversent et le découpent en diverses parties.

Notes de voyage : si vous désirez traverser ces route, pas de panique, vous pouvez compter sur les feu de signalisation et sur l’aides des cerfs, qui ne se gênent pas pour traverser quand bon leur semble, bloquant la circulation un peu comme les vaches sacrées en Inde.

Pour vous aider : Une petite map en anglais pour vous orienter sur place

Map touristique de Nara en anglais

Map touristique de Nara en anglais

Nourrir les cerfs

Une fois entré dans le Nara-Kõen (c’est à dire à peine descendu du bus), vous faites face aux cerfs du parc et vendeurs de Shika-sembei, des biscuits pour cerfs qui semblent faits avec du riz. Pour environ 150 yens, vous pourrez faire l’acquisition de l’un de ces paquet afin de nourrir les cerfs qui viendront se présenter à vous. Et par se présenter, nous entendons venir vous mordiller les vêtements, les sacs et tout autre élément qui a le malheur de dépasser (visière de casquette comprise). Les cerfs de Nara ont cette particularité d’être très polis, c’est-à-dire qu’il viendront vous saluer afin de recevoir un biscuit. Pas d’inquiétude donc si vous entendez des kawaii à tout va, les japonais raffolent de ce genre de petites attentions ; et on les comprend, car la scène a de quoi faire sourire.

Les fameux cerfs Sika de Nara

Les fameux cerfs Sika de Nara

La légende des cerfs Sika : la légende des cerfs Sika est reliée au sanctuaire Shinto Kasuga, qui se situe dans l’ancienne ville de Nara. Selon cette légende, la divinité Takemikazuchi (le dieu du tonnerre) serait venu assurer la protection de Heijo-kyo, l’ancienne capitale impériale, en prenant position sur le mont Mikasa sur le dos d’un cerf sika blanc ailé. Dès lors les cerfs obtinrent le statut divin. Les japonais devaient alors s’incliner à leur passage, jusqu’à ce que les cerfs perdent leur statut divin au profit de celui de trésor national.

Notes de voyage : deux petites choses qui peuvent sembler anodines mais qui vous seront très utiles : ne mangez pas les biscuits ! C’est peut-être bête, mais ces biscuits ne sont pas faits pour vous. Mais si vous avez envie d’avoir mal au ventre durant le reste de la journée, libre à vous, faites ! Deuxième chose, évitez à tout prix de retirer un biscuit que vous avez tendu à un cerf, sous peine de vous faire agresser en représailles. Pour avoir vu une touriste tenter l’expérience, croyez-nous, vous n’avez aucune envie de vous prendre un grand coup de tête cornu dans votre séant et d’allez voler à deux mètres de là (sous les hochements de tête désabusés des japonais sur place).

Le Temple Kofukuji

Le temple Kofukuji fut d’abord déplacé à Fujiwara avant d’être installé à la capitale impériale permanente de Nara par Fujiwara no Fuhito. Il compta alors parmi l’un des premiers établissement religieux de la capitale. Comme ce fut le cas pour de nombreux monuments historiques japonais, le Kōkfuku-ji brûla de nombreuses fois et fut à chaque fois reconstruit. Son architecture actuelle nous vient des époques Kamakura et Muromachi.

Le temple kofukoji

Le temple kofukoji

Note de voyage : Le temple kofukoji fut le premier temple que nous avons visité à Nara avant de nous attaquer à celui de Todaiji. Situé au centre de Nara, très proche de la gare JR, ce temple possède de vastes jardins et une grande pagode qui est repérable à plusieurs centaines de mètres alentours. Le petit temple, entouré de cerisiers, est également très proche de la gare JR et vous pourrez également y acheter des talismans et des plaquettes de bois pour y écrire vos vœux.

La pagode du temple kofukoji

La pagode du temple kofukoji

Le temple Todai-ji

Le Todai-ji est un ensemble architectural composé de plusieurs temples, dont le principal est celui du Grand Bouddha. Toutes les autres salles qui s’axent autour du temple principal ainsi que les pagodes et les portent représentent un intérêt touristique indéniable, car elle sont particulièrement bien préservées et mises en valeur. La construction de ce temple fut ordonnée par l’empereur Shomyo en personne en l’an 752 afin de consolider la présence bouddhiste dans la capitale impériale.

Nandaimon gate

Nandaimon gate

Le Grand Bouddha Vairocana représente certainement la pièce maîtresse de ce temple, car il mesure près de 16 mètres de haut. Ni le temps, ni les catastrophes naturelles ne parvinrent à altérer la statue au fil des années, même s’il est arrivé que celle-ci perde la tête. La statue est particulièrement bien protégée et entretenue, et il n’est pas rare de voir plusieurs moines en train de l’épousseter en se tenant debout dans sa main.

