Chaosium et Basis Role-Playing

ChaosiumHistoire

La création du système Chaosium, et plus largement de l’entreprise The Chaosium (aujourd’hui Chaosium Inc), a été rendue possible grâce à Stafford Gref, qui fonda son entreprise en 1975. À la base, ce créateur de jeu de rôle avait fait le pari risqué de développer un nouveau système de jeu pour l’univers qu’il créait depuis déjà plusieurs années, au lieu d’employer le système de Dungeons et Dragons en place à cette époque. Cette volonté de développement venait principalement du fait que l’auteur ne désirait pas que son jeu de rôle – qui se déroule dans l’univers de Glorantha – ne soit qu’une simple extension de D&D, mais bien un jeu de rôle à part entière. Pari réussi puisque Stafford sortira le premier jeu publié par Chaosium, un wargame du nom de White Bear and Red Moon, en 1975, qui devint ultérieurement Dragon Pass. Par la suite, il développera le très connu RuneQuest en 1978. Son système de jeu, basé sur un canevas de compétences applicable à différents jeux de rôle, et l’univers, basé notamment sur des cultes religieux plus crédibles, fit l’effet d’une bombe et provoqua une révolution dans le monde du jeu de rôle. Suite à cela, Chaosium développera divers jeux de rôle sous sa licence. La grande force de ce système réside dans son incroyable adaptabilité, qui lui permet d’être employé par des éditeurs étrangers contre l’achat d’une licence d’utilisation. En 1985, Stafford marque un nouvelle fois l’univers du jeu de rôle en développant le jeu de rôle Pendragon – un jeu de rôle dans l’univers des Chevaliers de la Table ronde – qui allait mettre en place les bases du Role Play grâce à un système ingénieux de traits de personnages. Par la suite, la licence connut une période difficile, et ce n’est qu’après la réédition de Pendragon et le développement de la gamme Stormbringer que celle-ci se relança. Puis l’entreprise connaît un nouveau revers de fortune dans les années 90, avec le développement des jeux de cartes qui met à mal, durant quelques années, le monde tout entier du jeu de rôle. Contraint de vendre ses licences, Chaosium gardera L’Appel de Cthulhu. Il participera ensuite à la « vague d20 » dans les années 2000, mais de manière très limitée, continuant à développer des campagnes pour l’Appel de Cthulhu avec son propre système de jeu.

Basis Role-Playing

Basis Role-Playing est un système de jeu employé par Chaosium pour divers jeux de rôle. Simple d’utilisation, il est employé par un vaste panel de joueurs et de maîtres de jeu, qui peuvent l’utiliser pour développer leur univers personnel.

Un système basé sur le d100

Basic Role-Playing, ou plus simplement BRP, est un système de jeu extrêmement simplifié pour le jeu de rôle. Ce système emploie le d100 pour la résolution des actions des personnages. Ce système fut l’un des premiers à ne plus utiliser les classes de personnage ainsi que la notion de niveau, en proposant un système de compétences progressant individuellement, basé sur les pourcentages. Un système de pourcentage de réussite est plus intuitif et moins abstrait qu’un système de niveaux.

Caractéristiques et valeurs dérivées

Dans le système BRP, le personnage est défini par une série de sept caractéristiques qui, une fois déterminées aléatoirement, permettront de se représenter le physique et le mental du personnage. Plus une valeur est élevée et plus le personnage sera puissant dans cette caractéristique. Les caractéristiques du personnage sont celles qu’on retrouve dans bien d’autres jeux de rôle, à savoir :

  • Force (FOR) : puissance physique
  • Constitution (CON) : résistance physique (aux maladies, à la fatigue)
  • Taille (TAI) : à la fois taille et masse d’un individu
  • Intelligence (INT) : capacité d’apprentissage
  • Pouvoir (POU) : volonté et capacité magique
  • Dextérité (DEX) : agilité naturelle, vitesse de réaction
  • Charisme (CHA) ou Apparence (APP) : beauté physique, capacité à s’attirer les sympathies, à charmer.

En règle générale, on déterminera les caractéristique en jetant sept fois (une fois pour chaque caractéristique) 3d6. Certains jeux de rôle proposent de lancer 4d6 et de garder les trois meilleurs résultats. Une fois ces sept résultats obtenus, on répartira les valeurs dans les caractéristiques, ce qui nous donnera le physique et le mental du personnage. Mentionnons au passage que certains jeux de rôle comme Elric, dérivé de l’une des saga de Moorcock, ont fait le choix de déterminer les caractéristiques en lançant 2d6+6.

De ces caractéristiques seront dérivées certaines valeurs utiles au personnage :

  • Les points de vie ((TAI + CON)/2), déterminant le nombre de coups qu’un personnage peut subir avant de tomber inconscient ou mourir.
  • Le bonus aux dégâts, servant à modifier l’impact des coups infligés lors du combat au corps-à-corps (tableau en fonction de TAI+FOR) ;
  • Les points de magie ou points d’énergie pour les pouvoirs extraordinaires — magiques, psioniques, … — (score identique au score de POU).

Bien entendu, d’autres facteurs dérivés peuvent également être employés en fonction de l’univers dans lequel on évolue.

Système de compétences

Le système de compétences est très intuitif. Lors de la création du personnage, celui-ci possède un certain nombre de points de compétences, qu’il devra répartir dans une liste préalablement définie. La majeure partie des compétences ne sont pas à 0% de maîtrise, ce qui signifie que le personnage est naturellement capable d’employer cette compétence comme toutes les autres personnes de l’univers. Ces compétences sont chiffrées sur 100 et représentent ce qu’a appris le personnage au cours de sa vie. 100% signifie donc que le personnage a appris tout ce qu’il pouvait dans ce domaine. On trouve parfois des pourcentages supérieurs à 100%, ce qui s’explique par le fait que le personnage a découvert des secrets que nul autre ne connaît, même en ayant tout appris sur le sujet. Ce système est très intuitif : si un personnage possède une compétence à 40 %, alors il aura 40 % de chance de réussir une action lors d’un jet de dé 100. Dans ce cas donc, il sera nécessaire que le résultat du dé soit inférieur ou égal à 40 pour que l’action réussisse.

Pour la magie (ou tout ce qui s’y apparente), le système emploie des points de magie qui représentent une sorte de réservoir dans lequel le personnage peut puiser pour jeter ses sorts. Une fois cette réserve épuisée, le personnage ne peut plus employer de magie.

Quick starter de Chaosium (en anglais)

Basic RolePlaying Quick-Start

Jeux édités

Call of Cthulhu, Basic Role-Playing, Cthulhu Dark Ages, Cthulhu For President, D20 – Dragon Lords of Melniboné, Dungeons and Dragons, Elfquest, Elric !, Harry Potter JDR, Hawkmoon, Nephilim, King Arthur Pendragon, Prince Valiant, Ringworld, RuneQuest, Stormbringer, Superworld, Thieves’ World, Worlds of Wonder

Sources

Partagez

Vous aimerez peut-être...

2 Réponses

  1. 6 novembre 2016

    […] puisqu’il reprend, tel quel, le système Basic Role-Playing (Jeu de rôle basique) édité par Chaosium, bien connu des rôlistes. Basic Role-Playing ou plus simplement BRP, est un système de jeu […]

  2. 9 février 2017

    […] Système de Jeu : Basis Rôle Playing – Chaosium […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *