Comptines Barbares (Web-Série)

Web-série médiévale-fantastique humoristique, les Comptines barbares, plus simplement abrégées « Comptines barbares » vous plongent au cœur de l’empire Kersh pour y suivre les aventures d’Adruk, Agrendahaar et Tolkos, trois barbares qui font ce que tout bon barbare sait faire : se battre et semer la pagaille là où ils passent en tentant de s’enrichir au passage.

Informations techniques

  • Titre : Comptines barbares
  • Date de sortie : 22 avril 2013
  • Production : Alexandre Caniglia
  • Scenario : Alexandre Caniglia, Thierry Fellay, Cristophe Tacchini, Fabrice Bruchez
  • Réalisation : Alexandre Caniglia
  • Genre : Médiéval, Fantastique, Fantasy
  • Origine : Suisse
  • Saisons : 3
  • Épisodes : 37
  • Durée moyenne par épisode : 7 minutes
  • Statut : en cours
  • Site web : www.comptinesbarbares.com/
  • Chaine Youtube : https://www.youtube.com/channel/
  • Âge : 12+

L’histoire en quelques mots

L’Empire de Kersh est un royaume peuplé de créatures dangereuses. Démons, nécromanciens et autres dragons s’y côtoient, mais nul n’est plus dangereux que les barbares qui y vivent. Adruk et Agrendahaar sont deux représentants de ce fier peuple. Bien décidés à remettre la main sur un coffre d’or indument volé, ils sillonnent les bois à le recherche du voleur et de son butin. C’est alors qu’ils sont rejoints par un troisième compère, Tolkos. Cet autre barbare prétend avoir vu le voleur et offre de les aider contre une part de l’or du coffre et la promesse des deux autres de devenir les premiers membres de son futur équipage. Car Tolkos désire devenir le prochain chef de sa tribu et doit – pour ce faire – ramener un bateau à son village. Mais la chose est peu aisée quand on sait qu’aucune rivière ni étendue d’eau ne se trouve à proximité.

Les trois héros de la série

Les trois compères se mettent alors en marche pour retrouver leur or. Mais entre Agrendahaar qui possède une part de sang elfe et qui – des dires d’Adruk – ne se comporte pas comme un vrai barbare, Adruk, qui doit éradiquer la moitié des royaumes pour remporter un pari fait lors d’une soirée trop arrosée et qui se jette sans réfléchir sur tout ce qui est vivant ou non dans l’espoir de compléter son interminable liste, et Tolkos, chef d’un équipage sans bateau et qui semble souffrir de problèmes d’audition, il est fort à parier que l’aventure de nos trois héros s’avèrera des plus chaotiques.

Anti-héros et humour barbare

Il vous suffira de visionner les deux trois premiers épisodes pour vous rendre compte que les héros de l’histoire sont en réalité des anti-héros qui sèment le chaos partout où ils se rendent. Qu’ils tentent d’aider les autres (moyennant récompense), de sauver la veuve et l’orphelin (parce que ça rapporte) ou qu’ils décident simplement de massacrer tout ce qui bouge (parce que c’est sur la liste d’Adruk ou simplement parce que c’est ce que font les vrais barbares), aucune quête n’est menée à bien ou presque, et la population de la forêt dans laquelle ils évoluent s’en voit pour le moins diminuée.

Le staff de la première saison

Toute la série est ponctuée de cet humour si particulier que seuls les barbares semblent apprécier, fait de combats épiques (ou non), de grosses tatanes et de massacres dans la joie et la bonne humeur. Les différents protagonistes ne sont également pas avares en jeux de mots en tout genre qui viendront égayer les épisodes tout au long des aventures de ce trio.

Par la suite, d’autres personnages, comme Til le runiste, grand amateur de bière et d’ennuis en tout genre et n’hésitant pas à partager les grandes citations de son maître runiste, viendront rejoindre le groupe pour notre plus grand plaisir.

Avis de la rédac’

Keul : Une série sur les barbares. Pour ceux qui commencent à me connaître, vous pensiez bien que je ne pouvais y résister. Encore plus quand la série vous est présentée par deux types en pagnes de fourrures équipés de haches géantes savamment fixées dans leur dos. Comptines barbares est donc une web-série humoristique qui nous fait suivre trois barbares tout ce qu’il y a de plus classique. Brutaux, pas très finauds, mais de dignes représentants de ce peuple fier de ses décennies de bastons en tout genre.

Attendez-vous donc à des situations pour le moins grotesques, faites d’incompréhension, de mésententes et de pas mal de coups de hache faisant passer nombres de personnes innocentes de vie à trépas : en un mot comme en cent, attendez-vous à de l’humour barbare ! Le format de la série est très bien vu car les épisodes sont courts et s’enchaînent rapidement sans qu’il n’y ait de temps mort, un peu comme un épisode de Kaamelott. D’ailleurs, lors de notre rencontre avec l’équipe, lors du Lausanne Fantasy, ils se plaisaient eux-même à dire que la série « c’était Kaamelott sans le budget » et fort est de constater qu’ils n’avaient pas tort.

Au final, l’histoire finit par se créer à partir de rien puisque les protagonistes débutent des quêtes sans jamais les finir et massacrent simplement ceux qu’ils devaient sauver ou capturer sans même s’en rendre compte. Et c’est bien ce point qui fait tout le piment de cette série. Les retournements de situation et l’anarchie générale de l’univers sont rafraîchissants et nous permettent de passer une excellent moment.

Des problèmes souvent expédiés à grands coups de haches et d’épées

Xefed : Ma première question quand j’ai commencé à regarder cette série était de savoir où ils voulaient nous emmener. Et pour une fois, la réponse est assez inattendue car ils nous emmènent… nulle part ! Le groupe se balade dans la forêt avec un but précis mais ne semble jamais l’atteindre, soit parce qu’ils se perdent, soit parce qu’ils massacrent les personnes pouvant les aider.

Et au final, on se rend compte que tout l’univers est peuplé de boulets et que ce n’est pas seulement les barbares qui sont ainsi. Ça me fait vraiment penser à l’univers de Naheulbeuk et ça faisait bien longtemps que je n’avais pas retrouvé cette sensation. C’est agréable, c’est rafraîchissant et c’est même un peu nostalgique. Certaines situations me rappellent également des parties de jeu de rôle à Donjons et Dragons, où un jet de dé malheureux nous plongeait dans des situations improbables, bien souvent avec notre barbare national comme responsable de ladite situation.

Petit coup de cœur pour les petites annonces, en fin d’épisode, qui vous invitent à vous abonner, elles sont justes magnifiques et super bien pensées.

Bande annonce

Sources des images

Partagez

Vous aimerez peut-être...

1 Réponse

  1. Desgranges philippe dit :

    Trop bien cette série, je suis un grand fan, très drôle

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.