Le cycle des Anges – Bernard Werber

Le Cycle des Anges comprend deux romans qui traitent des recherches et expérimentations sur la mort d’un groupe d’amis. Se faisant appeler les Tanathonautes – littéralement navigateurs de la mort – ils tenteront sans cesse de repousser les limites de la connaissance que les hommes ont de l’après-vie afin de s’élever au-dessus de la simple condition de mortels. Le cycle sera ensuite suivi d’une trilogie nommée le Cycle des Dieux, qui reprendra les aventures du héros principal là où le Cycle des Anges l’avait laissé et qui mettra un terme à la série.

Fiche technique

Werber Cylce des Anges

Les deux couvertures Le Livre de Poche du cycle des Anges

  • Auteur : Bernard Werber
  • Titre original de la série : Le Cycle des Anges
  • Titres des tomes :
    • Les Tanathonautes
    • L’Empire des Anges
  • Genre : Fantastique ; Science-Fiction
  • Nombre de tomes : 2
  • Année : 1994-2000
  • Niveau : Bon lecteur

Bibliochimie

Si un alchimiste voulait recréer ce livre dans son alambic, quelles œuvres proches et autres choses pourrait-il utiliser comme ingrédients ?

– Un style scientifique caractéristique de l’auteur
– De nombreuses références à des faits historiques, des livres religieux et autres documents de référence
– Une narration posée et centrée sur l’évolution du personnage principal avec un narrateur omniscient

Résumé

Les Tanathonautes : Michael Pinson est un homme qui a déjà connu la mort à de nombreuses reprises, que ce soit à travers ses proches ou de part son expérience personnelle lors d’un accident de voiture. Fasciné par celle-ci, il fera la connaissance de Raoul Razorbak lors de l’enterrement de son oncle. Devenant amis, ils se retrouveront souvent pour discuter de la mort et de ce qu’il se trouve au-delà. C’est lors de ces entretiens que Raoul fera découvrir l’ouvrage « Francis Razorbak au travers de sa thèse, la mort cette inconnue », la thèse de son père qui s’est suicidé quelques temps auparavant. Puis le temps viendra séparer les deux amis, qui finiront par se retrouver une fois adulte. Là commenceront les premières expériences leur permettant de voyager au-delà de la mort, sur le continent des morts qui doit les mener au Paradis. Reliés à leur corps par un cordon, leurs âmes évolueront alors sur ce continent, franchissant différents murs pour atteindre le fameux paradis.
L’Empire des Anges : suite à sa mort dans un accident d’avion, Michael Pinson est devenu un Ange. Il apprend alors que toute chose sur cette terre, de la première pierre venue à l’être humain le plus puissant de la planète, est soumis au cycle des réincarnations. Afin de s’élever au-dessus de sa condition précédente, chaque être doit accumuler un certain nombre de points un peu comme des points de karma, nombre de points que Michael a réussi a compléter lors de sa précédente vie. C’est donc dans son nouveau statut que Michael devra évoluer. Ayant à charge trois humains qu’il doit protéger et dont il doit exaucer tous les vœux, même les plus aberrants, Michael est bien décidé à briser quelques règles et à continuer les recherches commencées en tant que Tanathonaute pour, qui sait, s’élever au dessus du statut d’Ange et devenir un Dieu.

Particularité d’écriture

Werber avoue avoir produit certains chapitres de l’œuvre des Thanatonautes en écriture automatique, soit en écrivant sans réellement réfléchir à une intégration à l’intrigue de l’œuvre ni réellement penser à la cohérence de l’œuvre.

Avis de la rédac’

Keul : le style de Werber est assez particulier et on remarquera immanquablement la connotation scientifique de celui-ci. Ce fait se retrouve particulièrement dans les nombreuses citations d’ouvrages de référence, qu’ils soient réels ou créés de toute pièces par l’auteur. Ces nombreuses citations (voir même trop nombreuses) plombent malheureusement le récit, qui ne manque pourtant pas d’attrait. L’idée de l’auteur de faire évoluer ses personnages dans des mondes proches de la mort, puis d’élever ces personnages au rang d’Anges est assez bien trouvée et amenée de manière assez logique, permettant qui plus est de s’intéresser à des questions existentielles tout en mêlant légendes, mythologies et religions. On remarquera rapidement la tendance de l’auteur à se baser sur ces sources existantes (mythologie, religion, légendes, etc.) pour développer son récit et l’ancrer dans notre réalité, justifiant nombre d’évènements se déroulant dans l’œuvre par ce biais. Ce qui fait la force de l’œuvre devient cependant lourd à terme, car les références mythologiques ou religieuses prennent le pas sur l’histoire, allant jusqu’à occuper la majeure partie de l’ouvrage et plombant l’avancée de celle-ci. Ce qui devait servir de support devient alors la base de l’ouvrage, et l’histoire une simple application des faits précédemment cités comme référence. Ce problème se retrouvera d’ailleurs dans le cycle des dieux, avec le doucement de référence « l’Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu». Au final, on se retrouvera dans une œuvre avec un intérêt en dents de scie qui mêle des passages existant dans notre monde avec une histoire de fiction qui aurait mérité une place plus importante dans l’ouvrage final.
Mikaua : A titre personnel, j’ai un vrai problème avec le style de Werber, et particulièrement sa connotation scientifique. Les citations en note de bas de page incessantes, par exemple, me cassent mon rythme de lecture, et sa manie de commencer chaque nouveau chapitre par un article entier de « L’Encyclopédie du savoir relatif et absolu » – écrit par Werber lui-même, auto-promotion par excellence – a fini par tellement me hérisser le poil que je sautais carrément l’article, ce qui me faisait remarquer au passage que le nombre de pages que je sautais n’était pas loin de dépasser le nombre de pages que je lisais, un ratio inquiétant pour un roman. Pourtant, j’avais bien accroché à l’intrigue de base, mais elle est devenue tellement anecdotique au final que je me suis retrouvée frustrée, avec l’impression de lire davantage un « remake » de cette fameuse Encyclopédie avec l’histoire comme – faible – excuse pour l’appellation roman. En bref, y’avait du potentiel, mais tellement noyé sous le scientifique qu’au final ce fut une grosse déception.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

1 Réponse

  1. 15 avril 2017

    […] Cycle des dieux est une trilogie de romans qui fait suite au Cycle des Anges, lui-même composé des Tanathonautes et de l’Empire des Anges. Dans cette série de romans, on […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *