Jumanji

« Dans la jungle tu attendras, un 5 ou un 8 te délivrera ». Si cette petite phrase a fait résonner un bruit de tambours de guerre à vos oreilles, le film Jumanji vous est certainement familier ! A la sortie de sa suite « Jumanji – Bienvenue dans la jungle », offrez-vous un accès de nostalgie et remémorez-vous avec nous le premier film du nom.

L'affiche américaine de Jumanji

Fiche technique

  • Titre original : Jumanji
  • Réalisation : Joe Johnston
  • Scénario : Chris Van Allsburg (auteur du livre d’où est tiré le film), Greg Taylor
  • Genre : Aventure, Fantastique
  • Musique : James Horner
  • Durée : 104 minutes
  • Sortie : 1995
  • Classification : Tout public

A quoi s’attendre

« Jumanji, un jeu pour tous ceux qui espèrent laisser derrière eux leur univers.
Lancez les dés pour déplacer votre pion, un double donne le droit de rejouer.
Le premier qui arrive au bout a gagné ».

Brantford, 1969. Alan Parrish, jeune garçon de dix ans timide et peureux, en a plus qu’assez de sa vie : il est le souffre-douleur des brutes de l’école, et être le fils d’un grand fabricant de chaussures n’arrange pas les choses. Après avoir reçu une énième correction, Alan se met à entendre un bruit de tambours. Suivant le son, il découvre sur un chantier une boîte de jeu intitulée « Jumanji », qu’il ramène aussitôt à la maison.

Alan découvre la boîte du jeu

Il faut reconnaître que la boîte du jeu Jumanji est tentante

Le soir, après une dispute avec son père qui menace de l’envoyer dans une école privée, Alan reçoit une visite de son amie Sarah Whittle, et tous deux décident de faire une partie. Au tour de Sarah, juste après que le jeu ait fait apparaître une étrange mise en garde, des chauve-souris surgissent de la cheminée. Pire : au tour d’Alan, le message donné est « Dans la jungle tu attendras, un 5 ou un 8 te délivrera », et le jeune garçon se retrouve aspiré à l’intérieur du jeu. Paniquée, Sarah s’enfuit, laissant le jeu derrière elle.

Brantford, 1995. Judy et Peter ont perdu leurs parents et viennent s’installer dans l’ancienne maison des Parrish avec leur tante, Nora. Alors qu’ils allaient partir à l’école, les deux enfants sont attirés jusqu’au grenier par un bruit de tambours. Ils y découvrent le jeu Jumanji, avec deux pions – ceux d’Alan et Sarah – toujours en place. Comme ces deux pions ne bougent pas, ils en sortent deux nouveaux et commencent à jouer, continuant sans le savoir la partie commencée vingt-six ans plus tôt. Après avoir fait apparaître plusieurs animaux, Peter, en obtenant un 5 aux dés, libère Alan du jeu. Ce dernier, ayant passé les vingt-six dernières années dans la jungle, est devenu adulte et se retrouve complètement déphasé : l’entreprise de son père a fait faillite, ses parents sont décédés et lui-même est présumé mort ! Pour que tout revienne à la normale, une seule solution : terminer la partie. Et pour cela, il faut réunir les joueurs : après qu’Alan se soit laissé convaincre, la petite bande retrouve Sarah, qui est toujours traumatisée par ce qu’elle a vécu vingt-six ans auparavant mais qui finit par accepter elle-aussi de reprendre la partie.

Tous les quatre vont alors devoir continuer la partie, affrontant les créatures et autres épreuves que le jeu leur enverra à chaque tour – toujours assortis de leur mise en garde en rimes – et qui n’épargneront pas la ville. Les joueurs devront rester soudés et affronter leurs peurs afin de battre le jeu et de pouvoir reprendre le cours de leurs vies.

Les joueurs face à un pélican agressif et voleur

Autour du film

Jumanji a été adapté en série d’animation en 1996, et il a inspiré le film « Zathura : une aventure spatiale ». Bien évidemment, un jeu de société a été crée (hélas, celui-là ne faisait apparaître aucune créature dans la réalité), et deux jeux vidéos sont sortis « Jumanji: A Jungle Adventure Game Pack », sur PC, et « Jumanji », sur PS2 en 2006.

Parlant de jeu de société : le jeu ayant servi dans le film s’est vendu sur ebay à 60 800 dollars en 2014.

Avis de la rédac’

Mikaua : J’avais l’âge d’Alan quand j’ai vu ce film pour la première fois et, malgré tout le côté dangereux, j’aurais adoré qu’un de mes jeux puisse devenir réel comme le faisait Jumanji – comme quoi, il y avait déjà une rôliste en moi à l’époque. Aujourd’hui, c’est toujours avec le même plaisir que je revois ce film. L’histoire est légère et les personnages sont sympathiques ; Robin Williams, comme toujours, est excellent et c’est un plaisir de le revoir en action. Les effets spéciaux ont un peu mal vieilli, mais pour l’époque ils sont vraiment très bien faits – le film a d’ailleurs été primé grâce à eux – et ils nous offrent quelques scènes d’anthologie, comme celle des trois singes sur la moto de police ! Comme le film est plutôt court, à peine plus d’une heure et demie, il est idéal à regarder en famille ou entre amis pour un petit coup de nostalgie !

Keul : J’avais adoré ce film lorsque je l’avais vu pour la première fois et force est de constater qu’après plusieurs années, ce film n’a pas trop mal vieilli, même si les effets spéciaux ont pris un coup de vieux, eux. L’action y est omniprésente et l’idée de base est vraiment excellente et propice au chaos le plus total. J’ose à peine imaginer ce qu’un jeu comme celui-ci pourrait donner dans la réalité. Robin Williams est absolument excellent dans ce film et la majeure partie de l’humour et des situations rocambolesques fonctionnent grâce à lui. En attendant d’aller voir la suite qui sort demain, on peut toujours patienter en regardant une nouvelle fois cet incontournable de la culture geek.

Sources

L’IMDB

Allociné

Le film

Le jeu de société tiré du film

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *