Hanafuda

Hanafuda est un jeu de cartes traditionnelles japonais qui pourrait se traduire littéralement par « jeu des fleurs ». Originaire du Japon, on le trouve également en Corée, où les cartes sont appelées Hwa-t’u, ou à Hawaï, où elles se nomment Sakura ou Higobana.

Informations techniques

  • Titre: Hanafuda
  • Type : Jeu de cartes
  • Année: alentours de 1549
  • Nombre de joueurs : 2-3
  • Durée d’une partie : ~15-45 minutes

La création d’Hanafuda

Au XIVème siècle, les Japonais découvraient les jeux de cartes grâce aux Portugais. Celles-ci étaient cependant bien différentes de celles employées aujourd’hui et reprenaient des thèmes guerriers. Peu compatibles avec la philosophie japonaise, ces cartes furent modifiées et retravaillées jusqu’à devenir des cartes sur le thème des fleurs. La création de ces cartes fait suite au bannissement des jeux d’argents par le Japon. Cette période de prohibition vit le développement des jeux de cartes Hanafuda, bien que les parties restaient secrètes par peur de voir ce jeu interdit à son tour. Cette situation dura jusqu’à la fin de la prohibition. Un homme du nom de Fusajiro Yamauchi – un joueur passionné de ce jeu – profita alors de la fin de la prohibition pour développer des cartes d’excellente qualité et les distribuer via une entreprise qui allait, par la suite, connaître un succès grandissant dans plusieurs autres domaines. Cette entreprise n’était autre que Nintendo.

Cartes anciennes de 1930. Source : Wikipédia

 

Les cartes

Si on se réfère aux jeux de cartes classiques, Hanafuda comprend 48 cartes florales. Celles-ci sont divisées en 12 séries de 4 cartes. Chacune de ces séries représentant à la fois une « fleur » particulière et un mois de l’année ou lune (il faut savoir que le symbole pour lune et mois de l’année est semblable au Japon, d’où les deux interprétations possibles de celui-ci)

En fonction de ce que ces cartes représentent, elles peuvent représenter un certain nombre de points. Par exemple :

  • 24 Cartes à 1 point : 24 cartes ne représentant qu’une fleur du mois.
  • 10 Cartes à 5 points : 10 cartes comportant des rubans sous la forme de bandes de papier traditionnelles servant normalement à l’écriture.
  • 9 Cartes à 10 points : 9 cartes s’ornant d’animaux. La coupe de saké et le pont de 8 planches sont également considérés comme des animaux.
  • 5 Cartes à 20 points : 5 cartes spéciales dites lumières, représentant les symboles de la tradition japonaise.

Si certaines variantes du jeu prennent en compte la valeur des cartes, il est intéressant de savoir que ce n’est pas le cas pour toutes. Certaines règles emploient les points, alors que d’autres les associations de cartes.

Un seul jeu de cartes mais plusieurs jeux possibles

Le jeu de cartes Hanafuda peut être utilisé pour différentes variantes de jeux, en voici quelques exemples :

  • Japon : Hachi, Hachi-Hachi, Hana-Awase, Hiyoko, Isuri, Koi-Koi, Mushi, Poka, Roppyakken, Sudaoshi, Tensho.
  • Corée : Godori, Minhwatu et Sutda
  • Hawaï : Sakura.

Règles de base

Hanafuda se joue toujours à 2 ou 3 joueurs, quelle que soient les variantes. En règle générale, une partie se déroule en 6 ou 12 manches. En début de partie, on désignera l’Oyabun (« parent ») qui sera responsable de mélanger les cartes. Il présente ensuite le paquet à son adversaire ou la personne à sa droite. Celle-ci peut choisir d’accepter le mélange en touchant le paquet de cartes ou de couper celui-ci.

L’Oyabun distribue ensuite les cartes comme suit :

  • Pour 2 joueurs, on distribuera 8 cartes par joueur, puis on posera 8 cartes face visible sur la table. Ces cartes constituent le Champ. Le reste des cartes est déposé en un tas face cachée et constituera la pioche.
  • Pour 3 joueurs, chacun reçoit 7 cartes et le Champ ne comprend que 6 cartes. Le reste est placé dans la pioche.

Le premier joueur est l’Oyabun, on tourne ensuite dans le sens contraire des aiguilles d’une montre.

