Dragon Age (jeu de rôle)

Si combattre les engeances vous manque et que le cadre des jeux vidéos du même nom vous semble un brin trop étroit, lancez-vous dans le jeu de rôle Dragon Age ! Cette adaptation vous permettra d’explorer Thédas hors des sentiers programmés et de créer vos propres aventures.

Informations techniques

  • Titre : Dragon Age
  • Type/Thèmes : Médiéval, Fantastique, Héroïque
  • Editeur français : Black Book Editions
  • Autres éditeurs: Green Ronin publishing, Bioware
  • Auteur : Chris Pramas
  • Edition : 2e
  • Année : 2018 (2015 pour la parution originale anglaise)
  • Système de jeu : AGE (Action Game Engine)
  • Etat actuel : En cours

L’univers de Dragon Age

Le jeu de rôle Dragon Age vous emmène dans l’univers des jeux-vidéos du même nom : Thédas. Les conflits y sont légions, surtout entre les grandes nations humaines telles Férelden, Orlaïs et l’Empire tévintide : les intrigues sont pratiquement élevées au rang de langue internationale. Les Nains, race sur le déclin, se sont repliés sur eux-mêmes et s’accrochent obstinément à leurs traditions, seuls les nains sans-clan ou exilés commercent à la surface avec les autres races. Les elfes, quant à eux, sont soit réduits en esclavage, soit réunis en petites familles nomades tentant de préserver ce qu’il reste de leur culture.

Ca en fait de la place pour taper sur des engeances !

La carte de Thédas, le monde dans lequel vous jouerez à Dragon Age

Les mages, jugés dangereux car vulnérables à la possession par un démon lors de leurs voyages dans l’Immatériel, sont soumis à la stricte supervision des Templiers de la Chantrie – cette dernière étant la religion la plus puissante de Thédas. Les jeunes mages sont recherchés, puis retirés à leur famille et sont alors élevés par l’organisation du Cercle des Mages – aucune exception n’est tolérée, que l’enfant soit esclave ou noble n’y changera rien. Un mage qui parvient à échapper à cette recherche systématique et qui fait son apprentissage hors de la supervision du Cercle – et donc de la Chantrie – est appelé apostat et sera pourchassé toute sa vie à la fois par le Cercle et les Templiers.

Comme si cela ne suffisait pas, Thédas est régulièrement menacé par les Enclins, des périodes où des hordes de créatures corrompues, les engeances, qui normalement restent cantonnées dans les profondeurs, réussissent à réveiller l’un des Anciens dieux, un dragon antique, et à le corrompre sous la forme d’un Archidémon et s’organisent alors sous sa houlette pour conquérir tout Thédas. Non seulement la nature se fait souiller lors d’un Enclin (animaux et plantes dépérissent, etc), mais les engeances peuvent contaminer ceux qu’elles croisent. Petit à petit corrompus, ceux qui ont été souillés finissent par rejoindre les engeances, se changeant en goules.

Un peu d’histoire

L’empire tévintide, ou Imperium, est certainement la nation qui a le plus modelé l’univers : premiers à coloniser les terres de Thédas, ils ont fait la connaissance du peuple autochtone, les elvhen (les anciens elfes). Au début ravis de commercer avec les nouveaux venus, les elfes ont rapidement découvert que cohabiter avec eux réduisait drastiquement leur espérance de vie, si bien qu’ils décidèrent de se replier sur leur capitale.

Les Tévintides, opportunistes, occupèrent les terres alors libérées et réduisirent en esclavage les quelques malheureux qui refusaient de quitter leurs foyers. C’est auprès de mages elfes captifs que les premiers mages tévintides apprirent leur art, et comment utiliser le lyrium pour aller explorer en esprit l’Immaétriel tandis que le corps restait dans le monde éveillé. Avides de découvertes, les Tévintides décidèrent de cartographier l’Immatériel, et réveillèrent l’ancien dieu Dumat, le dragon du Silence, qui leur apprit la magie du sang. Les mages prirent de plus en plus de pouvoir, jusqu’à être à la tête de l’Empire.

L’Empire tévintide commença alors à s’étendre, réduisant d’abord l’entier du peuple elfe en esclavage avant de tourner ses ambitions vers ses voisins. Dans le même temps, les mages voulurent conquérir tout l’Immatériel, mais ils allèrent trop loin lorsqu’ils voulurent y entrer physiquement. La légende raconte qu’ils mirent le pied dans la Cité d’Or du Créateur, et qu’à cet instant la cité fut corrompue par leurs péchés. De fureur, le Créateur les chassa de son royaume et les transforma en êtres difformes : les premières engeances. Ces dernières cherchèrent d’un puissant maître, l’un des anciens dieux, et trouvèrent Dumat. L’ancien Dieu devint un Archidémon, et déclencha le Premier enclin.

Système de jeu

Livre de base de Dragon Age

Couverture du livre de base

Dés et tests

Le jeu de rôle Dragon Age fonctionne avec le système Action Game Engine (AGE), qui a été développé spécialement pour lui. Il utilise trois dés 6, dont un est d’une couleur différente et est appelé « dé dragon ». Les tests, appelés tests d’attribut, se font en additionnant les résultats des trois dés et en ajoutant le score d’attribut. Si le personnage dispose d’une compétence pertinente, on ajoute encore un bonus de +2. Un test d’attribut se calcule donc comme suit :

3D6 + attribut + compétence.

Le résultat doit atteindre ou dépasser le niveau de difficulté de l’action fixé par le MJ, ou battre le jet en opposition de son adversaire.

Points de prouesses

Lorsqu’un joueur obtient un double sur un test d’attribut lors d’un combat, il gagne des points de prouesse – nombre égal au résultat du dé dragon sur le jet où est sorti le double. Ces points doivent être immédiatement dépensés et permettent alors « d’acheter » des actions spéciales : désarmer son adversaire, recharger immédiatement son arme à projectiles, etc. Les possibilités sont nombreuses.

Les meneurs de jeu expérimentés peuvent également étendre l’usage des points de prouesse aux deux autres types de rencontres qui existent dans Dragon Age, à savoir les rencontres d’interaction (liées aux interactions sociales) et les rencontres d’exploration (lorsque les personnages cherchent des informations, fouillent un lieu, etc).

Personnages

Bases

Un personnage de Dragon Age est défini par huit attributs, qui définissent les caractéristiques physiques et mentales du personnage : Communication, Constitution, Ruse, Dextérité, Magie, Perception, Force et Volonté. Les valeurs de ces attributs sont tirées aux dés, le résultat des 3D6 additionnés comparé à une tabelle, qui traduit alors cela en valeurs allant de -2 à +4 pour les attributs. Le tirage terminé, le joueur peut échanger deux des valeurs.

La seconde partie déterminant le personnage est son historique, qui doit être choisi parmi les trente proposés dans la base – qui sont assez variés, allant de l’elfe citadin au qunari, en passant par le noble orlésien. L’historique, en plus de définir le passé du personnage, va influencer sur les valeurs des attributs, les compétences, le choix de la race, les classes accessibles et les langues parlées et lues.

Cela fait, on choisit parmi les trois classes disponibles en respectant les restrictions dictées par l’historique : guerrier, mage ou voleur. Chaque classe va permettre au personnage, en gagnant des niveaux, de gagner de nouveaux talents, de nouvelles compétences, etc. Un personnage peut choisir deux spécialisation de sa classe  : la première au niveau 6, la seconde au niveau 14. Ces spécialisation donnent accès à des compétences, sorts ou autres techniques spécifiques. Par exemple, un voleur peut choisir au niveau 6 de se spécialiser en assassin, en barde ou en rôdeur, pour ne citer que quelques possibilités.

Même dans Dragon Age, les mage ont le don d'attirer les ennemis

Un exemple de mage que les amateurs du jeu vidéo Dragon Age Origins reconnaîtront sûrement

Compétences et talents

Contrairement à d’autres jeux tels Donjons et Dragons, les compétences ne forment pas une liste à part des attributs et qui doivent être améliorées séparément grâce à des points. Dans Dragon Age, les compétences sont en quelque sorte les sous-catégorie des attributs, des aspects de l’attribut dans lequel un personnage est particulièrement doués. Une compétence se traduit par un bonus de +2 au test d’attribut dans les situations où elle s’applique.

Les talents, de leur côté, représentent les aptitudes naturelles ou les entraînements spécifiques d’un personnage, et sont liées à sa classe : cela va des styles de combat à des talents plus spéciaux comme le dressage d’animaux, en passant par les spécialisations des différentes écoles de magie. Chaque talent possède trois grades (novice, compagnon et maître), qui donnent des avantages de plus en plus grands. Il n’est pas possible de sauter un grade : un personnage voulant par exemple obtenir le talent combat à deux mains (compagnon) devra d’abord posséder ce même talent au grade de novice.

Un personnage gagne de nouveaux talents et de nouveaux grades pour ceux qu’il possède déjà en augmentant son niveau de classe ou en choisissant une spécialisation de classe.

Divers

Parmi ses règles avancées, le jeu de rôle Dragon Age permet entre autres aux personnages de créer leur propre organisation et donne les règles pour la faire évoluer : grandir ou baisser en influence, croître en richesse, le tout en simulant les jeux d’influence entre l’organisation et ses rivaux, ainsi que son développement.

Les règles pour les batailles à grande échelle, l’affrontement entre deux armées, sont également données dans la partie destinée aux meneurs de jeu.

Le petit plus

Le jeu de rôle Dragon Age est une adaptation en jeu de rôle papier de la licence de jeux-vidéos du même nom. Ces jeux ont été décrits par BioWare, leur développeur, comme le successeur spirituel de leurs franchises Baldur’s Gate et Neverwinter Nights. Or, ces deux franchises avaient elles-même repris l’univers d’un jeu de rôle papier : Donjons et Dragons, et précisément l’univers des Royaumes Oubliés. On part d’un jeu de rôle papier et on revient à un jeu de rôle papier, la boucle est bouclée !

Avis de la Rédac’

Mikaua : Je n’ai joué pour ma part qu’à Dragon Age Origins, mais cela m’a tout de même permis de me faire une assez bonne idée des mécanismes du jeu et mon côté rôliste avait vite repéré les similitudes avec le jeu de rôle papier lors de certaines séquences. Je ne suis donc pas étonnée de voir que cette adaptation des jeux Dragon Age en jeu de rôle papier fonctionne très bien. Avec leur nouveau système de jeu, Action Game Engine, ils ont réussi à garder quasiment à l’identique les bases du jeu et n’ont eu qu’à faire quelques ajustements pour le rendre compatible avec le jeu de rôle papier. On retrouve vraiment l’ambiance Dragon Age dès la création de personnage : le passé du personnage, son historique, a vraiment la part du lion pour ce qui est de définir un personnage, tout à part les valeurs d’attributs initiaux en dépendra. C’est un parti pris hérité de Dragon Age Origins que je trouve intéressant d’avoir gardé : beaucoup d’autres jeux de rôles laissent l’historique d’un personnage, son background, de côté, un petit plus pour joueurs inspirés au mieux. Après, ça enlève une partie de la liberté, vu qu’on est obligé de choisir parmi des historiques prédéfinis, et il n’y a pas tout le monde qui apprécie. Thédas est bien rendu, je me suis même surprise à voir l’intrigue du jeu sous un autre angle, maintenant que le manuel m’a expliqué certains points à côté desquels j’étais passée. C’est vraiment bien fouillé, le système de jeu est très dynamique et plutôt facile de prise en main. Un bon jeu de rôle pour ceux qui aiment les grandes actions héroïques et ceux qui ont envie d’explorer plus en profondeur l’univers des jeux-vidéos. Par contre, c’est clairement orienté dark fantasy, avec l’Enclin et ses engeances qui rongent à la fois Thédas et sa population comme une gangrène, et pas mal d’organisations cachent des secrets pas très jolis, donc les amateurs d’ambiances plus légères feraient mieux de s’abstenir – c’est Dragon Age, me direz-vous, mais je préfère préciser pour ceux qui s’y lanceraient sans avoir joué aux jeux et donc sans connaître l’univers plus que cela.

Sources

Le Guide du rôliste galactique

Le manuel de base de Dragon Age, ainsi que ses deux suppléments : Massacre en Férelden et Aventures en Férelden.

Pour les images : j’ai utilisé les site des deux éditeurs, Black Books Editions et Green Ronin publishing

Partagez

Vous aimerez peut-être...

1 Réponse

  1. 27 juin 2019

    […] en se basant uniquement sur le système décrit dans le livre de base francophone du jeu de rôle Dragon Age et sur l’article paru dans le Guide du Rôliste Galactique. Nous nous excusons par avance des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.