Le Grand Bouddha Vairocana

Le Grand Bouddha Vairocana

Le Grand temple de Bouddha dans lequel trône la statue représente le plus grand bâtiment de bois au monde. Bien qu’il n’atteigne aujourd’hui que les deux tiers de sa taille d’origine. L’intérieur est gigantesque, comme l’est la statue du Bouddha, mais l’extérieur est tout aussi impressionnant. Le toit finement est finement orné et surplombé de cornes dorées.

Le temple Todai-ji

Le temple Todai-ji

Note de voyage : Le temple était gigantesque et immanquable vu sa taille et son emplacement. Mais plus que le temple, la porte d’entrée et l’intérieur, avec les remparts décorés sont également magnifiques. Les jardins sont vastes et même s’il y a beaucoup de monde en visite, on peut s’y déplacer sans le moindre problème.

La porte intérieure du Todai-ji

La porte intérieure du Todai-ji

La porte intérieure du Todai-ji avec les remparts

La porte intérieure du Todai-ji avec les remparts

Les alentours du temple Todaiji

Notes de voyage : les alentours du temple Todaiji sont composés de chemins de promenade et de la forêt primitive Kasaguyama. On y retrouve de nombreux cerfs, mais également des temples et des Torii en abondances, de petits étangs sont également disséminés dans cette forêt et diverses bancs permettent de s’arrêter et de contempler la nature alentours. Les entrées des temples sont toutes annoncées par des Torii, ces portails de pierre gardés par des sculptures de pierre, comme le tamukeyama hachimangu shrine ci dessous :

Tamukeyama hachimangu shrine

Tamukeyama hachimangu shrine

Notes de voyage : l’un des éléments à visiter à tout prix est la Grand Bell, une cloche géante de plusieurs mètres de haut.

 

Great Bell

Great Bell

La tour de la cloche a été construite entre 1207 et 1210 par le prêtre zen Yōsai. La particularité de la tour est de combiner le style zen à celui du Daibutsu. Pesant plus de 26 tonnes, cette cloche est connue comme étant l’une des trois plus fameuse cloche du Japon.

Notes de voyage : Divers temples et constructions parsèment les alentours de Todaiji, comme le Nigatsu-dō hall. Diverses tombes anciennes et sculptures de dieux, kamis, Onis et autres esprit donnent également au lieux un air surréaliste caractéristique de Nara.

 

nigatsudo hall

Nigatsudo hall

Le bâtiment principal du Nigatsu-dō est classé trésor national car il abrite deux Kannons, un grand et un petit. Également connu pour son rite annuel nommée Shuni-e (修二会, lit. « cérémonie du deuxième mois ») car elle se déroule le second mois du calendrier luni-solaire traditionnel, ce temple s’étend sur une grande superficie et est visible depuis la ville de Nara.

Pour continuer votre voyage

Partagez

Vous aimerez peut-être...

10 Réponses

  1. Daraven dit :

    Eh bien voilà donc l’un des fameux articles sur le Japon dont vous aviez parlé sur Facebook. Je désespérais de pouvoir le lire un jour, mais je dois dire que ma patience à été récompensée. Je trouve intéressant la manière dont vous avez traité l’article, avec des informations générales et des notes de voyage. C’est à la fois simple, efficace et utilisable si vous vous rendez sur place. Comme il y a un numéro 1, j’imagine que d’autres suivront?

    • Keul dit :

      Salut Daraven et merci de ton intérêt. Il est vrai que nous avions dit que nous ferions de nouveaux articles sur notre voyage au pays du Soleil Levant, mais cela a pris plus de temps que prévu. Ravi que le format te plaise car nous avons hésité à la forme à donner. Nous voulions éviter que cela ne soit trop lourd mais nous désirions tout de même faire découvrir à nos lecteurs ce pays à part si cher au cœur de nous autres Geeks. Comme tu l’as si bien fais remarqué, ce n’est que le premier volet d’une série d’articles qui suivront, je l’espère, de manière un peu plus régulière. Nous avons décidé de procéder par ville, histoire de ne pas surcharger les articles proposés. En espérant que la suite plaira tout autant.

  1. 12 mars 2017

    […] Carnet de voyage 1 : Nara […]

  2. 3 octobre 2017

    […] Carnet de voyage 1 : Nara […]

  3. 3 octobre 2017

    […] Carnet de voyage 1 : Nara […]

  4. 3 octobre 2017

    […] Carnet de voyage 1 : Nara […]

  5. 3 octobre 2017

    […] Carnet de voyage 1 : Nara […]

  6. 18 novembre 2017

    […] Carnet de voyage 1 : Nara […]

  7. 13 février 2018

    […] Carnet de voyage 1 : Nara […]

  8. 25 février 2019

    […] et reprennent le plus souvent les éléments iconiques d’une ville ou d’une région (Daims pour Nara, Orchidée pour Himeji, Château et cerisiers pour Osaka, etc.) ou d’autres éléments de la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.