Poser les cartes : Le but est de capturer des cartes. Pour ce faire, le joueur dont c’est le tour place une carte de sa main sur une carte du même mois qui se trouve sur la table (cerisier avec cerisier par exemple). Il peut ensuite récupérer les deux cartes et les poser devant lui. Dans le cas où il ne posséderait pas de carte d’un mois présent sur la table, il place l’une de ses cartes sur le Champ, sans récupérer de carte.

Piocher : Le second joueur tire une carte dans la pioche et la compare au Champ. Si celle-ci est de la même famille qu’une carte du Champ, il peut capturer cette carte et garder celle de la pioche et celle du Champ. Si elle ne correspond pas, il la place sur le Champ

Variante Hana-Awase

Dans la variante Hana-Awase (soit littéralement « récolte de fleurs »), le but est de récolter un maximum de points en capturant des cartes. Le comptage des points se fait selon la catégorie à laquelle appartient celle-ci (voir chapitre cartes de cet article).

Quand les joueurs n’ont plus de cartes en main, ils continuent la partie en retournant une carte de la pioche jusqu’à ce que celle-ci soit vide selon les règles classiques décrites plus haut.

Quand la pioche est vide, on calcule le nombre de points de chaque joueur auquel on soustrait 80. Le joueur avec le plus grand nombre de points remporte la manche et devient l’Oyabun de la partie suivante.

Les points sont calculés à la fin de chaque manche et additionnés. Au terme de 6 ou 12 manche, le joueur avec le plus grand nombre de points remporte la partie.

Variante Koi-Koi

Dans la variante Koi-Koi (soit littéralement « on continue »), le but est d’engager des Yaku (combinaisons) en capturant des cartes. Plus complexe que Hana-Awase, elle est également plus stratégique et possède des dizaines de variantes différentes.

Si personne n’arrive à former de Yaku, la manche se termine quand il n’y a plus de cartes dans les mains des joueurs.

À chaque fois qu’un Yaku est formé, le joueur peut choisir d’arrêter la manche en cours en disant Yame (Stop) ou relancer le jeu en disant Koi-Koi (On continue). Dans le second cas, le but est de former un nouveau Yaku pour marquer de nouveau de points.

Les points sont calculés à la fin de chaque manche et additionnés. Au terme de 6 ou 12 manche, le joueur avec le plus grand nombre de points remporte la partie.

Les Yaku

Calcul des points de base
  • Seul le joueur qui met fin à la manche remporte les points formés lors de celle-ci. Son adversaire ne marque alors aucun point.
  • Les points correspondent aux points des Yaku formés plus les points bonus s’il y a lieu.
  • Les Yaku peuvent se cumuler. Par exemple, si le joueur possède des cartes pour former un Akatan et un Tan, il peut cumuler les résultats des deux combinaisons.
Calcul des points supplémentaires 
  • Si le total des points des Yaku est supérieur ou égal à 7, le joueur double la valeur de ces Yaku
  • Si le joueur a fait un Koi-Koi précédemment, il double son score de base. Faire deux fois Koi-Koi ou plus ne rajoute cependant pas de points supplémentaires.
  • Si le joueur arrête la manche alors que son adversaire a fait au moins un Koi-Koi, alors son score est doublé. Mais si son adversaire a fait Koi-Koi avec 7 points ou plus, alors son score est triplé.
  • Si le total des points des Yaku est supérieur ou égal à 7 et que son adversaire avait annoncé Koi-Koi, son score sera quadruplé.

Avis de la Rédac’

Keul : Le jeu de carte Hanafuda permet de faire des parties simples et rapides tout comme il permet des parties complexes et stratégiques en fonction de la variante choisie. Facile à prendre avec soi quand on part en voyage il convient aux plus petits comme aux plus grands. Des jeux basiques qu’on trouve sur internet aux cartes décorées, peintes à la main, on trouve également des milliers de variantes de ce jeu, adaptées à toutes les bourses. De plus, la thématique florale change des classiques cartes sur les thèmes guerriers auxquels on est habitué.

Mikaua : Un jeu très sympathique, très vite addictif. Je me souviens avoir beaucoup apprécié l’antisèche distribuée lors de l’initiation à ce jeu, qui montrait les différentes combinaisons de manière visuelle et permettait de s’y retrouver rapidement. J’approuve également Keul sur le sujet de l’esthétique : ces cartes florales sont très jolies et le changement de thème est appréciable !

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.