Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau

Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau vous renvoie dans le passé de Breath of the Wild, à l’heure ou Ganon fait son grand retour et où les armées des Ténèbres et celle d’Hyrule s’apprêtent à s’affronter pour déterminer le futur d’Hyrule.

Informations techniques

Comme toujours, voici quelques petites informations techniques sur le jeu :

La jaquette du jeu

  • Nom : Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau
  • Éditeur : Nintendo
  • Développeur : Koei Tecmo, Omega Force
  • Producteur : Yosuke Hayashi
  • Console : Nintendo Switch
  • Musiques : Kumi Tanioka
  • Date de sortie : 20 novembre 2020
  • Genre : Hack ‘n’ slash, action-aventure
  • Affiliation : The Legend of Zelda
  • Mode de jeu : Un à deux joueurs
  • Classification : 12+
  • Langue : Multi-langue

Univers et histoire

L’Ère du Fléau s’ouvre sur l’attaque du château d’Hyrule, alors que le Royaume est sur le point de tomber aux mains de Ganon et de ses sbires. Un mini gardien à trois pattes est renvoyé dans le temps pour aider les Prodiges et ainsi altérer les évènements ayant mené à la chute du Royaume d’Hyrule.

C’est donc dans un Hyrule d’avant-guerre que l’aventure débute. Préparatifs et premières escarmouches contre l’armée du Fléau vous attendent pour tenter d’empêcher le retour de Ganon. Au fur et à mesure des missions principales, l’ambiance générale du jeu évolue, depuis les décors de jeu jusqu’aux écrans de chargement. Le ton devient sombre et l’esthétique d’apocalypse remplace petit à petit l’ambiance presque chatoyante du début.

Chaque personnage possède des capacités particulières. Vous aurez même la possibilité d’employer la fameuse tablette Sheikah

Altération de la time line de Breath of the Wild

Vous l’aurez certainement compris, l’LinkÈre du Fléau ne suit pas les évènements qui se sont déroulés dans le passé de Breath of the Wild, mais propose ici une nouvelle approche des évènements passés. Dans celui-ci, Ganon le Fléau a été repoussé par les armées d’Hyrule grâce à l’intervention du petit Gardien venu du futur. Ce faisant, le jeu créé un nouveau futur alternatif, dans lequel Hyrule n’est pas tombé lors de la guerre contre Ganon.

Système de jeu

L’Ère du Fléau se présente sous la forme d’un beat them all façon préquel de l’opus « Breath of the Wild ». Il vous propose d’incarner un grand nombre de personnages jouables.

Des hordes de petits monstres représentent les ennemis les plus courants

Personnages jouables, évolutions et améliorations

De Link, à Impa, en passant par Zelda et bien plus encore, ceux-ci feront rapidement partie de votre équipe pour combattre les armées du Fléau. Ladite équipe grandira pour avoir un total de 16 personnages. Là se pose la question de la pertinence d’avoir une équipe aussi grande. L’avantage est certes d’avoir du choix, d’avoir une multitude de gameplays différents selon la sensibilité et les préférences des joueurs, mais maintenir tout ce petit monde à niveau vous prendra soit un temps géologique, soit vous coûtera une petite fortune pour acheter vos niveaux au champ de manœuvre. Car dans cet opus, vous aurez la possibilité de dépenser des rubis pour faire évoluer vos personnages, et ainsi les maintenir à niveau de votre plus puissant héros. Mais à côté des niveaux, il vous faudra encore faire évoluer ces personnages, par l’achat des combos, de certains cœurs, ou d’autres aptitudes. Tout ceci prend du temps et vous coûtera énormément de ressources.

Un système d’amélioration d’arme efficace

Commander les autres personnages

En mission, vous pouvez donner des ordres aux autres personnages jouables. Ils peuvent se rendre à un endroit arbitraire, suivre un autre protagoniste, ou être envoyés auprès d’un monstre ou d’un avant-poste pour de « gagner » du temps afin que le joueur reste le plus possible au cœur de l’action sans devoir lui-même emmener chaque personnage aux divers points clés du jeu.

Chaque personne vous donne accès à des compétences particulières qui peuvent être améliorées

Cartes et déplacements

La carte sera très certainement l’un des gros bémols pour certains. Pouvoir changer d’une vue d’ensemble à une loupe autour du personnage permet de gagner en lisibilité ; cependant, pour naviguer sur la carte dans le menu n’est pas toujours une partie de plaisir.

Les déplacements lors des missions sont forcément moins libres que sur Breath of the Wild. Ce changement est peu déroutant au début, surtout quand on se retrouve bloqué contre l’un de ces fameux murs invisible, mais totalement compréhensible compte tenu du style de jeu.

On retrouve la carte de Breath of the Wild

Monstres – Une surenchère de puissance

Le jeu tombe aussi dans la surenchère des skins des trash-mob. Le moblins sont remplacés par les moblins de glace, puis de feu, puis de foudre, puis rebelotte avec les moblins bleu qui suivent cette même évolution. Tous les monstres dit « puissants » tombent sur cet écueil. Les gardiens possèdent même une forme de corruption.

Des monstres de plus en plus puissants se présenteront face à vous

Multijoueur

L’ère du Fléau possède également mode multi-joueurs local – bienvenu – en écran splitté. Ce mode de jeu permettra de partager l’aventure à plusieurs.

Durée de vie

La durée de vie de l’Ère du Fléau varie en fonction de votre degré d’implication dans celui-ci. Si vous êtes un adepte du « Story Rush », vous devriez en venir à bout après 30-40 heures, alors qu’il ne vous faudra pas moins de 80 heures pour compléter celui-ci à 100%

Avis de la Rédac’

Astate : En somme, l’Ère du Fléau est jeu plutôt détente, avec différents niveaux de difficulté, du facile à l’héroïque, permettant une re-jouabilité et présentant un défi pour les plus chevronnés. Un jeu aussi bien pour les joueurs occasionnels que pour les joueurs plus assidus. Il est idéal pour jouer en solo, en couple, entre colocataires ou entre amis. Il ne restera pas dans les mémoires comme l’ont fait Breath of the Wild ou Ocarina of Time, mais il vous offrira des moments de satisfaction, peut-être même d’émotion. Le scénario, bien que relativement bien construit, possède des faiblesses. Le voyage dans le temps permet de justifier un certain nombre de choses (l’utilisation de la tablette et des modules sheikah), mais c’est un fil de rasoir. Le moindre faux-pas sonne rapidement faux.

Des Boss et Mini-Boss de plus en plus puissants à mesure que les missions s’enchainent

Keul : L’Ère du Fléau nous propose de retourner dans l’univers de Botw en mode Dynasty Warrior. A vous les combat à un contre cent dans le plus pure style hack and slash. Mais Zelda est-il réellement compatible avec ce style de jeu ? Nous en avions déjà eu un avant-goût avec Hyrule Warriors Legends, qui nous avait laissé un arrière-goût d’inachevé et de fan service outrancier ; mais alors, qu’en est-il de L’Ère du Fléau ? Changement d’univers avec ici la carte désormais bien connue d’Hyrule de Breath of the Wild. On y retrouve nombre de personnages de ce dernier, avec quelques petits nouveaux fort bienvenus. Mais fort est de constater que là où Breath of the Wild proposait un gameplay varié et un univers ouvert, l’Ère du Fléau fait pâle figure avec des map fermées typiques de ce genre de jeux et un gameplay un peu répétitif. Le mode deux joueurs en écran splitté apporte cependant une réelle plus-value au jeu, mais rend les missions presque trop faciles car, il faut bien l’avouer, les personnes en mode PNJs ne font que survivre en subissant le moins de dégâts possible quand vous ne les contrôlez pas. On casse une nouvelle fois la timeline pour ne pas finir sur une mauvaise fin qui, selon moi, aurait quand même été bien intéressante et aurait changé l’habituelle victoire éclatante de la Lumière sur les Ténèbres. Au final, L’Ère du Fléau est quand même intéressant et saura ravir les fans du genre en attendant Breath of the Wild 2.

Bande annonce

Sources des images

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.