DanMachi

Dungeon ni deai o motomeru no wa machigatteiru darō ka

Dungeon ni deai o motomeru no wa machigatteiru darō ka

« Dungeon ni deai o motomeru no wa machigatteiru darō ka », traduit littéralement par : « Est-ce un tort de chercher des rencontres romantiques dans un donjon ? », et souvent abrégé « DanMachi », est à l’origine une série de 8 light novels de l’auteur Fujino Ōmori. Comme Sword Art Online, cette ouvrage a été décliné en 4 mangas et une série animé de 13 épisodes. Mais ici, je vais plus approfondir la série animée, car je n’ai pas encore eu le temps de  dévorer les ouvrages des deux autres supports.

Fiche technique

  • Titre: Dungeon ni deai o motomeru no wa machigatteiru darō ka
  • Date de sortie : 3 avril 2015
  • Réalisateurs : Yoshiki Yamakawa
  • Scénariste : Hideki Shirane
  • Studio d’animation : J.C. Staff
  • Compositeur : Keiji Inai
  • Genre : Action, comédie, romance, fantasy
  • Épisodes : Saison 1 : 13+1 OAV; Saison 2 : 12
  • Statut : Saison 1 terminée ; Saison 2 en cours

Coup d’œil sur l’univers

Au centre de la ville d’Orario s’élève une tour qui disparaît dans le ciel. Sous celle-ci, dans les profondeurs de la terre, s’étend un labyrinthe nommé le Dungeon, empli de monstres. Nombreux sont les aventuriers à le parcourir à la recherche de gloire et de richesses. Mais n’est pas aventurier qui veut ; pour le devenir, il faut être membre d’une « Famille », sous la protection d’une divinité pour pouvoir progresser.

Bell en plein combat au centre-ville de Orario

Bell en plein combat au centre-ville de Orario

Bell Canel, le protagoniste de l’histoire, s’est mis en tête de devenir un héros légendaire dans l’espoir de trouver une romance avec une jolie fille, comme dans les histoires de son grand-père. Seul problème, celui-ci cherche cette romance dans le fameux Dungeon. De nature plutôt frêle, il a du mal à trouver une « Famille » qui veuille l’accepter. Durant ses recherches dans la ville, il tombe nez à nez avec la petite déesse Hestia qui, quant à elle, cherche désespérément des adeptes. C’est pourquoi ils font alliance tout les deux : afin atteindre leurs objectifs respectifs, Bell devenant alors le premier et unique héros de la déesse. Pour ne rien arranger, la petite déesse tombe amoureuse de son adepte et c’est ainsi que commence l’aventure.

Avis de la rédac’

Xefed: En bonne rôliste que je suis, le principe du « Donjon » m’évoque un « porte, monstre, trésor ». Le héros avance dans le donjon en se confrontant à diverses créatures afin d’augmenter ses compétences et en acquérir de nouvelles. Pour couronner le tout, celui-ci reçoit une feuille de personnage qui liste ses nouvelles aptitudes en montant de niveau. Les aventuriers peuvent aussi bien être des mages, des guerriers, des guérisseurs ou des classes de soutien. Et je ne peux m’empêcher de sourire en voyant comment le héros apprend certaines de ses compétence; du Donjons et Dragons 3.5 tout craché. Même si la soit-disant romance – un traditionnel triangle amoureux – n’est, selon moi, pas plus avancée à la fin de la série qu’au début, elle amène malgré tout à des situations bien cocasses. Une série intéressante, même si j’aurais apprécié que le sujet des divinités ait été plus poussé. Je suis restée sur ma faim sur cette partie du scénario. Peut-être que les light novels et les manga m’en apprendront plus, à voir…

Bell et Hestia

Bell et Hestia

Au final, une petite histoire marrante qui vaut le détour et qui passe bien le temps sans transcender le genre.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *