Dirty MJ – John Wick

Vous êtes Maître du Jeu et vous ne savez plus comment faire souffrir vos joueurs ? Ne craignez rien, Dirty MJ est là pour vous donner de nouvelles pistes et élargir vos connaissances en vilénie meujeutique. Grâce à ses articles détaillés et agrémentés d’exemples pertinents, vous obtiendrez toutes les compétences nécessaires pour que vos joueurs restent sur le qui-vive durant vos parties.

Fiche technique

La couverture de l’ouvrage

  • Auteur: Dirty MJ (Petit manuel du MJ tordu)
  • Editeur: Bibliothèque interdite
  • Genre: Jeu de rôle
  • Année : 2010
  • Niveau: Simple (avec des connaissances de jeu de rôle)

Bibliochimie

Si un alchimiste voulait recréer ce livre dans son alambic, quelles œuvres proches et autres choses pourrait-il utiliser comme ingrédients ?

– Des anecdotes de parties de jeu de rôle

– Tout un tas de conseils et autres petites astuces sur comment gérer une partie de jeu de rôle

– Une narration proche d’une partie de jeu de rôle

Résumé

« Règle n°1: il n’y a pas de règle »

Dirty MJ ne se présente pas comme une histoire à proprement parler mais comme un ensemble de petits articles émaillés de notes personnelles sur des sujets traitant du jeu de rôle. Le but clairement proclamé par l’auteur : « apprendre à faire souffrir ses joueurs quand on est Maître du Jeu » mais non pas de manière brutale et dénuée de panache. Non ! Dirty MJ vous propose d’apprendre à devenir un « méchant Maître du Jeu sadique » qui utilise les compétences, les backgrounds et les forces de ses joueurs pour les retourner contre eux, dans des parties qui dantesques. Car n’est-il pas vrai que plus vos joueurs souffrent durant une partie, plus ils prennent du bon temps ?

Particularité d’écriture

« Règle n°2: trichez quand même»

Comme mentionné précédemment, Dirty MJ n’est pas une romancisation de parties ou de scénario de jeux de rôle, mais un ensemble d’articles écrits à la base pour un forum du nom de Pyramide. Ces différents articles ont été repris, retravaillés et compilés dans cet ouvrage, car ils traitaient tous du même thème. Le style est donc très axé forum, ce qui crée une proximité avec le lecteur. On a d’ailleurs parfois l’impression de voir notre Maître du Jeu en face de nous qui nous explique pour quelle raison notre personnage vient de subir tel ou tel évènement fâcheux. Les articles sont agrémentés d’avis personnels et d’éléments de la vie privée de l’auteur, ce qui rend le tout très vivant au final. Le style est franc, efficace et parsemé d’humour, si bien que vous arriverez à la fin de l’ouvrage sans même vous en rendre compte.

Avis de la rédac’

Keul : Lire Dirty MJ quand on n’a aucune connaissance rôlistique n’est pas sans poser quelques problèmes, car l’auteur part du postulat que ceux et celles qui le lisent possèdent déjà une connaissance bien développée du jargon du jeu de rôle. Ainsi des termes comme « caractéristiques », « compétences », « jet de dés », « seuil de difficulté » et bien d’autres ne parleront-ils pas aux personnes non-initiées. Le but de cet ouvrage n’est cependant pas d’initier ou de vulgariser le jeu de rôle pour des néophytes mais bien de proposer une aide pour les Maîtres du Jeu (et aussi les joueurs dans une moindre mesure). Dirty MJ vous propose donc des articles qui traitent chacun d’un thème en particulier. De comment retourner les avantages de personnages contre eux à comment gérer un personnage pénible, en passant par diverses petites règles sur comment garder vos joueurs alertes, les articles sont bien écrits et on ne peut que féliciter l’auteur pour sa faculté à employer les règles des jeux de rôle qu’il décrit pour mener la vie dure à ses joueurs. C’est du grand art et on en redemande. Il est d’ailleurs intéressant de constater qu’avec un peu d’expérience du « côté obscur du paravent, là d’où les paquets de chips ne reviennent jamais », certaines des règles énoncées se mettent en place naturellement. Alors oui, certains MJ n’apprécieront pas Dirty MJ, d’autres comprendront certainement la volonté de l’auteur mais sans l’appliquer et d’autres encore le traiteront de psychopathe machiavélique. Au final, il y a du vrai dans chacun de ces points de vue et rien ne vous oblige à appliquer ou non les astuces présentées dans cet ouvrage. Le lire ne pourra cependant qu’ouvrir l’horizon des possibilités rôlistiques qui s’offre à vous et vous offrir des pistes pour vos parties futures.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *