Auteur : Carol Berg

Insert Book, toujours là pour vous faire découvrir des perles, va aujourd’hui s’attarder sur une auteure hélas mal connue en francophonie, mais dont le talent pour donner de la profondeur à ses personnages et instiller en nous toutes leurs émotions est à ce jour inégalé.

Aujourd’hui, nous vous présentons Carol Berg.

Carol Berg (image tirée de son site)

Carol Berg (image tirée de son site)

Carte d’identité

Nom : Berg
Prénom : Carol
Née en :  1948
Nationalité : Américaine
Etat civil : Mariée, mère de trois garçons

Sur l’auteur

Carol Berg est originaire du Texas et vient d’une famille comptant des enseignants, des musiciens et des travailleurs de chemins de fer. Elle possède un diplôme de mathématiques de la Rice University et un autre en sciences informatiques de l’Université du Colorado. Elle vit dans le Colorado avec sa famille. Avant d’écrire, elle développait des softwares.

Du code à la prose

Carol Berg menait une carrière d’ingénieur logiciel lorsque, grâce à un ami, elle se mit à écrire. Elle qui avait toujours aimé les grandes aventures, elle se mit à raconter les siennes propres, et utilisa son genre de prédilection : la fantasy épique. Elle peupla alors ses sociétés imaginaires de héros et héroïnes intelligents, pleins d’esprit, séduisants et courageux. Mais malgré le fait que l’écriture dévorait les rares heures que lui laissaient sa vie de famille et son travail, quelque chose manquait. Ses histoires lui semblaient superficielles. Et puis elle rencontra Aidan McAllister.

« Les héros de fantasy sont si souvent innocents, avec peu d’expérience du monde. Ou alors, ce sont des guerriers, et le courage est l’essence-même de leur travail. Ou ce sont encore des personnes folles de rage guidées uniquement par la vengeance. Je voulais un nouvel angle d’approche. Alors, j’ai tourné ma tête à 180° et j’ai découvert un musicien en train de me taper sur l’épaule. Et il m’a dit : Raconte MON histoire.« 

La couverture du roman Song of the Beast

Et voici l’histoire du musicien en question.

Carol Berg venait de trouver son style. Une année et demi après cela, elle avait terminé son premier roman, commencé un second et gagné trois compétitions d’écriture.

Anecdote intéressante, son premier roman écrit (Song of the Beast, avec comme héros principal Aidan McAllister) ne sera pas le premier publié. Il suivra la trilogie des Rai-Kirah.

Son style

Ecrire avec une focalisation interne (donc avec la caméra placée à l’intérieur de la tête d’un personnage) à un seul personnage est un exercice très difficile. Impossible de varier les points de vue ou de laisser une scène en suspens en allant voir ailleurs dans le chapitre suivant – histoire de laisser les lecteurs sur leur faim. Il n’y a que le seul point de vue du personnage choisi et c’est au travers de ses yeux uniquement qu’il faut permettre au lecteur de découvrir toute l’intrigue.

Avec plusieurs personnages mais toujours une focalisation interne, l’exercice est à la fois plus aisé et plus délicat : on peut changer de point de vue pour montrer les différentes parties de l’intrigue qui se déroulent et apporter différents éclairages aux mêmes évènements. Mais il faut respecter les différents schémas de pensée, les émotions et les réactions, afin que le lecteur se remette facilement à l’intérieur du personnage à chaque fois que l’on change de point de vue.

Carol Berg est une véritable virtuose de la narration en focalisation interne. Elle n’expose pas les pensées et les sentiments du personnage que l’on suit : elle nous attire à l’intérieur de sa tête et c’est niché au cœur de ses réflexions et de ses émotions que l’on voit l’intrigue se dérouler. Qu’elle utilise un seul personnage (comme dans les « Livres des Rai-Kirah« ) ou plusieurs (dans la série « Bridge of D’Arnath » par exemple), c’est avec le même talent qu’elle cisèle chaque paragraphe, chaque psyché. Les personnages sont campés avec brio, on sent la profondeur de chacun, et elle sait les rendre si humains qu’il ne faut qu’un infime effort d’imagination pour les croire réels. Résultat, le lecteur a plus l’impression de vivre ses histoires que de les lire, et c’est une sensation si grisante qu’on en redemande.

Et non seulement les personnages sont fouillés, mais l’univers où ils évoluent, loin d’être une simple toile de décor, est tout aussi recherché. Distillées parfois par petites touches presque invisibles, parfois en explications plus longues, au gré des réflexions et des dialogues des personnages, les informations que le lecteur grappille permettent rapidement de se faire une idée générale qui ira ensuite en se précisant au fur et à mesure de la lecture. De plus, découvrir l’univers à travers les yeux d’un personnage lui donne une saveur et un éclairage tout particuliers.

Bibliographie

Les livres des Rai-Kirah sont, hélas, trois fois hélas, les seules oeuvres de Carol Berg à avoir été traduites en français – d’abord aux éditions Bragelonne, puis chez Pocket. Les dates données entre parenthèses sont celles des premières publications.

Rai-Kirah serie

– Transformation (2000) / L’Esclave (2009)

– Revelation (2001) / L’Insoumis (2009)

– Restauration (2002) / Le Vengeur (2011)

Bridge of D’Arnath serie

– Son of Avonar (2004)

– Guardians of the Keep (2004)

– The Soul Weaver (2005)

– Daughter of the Ancients (2005)

Lighthouse Duet

– Flesh and Spirit (2007)

– Breath and Bone (2008)

Sanctuary Duet

– Dust and Light (2014)
– Ash and Silver (2015)

Collegia Magica

– The Spirit Lens (2010)

– The Soul Mirror (2011)

– The Daemon Prism (2012)

Autres travaux

– Song of the Beast (2003)

Sources

– Livres de Carol Berg :

– Song of the Beast

– Livres des Rai-Kirah (les trois tomes)

– Bridge of D’Arnath (les quatre tomes)

– Sanctuary duet (les deux tomes)

– Lighthouse duet (les deux tomes)

– Série Collegia magica (les trois tomes)

 

– Wikipédia

– Profil de Carol Berg sur le site des éditions Bragelonne

– Photo tirée du site de Carol Berg

Partagez

Vous aimerez peut-être...

2 Réponses

  1. Kyrielle dit :

    J’ai découvert la série des Rai Kirah il y a une année il me semble et ça a été une révélation pour moi. J’ai dévoré la série et le style de l’auteur et j’ai vraiment eu l’impression de souffrir avec ce pauvre Seyonne. J’ai été tellement déçue de voir qu’aucune traduction n’était prévue pour les autres séries de Berg. Mon anglais ne me permettra malheureusement pas d’apprécier les œuvres originales. Ne rete qu’à prier pour que Bragelone décident de continuer l’aventure et que des articles comme celui-ci les inciteront à y réfléchir !

    • Mikaua dit :

      Ah, les livres des Rai-Kirahs… Oui, tu as raison, c’est une réelle révélation ! Personnellement, j’ai été surtout sensible au duo Seyonne-Zander. Là, on peut vraiment parler d’évolution de la part des personnages !
      Pour tous ceux qui comme toi ont du mal avec l’anglais, je ne peux que souhaiter qu’un éditeur francophone ne reprenne le flambeau – et effectivement, pourquoi pas Bragelonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *