El Hazard – Le Monde Merveilleux

El Hazard – Le Monde Merveilleux est une série de 7 animes créés par Hiroki Hayashi, le créateur du manga Tenshi Muyo, et diffusés pour la première fois en France sur la chaîne Mangas. Comme cette série a eu pour dérivée en une autres série portant le même nom, et chacune des deux ayant eu une suite, il est parfois difficile de savoir devant laquelle des quatre El Hazard on se trouve et pourquoi les auteurs ont décidé d’adopter des titres aussi proches les uns des autres.

Informations techniques

  • Titre original : 神秘の世界エルハザード Shinpi no Sekai El-Hazard
  • Titre : El Hazard – Le Monde Merveileux
  • Date de sortie : 26 mai 1995
  • Réalisateurs : Hiroki Hayashi
  • Scénariste : Ryoei Tsukimura
  • Studio d’animation : Geneon Entertainment
  • Compositeurs : Seikō Nagaoka
  • Genre : Fantasy, romance, comédie, aventure
  • Épisodes : 7
  • Statut : Terminée

L’histoire

Les principaux personnages de la première série

Les principaux personnages de la première série

Makoto Mizuhara est un jeune étudiant d’une école japonaise fasciné par la science. En compétition, bien malgré lui, avec un autre élève du nom de Katsuhiko Jinnai, il se fait prendre dans un piège tendu par ce dernier, qui désire se venger de celui qui le condamne à n’être que l’éternel second dans son école. C’est alors que Makoto se met à entendre une voix qui semble provenir de ruines découvertes dans le sous-sol du lycée. Suivant celles-ci, il fera la rencontre de Ifurita, une femme d’une grande beauté qui semble le connaître et qui possède d’étranges pouvoirs. Ouvrant un portail vers le monde d’El Hasard, elle y attirera Makoto, mais également Katsuhiko, Nanami (la sœur de Katsuhiko) et le professeur Fujisawa. Débarquant dans ce monde merveilleux peuplé de créatures étranges et de magie, Makoto se retrouve séparé de ses compagnons, dont il ignore la présence en ces lieux. Sauvant presque malgré lui une princesse du nom de Rune Venus, Makoto devra assumer le rôle de la sœur de la princesse, enlevée par une armée maléfique d’insectes géants humanoïdes, afin d’éviter à la population de paniquer. Mais les ennuis de Makoto ne font que commencer car celui-ci recroisera le chemin d’Ifurita, qui semble non seulement tout avoir oublié de lui mais semble également prête à détruire le monde d’El Hasard.

Découpage de l’histoire

L’histoire se découpe en sept épisodes, qui représentent chacun une nuit passée dans le monde d’El Hazard. Le titre des épisodes reprend d’ailleurs ce découpage, comme on peut le voir ci-dessous :

  • Première nuit – Champs de bataille confus
  • Deuxième nuit – Le monde des filles splendides
  • Troisième nuit – Le monde des sources chaudes
  • Quatrième nuit – Le monde du Dieu démon
  • Cinquième nuit – Le monde du tonnerre
  • Sixième nuit – Le monde éblouissant
  • Septième nuit – Les aventures sans fin de El Hazard

Adaptations et suites de la série

Après le succès des premiers épisodes de la série, El Hazard a eu droit à une nouvelle adaptation de 26 épisodes, reprenant les principaux éléments de l’histoire de base mais s’écartant également sur de nombreux points pour toucher un public plus large. Une suite a été produite en 1997, au travers de 4 nouvelles aventures, elle-même déclinée dans une autre série de 13 épisodes. Le plus grand problème de la série fut cependant l’appellation des différentes suites et réadaptations, qui induisirent les spectateurs en erreur.

Comparativement, on constate que les personnages de la seconde adaptation ont bien changés même si les auteurs ont su garder les traits principaux

Comparativement, on constate que les personnages de la seconde adaptation ont bien changés même si les auteurs ont su garder les traits principaux

La première série se nomme « El Hazard : le Monde Merveilleux ». Il s’agit de la série de 7 épisodes. Une suite fut développée, qui se nomma « El Hazard – Les Mondes alternatifs ». La série de base fut ensuite réadaptée par la suite en une série de 26 épisodes sous le nom de « El Hazard : Le Monde Alternatif ». Cette réadaptation fut ensuite suivie de 4 OAV développés sous le nom de « El Hazard – Le Monde Magnifique 2 », souvent considéré, à tort, comme la suite de la première adaptation.

Les Bugroms, race insectoïde malveillante, est l'un des éléments qui est resté semblable quelle que soit la version de la série

Les Bugroms, race insectoïde malveillante, est l’un des éléments qui est resté semblable quelle que soit la version de la série

Avis de la Rédac’

Tous les fans de la série Tenshi Muyo retrouveront sans peine la marque si caractéristique de l’auteur. Les personnages ressemblent beaucoup à ceux du manga, en étant plus mûrs et plus posés. Dans El Hazard, les passages burlesques sont moins nombreux et le ton est plus sérieux, même si les passages comiques ne manquent pas. Le format relativement court de la série fait qu’elle ne souffre presque pas de temps morts (contrairement à son adaptation de 26 épisodes, qui en est remplie). On regrettera également la caricature de certains personnages, comme celui de Kastuhiko, qui devient franchement insupportable sur la fin de la série (avec un rire de méchant qui a tout du crissement d’ongles sur un tableau noir).

En ce qui concerne les graphismes et les décors, ceux de El Hazard sont jolis et soignés, avec un souci du détail qui fait plaisir à voir. Mention spéciale pour les costumes des habitants de Roshtaria qui sont bien détaillés et, pour une fois, non bâclé comme c’est le cas dans d’autres séries. L’animation est fluide et les musiques collent parfaitement à l’univers, chose qui a malheureusement disparu dans la réadaptation de la série.

La princesse et Makoto dans la réadaptation de la série : El Hazard - le Monde Alternatif avec un joli visuel des décors en arrière plan

La princesse et Makoto dans la réadaptation de la série : El Hazard – le Monde Alternatif avec un joli visuel des décors en arrière plan

En conclusion, si vous deviez tenter l’expérience El Hazard, je vous conseille vivement la première adaptation de la série, soit « El Hazard : le Monde merveilleux ». Très courte et bien soignée, elle est de loin supérieure à sa réadaptation, qui souffre de graphismes moyens, d’une lenteur dans les épisodes, sans compter un traitement brouillon de l’histoire, bien mieux maîtrisée dans le premier opus.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *