Les Chroniques de Shannara

Les Chroniques de Shannara – ou The Shannara Chronicles en version originale – est une série télévisée américaine tirée de la série littéraire Shannara de Terry Brooks et développée par Alfred Gough et Miles Millar.

Informations techniques

Les chroniques de shannara

Les chroniques de shannara

  • Titre original : The Shannara Chronicles
  • Titre: Les Chroniques de Shannara
  • Date de sortie : 2016
  • Réalisateurs : Alfred Gough, Miles Millar
  • Acteurs principaux : Austin Butler, Poppy Drayton, Ivana Baquero
  • Genre : Aventure, Fantastique
  • Origine : Etats-Unis
  • Saisons : 2 (3ème en préparation)
  • Épisodes : 20
  • Durée moyenne par épisode : 42 minutes
  • Statut : En production

L’histoire en quelques mots

Saison 1 : Après que l’humanité ait sombré dans la déchéance suite à une guerre totale, le monde a commencé à changer et de nouvelles races sont apparues. Les Chroniques de Shannara se déroulent en l’an 4150, bien après les évènements qui bouleversèrent notre monde. Dans un univers où il ne reste plus que des ruines du passé de l’homme, la magie semble s’être développée et de nouvelles races gouvernent le monde des Hommes. Ainsi les Elfes dominent-ils notre monde et se doivent-ils de le protéger. Pour ce faire, ils veillent sur un arbre gardien nommé l’Ellcrys qui, selon la légende, barrerait le passage aux démons qui déferlèrent autrefois sur Terre. Certains elfes sont Elus par leur peuple pour devenir les gardiens de cet arbre et c’est ce que désire par dessus tout faire Amberle, l’actuelle princesse du peuple elfe. Participant à la grande course qui permet de déterminer les nouveaux gardiens, elle ne se doute pas que ce n’est que le point de départ d’une quête qui pourrait mettre en péril tous les peuples de notre Terre. Car l’Ellcrys est mourant, et chaque feuille tombant au sol libère un nouveau démon qui se lance alors à l’assaut des villes et villages alentours.

L'Ellcrys et le royaume des elfes

L’Ellcrys et le royaume des elfes

Dans un autre coin du royaume des elfes, Wil, un demi-elfe, se voit remettre d’étranges pierres elfiques sensément dotées d’un pouvoir immense. A la mort de sa mère, il part à la recherche du dernier des Druides afin que celui-ci puisse lui expliquer leur fonctionnement et l’aider à utiliser leur pouvoir. Découvrant qu’il est le dernier descendant des Shannara, Wil devra faire face à des dangers qui le dépassent et devra apprendre à utiliser une magie qui le consume petit à petit.

Saison 2 : Attention spoilers : Comme vous pouvez vous en douter, nous allons ici révéler certains éléments de l’histoire principale et des évènements survenus dans la saison 1. Si vous n’avez pas encore vu celle-ci, nous ne pouvons que vous encourager à le faire avant de lire ce qui suit.

La saison 2 des Chroniques de Shanara reprend l’histoire quelques années après la fin de la guerre contre les démons. Emberli s’étant sacrifiée pour stopper les démons, Eritria ayant été recueillie chez les humains des terres perdues, il ne reste que Wil, qui travaille désormais chez les guérisseurs gnomes. Apparaît alors Mareth, qui prétend être la fille du druide Allanon. Au même moment, Emberli apparaît en vision à Eritria et lui annonce que les ténèbres sont en marche et que le Roi Sorcier sera bientôt de retour. C’est donc à cette nouvelle menace que le groupe nouvellement formé devra faire face pour que les Quatre Royaumes ne sombrent pas une nouvelle fois dans le chaos et les ténèbres.

L’un des nouveaux personnage de cette saison 2 en la personne de Mareth, la fille d’Allanon

Avis de la rédac’

Keul : Que dire de cette série si ce n’est qu’elle est quelque peu inégale dans son traitement. L’histoire est intéressante, mais traitée de manière souvent trop clichée. Le héros qui n’en est pas réellement un, la princesse qui se rebelle contre son statut royal, la voleuse repentie et qui change de camp tous les deux épisodes, sans parler du mentor puissant et très vieux qui devra former la jeune génération en ne lui fournissant des informations qu’au compte-goutte histoire de mettre les héros dans des situations impossibles, tels sont les éléments qui rythmeront l’histoire.

Les démons ont la classe et remplissent parfaitement leur rôle

Les démons ont la classe et remplissent parfaitement leur rôle

Plusieurs éléments restent sans réponse, comme la raison pour laquelle cela se passe dans un futur post-apocalyptique et comment les nouvelles races sont apparues. Une explication visuelle est vaguement donnée lors du générique et on suppose que, suite à la guerre, les humains ont muté pour devenir des elfes, des gnomes et autres races qui peuplent notre monde. Par contre pour la magie ? Pas d’explication. Elle est là et personne ne semble croire à son existence. Celle-ci a pourtant été abondamment utilisée à peine un siècle auparavant, durant une guerre auquel le roi des elfes participé. Mais celui-ci a décidé de dire à son peuple que la magie n’était qu’une légende. Résultat, quand les démons arrivent, personne n’y croit et c’est un véritable carnage. Bien que « nécessaire » à l’avancée du scénario, c’est un peu bancal. Parlant de choses bancales, les musiques sont réellement mauvaises pour une série qui possède pourtant de très bons graphismes. Rien d’étonnant puisque c’est MTV qui produit la série me direz-vous, mais ceci ne justifie pas la pop-rock qu’on nous sert dans les scènes de combat et les voyages des héros. Je le dis et le redis, rien de tel qu’une mauvaise musique pour vous sortir totalement d’une immersion dans une série ou un film.

Je ne parlerai que très brièvement du triangle amoureux catastrophiquement cliché entre le héros, la princesse et la voleuse, qui ne sert qu’à contenter la portion adolescente du public.

Heureusement tout n’est pas bon à jeter dans cette série ! Les démons sont magnifiquement réalisés et donnent une claque graphique au reste de la série. Leur traitement est très bien réalisé et on en vient à sursauter quand ils débarquent sur les terres des quatre races pour semer la mort et la destruction. Ce passage de scènes mièvres à cette violence assez crue est si rapide qu’il arrive à relancer l’intérêt pour la série.

Au final, comme je le disais en début d’article, on se trouve devant une série à la réalisation inégale. Esthétiquement, on ne peut pas lui reprocher grand chose. L’histoire est intéressante et les intrigues assez bien menées. Reste que la musique hors contexte et les dizaines de clichés rendent difficile de se plonger totalement dans la série pour l’apprécier pleinement. A voir ce qui se profile dans la saison 2 pour donner un avis définitif, mais si vous avez une quinzaine d’heures devant vous, cette série pourrait être un choix intéressant pour votre culture générale.

Saison 2 : Passons maintenant rapidement sur ce que j’ai pensé de cette saison 2. Rapidement, car il n’y a – malheureusement – pas grand chose à dire dessus. Aux habituels clichés présents dans la première saison viennent s’ajouter de nombreux autres raccourcis et facilités scénaristiques qui plombent la dynamique de l’histoire déjà passablement légère. Entre le héros toujours aussi lisse qui se pose des questions existentielles sur sa capacité à sauver le monde, un voyage dans le temps lors duquel il rencontrera ses parents (ce qui provoquera en passant une jolie boucle temporelle auto-alimentée – Wil étant responsable plus ou moins directement de sa propre naissance), l’apparition de nouveaux personnages qu’il est plus que difficile de développer car le nombre d’épisodes est trop faible, la saison 2 donne un goût d’inachevé au téléspectateur. Les trahisons sorties de nulle part pour justifier la puissance de l’organisation anti-magie Crimson sont également assez mal amenées et les morts violentes et souvent peu utiles « à la Game of Thrones » donnent une impression brouillonne à l’ensemble.

Les spectres – nouveaux ennemis de cette saisons 2 – venus remplacer les démons. Un peu moins impressionnant que ces derniers.

Tout n’est cependant pas à jeter dans cette série. Si les musiques sont épisodiquement décalées par rapport à l’intrigue, comme lors de la saison 1 – il y a quand même un peu de progrès de ce côté. Les décors naturels restent magnifiques, mais mettent en avant la pauvreté des effets d’incrustation de décors et des effets spéciaux qui – bien que jolis dans l’ensemble – dénotent affreusement du coup.

Une incrustation de décors parfois trop visible comme dans cet exemple avec le Royaume humain de Leah

L’histoire est cependant plus pauvre que dans la première saison et cela se remarque, même avec aussi peu d’épisodes. On tente d’empêcher la résurrection du Roi Sorcier durant les trois-quarts des épisodes et on tente de l’empêcher d’agir dans les trois derniers. Entre-temps, on court d’un royaume à un autre pour empêcher des trahisons à tout va et pour récupérer des artéfacts pour stopper l’avancée des ténèbres ou pour ressusciter le Roi Sorcier. Le dernier épisode n’est qu’un rush du combat final, qui ne dure que quelques minutes. Parlant du combat final, celui-ci se termine avec le sacrifice du héros [sarcasme]totalement inattendu puisqu’il n’avait absolument pas été prévenu deux épisodes plus tôt par son père[/sarcasme]. Mais au final, rassurez-vous, la saison 2 se termine par un cliffhanger [sarcasme]tout aussi inattendu[/sarcasme] qui nous apprend que Wil n’est pas mort mais bloqué dans la barrière de l’Elcryst avec les démons de la saison 1 (tout comme Allanon, mais ça on le découvrira assez rapidement j’imagine). Pour conclure, ces dernières lignes résument parfaitement ce qu’est cette saison 2 : une bande-annonce un peu longuette de la saison 3 qui promet (on l’espère) d’être un peu plus intéressante.

Mikaua : J’ai pour ma part été plutôt déçue par cette série. Oui, niveau graphique, elle est très belle, et autant les décors intérieurs qu’extérieurs en mettent plein les yeux au spectateur. Par contre niveau scénaristique, c’est malheureusement bien moins abouti. Si l’intrigue principale est assez bien menée, les éléments post-apocalyptiques de l’univers tombent comme autant de cheveux dans la soupe : non seulement on n’a aucune explication sur comment on en est arrivé là, mais à chaque fois les éléments qu’on nous sert ne semblent être là que pour l’esbroufe, comme pensés après-coup par inquiétude que le public n’accroche pas à un univers purement imaginaire. Quant à la magie qui est apparue de nulle part pour disparaître aussi sec sous une couche de politiquement correct et ainsi pouvoir prendre tout le monde par surprise… ça donne un irrésistible sentiment de bricolage. Autant de manquements qui gâchent un scénario qui aurait autrement pu être sympathique. Bref, on a un univers en demi-teinte, qui frustre par ses innombrables non-dits et qu’on dirait composé pour moitié de post-apocalyptique et pour moitié de fantasy dans le seul et unique but de s’attirer le plus large public possible. Une série agréable pour se détendre, mais abandonnez l’idée de creuser du côté de l’univers.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

1 Réponse

  1. mohammadou Moustapha dit :

    C’est une série que tout le monde aime, c’est vraiment une très bonne série et vraiment ils ont dû travailler dur pour la faire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *