Le Cycle des dieux – Bernard Werber

Le Cycle des dieux est une trilogie de romans qui fait suite au Cycle des Anges, lui-même composé des Tanathonautes et de l’Empire des Anges. Dans cette série de romans, on retrouve Michael Pinson – héros des deux premiers romans – qui, après avoir été mortel puis ange, est aujourd’hui devenu un élève dieu dans un jeu visant à déterminer qui deviendra le nouveau Dieu unique.

Fiche technique

cycle des dieux

La trilogie du cycle des dieux de Bernard Werber

  • Auteur: Bernard Werber
  • Titre original de la série: Le Cycle des dieux
  • Titres des tomes:
    • Nous les dieux
    • Le souffle des dieux
    • Le mystère des dieux
  • Genre: Fantastique ; Science-Fiction
  • Nombre de tomes : 3
  • Année : 2004-2005-2007
  • Niveau: Bon lecteur

Bibliochimie

Si un alchimiste voulait recréer ce livre dans son alambic, quelles œuvres proches et autres choses pourrait-il utiliser comme ingrédients ?

– Un style scientifique caractéristique de l’auteur

– De nombreuses références à des faits historiques, des livres religieux, des théories philosophiques et autres documents de références

– Une narration posée et centrée sur l’évolution du personnage principal avec un narrateur omniscient

Résumé

Le Cycle des dieu reprend l’histoire de Michael Pinson là où elle s’était arrêtée à la fin du Cycle des Anges. Après avoir réussi à guider correctement les humains qu’il avait à charge en tant qu’ange, Michael atteint un nouveau stade dans l’évolution de l’âme. Ces différents stades sont représentés par des chiffres allant de 1 à 9 et représentent tous un niveau d’évolution et de conscience de l’âme. Aujourd’hui élève dieu – stade symbolisé par le chiffre 7 – Michael retrouve son ami Raoul Razorbak et son mentor, Edmond Wells, dans un jeu visant à déterminer la personne la plus digne de devenir un dieu à part entière. Pour se faire, les 144 élèves – dont certains sont d’anciennes figures historiques connues de la Terre comme Marie Curie, Gustave Eiffel, Victor Hugo ou encore Mata Hari – doivent gérer un peuple sur une planète nommée Terre18. Il s’agit d’une planète tout ce qu’il y a de plus réelle et les habitants sont des humains comme on peut en trouver sur Terre1, qui était la terre d’origine. Les professeurs des élèves dieux sont des figures mythologiques qui viennent donner des conseils sur l’évolution du jeu. Au terme d’une séance de jeu, un ou plusieurs élèves sont éliminés et emportés par des centaures. On n’entend alors plus parler d’eux jusqu’au troisième volume. Très vite, des meurtres sont perpétrée quand les élèves comprennent que l’échec entraîne la mort et une enquête parallèle est menée par les héros. Le climax de la trilogie est atteint à la fin du dernier volume alors que les héros prennent leur distance avec ce jeu mortel pour enquêter dans les territoires environnant l’épreuve des élèves et la découverte des appartements de Dieu.

Particularité d’écriture

Le Cycle des dieux reprend la formule déjà employée dans les deux précédents volumes, à savoir une alternance entre les récits qui concernent l’histoire et les références à un ouvrage nommé « Encyclopédie du savoir relatif et absolu ». Cet ouvrage référence les connaissances à posséder pour le lecteur au niveau mythologique, religieux ou philosophique afin de mieux comprendre l’intervention des dieux professeurs. Les chapitres du récit se décomposent en deux parties : la première nous relatant les aventures du Michael Pinson, l’autre nous permettant de suivre des moment historiques de la vie des habitants de Terre18.

Adaptation de la série

Une adaptation en jeu-vidéo des trois romans du Cycle des dieux devait normalement voir le jour sous la forme d’un jeu de stratégie en temps réel du style d’Age of Empires. Prévu sous le nom de « Nous les dieux », le projet semble ne pas avoir donné suite et est petit à petit tombé dans l’oubli.

Avis de la rédac’

Keul : ce nouveau cycle met en place le héros des précédents tome dans une nouvelle aventure qui va le mener plus loin qu’aucun homme n’est jamais allé, c’est du moins ce qu’on nous vend sur le papier. L’histoire avait tout pour plaire, avec des personnalités connues, un jeu mortel et un mystère à élucider : qu’est ce qui pourrait bien se trouver au-dessus de Dieu ? Alors, qu’est-ce que cela donne dans la pratique et dans l’application des idées ? Eh bien c’est un peu décevant selon moi. Une nouvelle fois, l’alternance des chapitres d’intrigue et les extrait de l’Encyclopédie du savoir relatif et absolu plombent complètement le rythme de l’histoire pour peu qu’on connaisse un minimum la religion, la mythologie et la philosophie. Ces passages ne sont là que pour montrer à quel point les caractères des personnages mythologique collent à ce que nous connaissons d’eux. Dommage quand on voit à quel point les passages sur Terre18 et l’intrigue dans Aeden sont intéressants. Comme précédemment, les passages par l’Encyclopédie sont longs, peu utiles si on possède un minimum de culture générale et occupent au final une très grande partie du livre, si bien qu’on en vient à passer ces chapitres pour lire les passages réellement intéressants. Le final est intéressant même si relativement attendu.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

1 Réponse

  1. 15 avril 2017

    […] de la simple condition de mortels. Le cycle sera ensuite suivi d’une trilogie nommée le Cycle des Dieux, qui reprendra les aventures du héros principal là où le Cycle des Anges l’avait laissé et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *