Kingdom Hearts 1

Kingdom Hearts 1 logo« Ce monde a été connecté. Relié aux Ténèbres. Il sera bientôt anéanti. » Tels furent les mots prononcés par Ansem et qui lancèrent la légende de Kingdom Hearts. Une lutte contre les ténèbres qui envahissent les mondes pour les engloutir à jamais. L’univers de Kingdom Hearts est très riche puisqu’il se compose en réalité d’une multitude d’univers différents. Le but du premier épisode sorti sur PS2 était de proposer un cross-over improbable entre les mondes des dessins animés de Disney – comme le Roi Lion, la Petite Sirène, Blanche-Neige et les sept nains, Cendrillon – et les mondes de Square Enix

Informations techniques

Comme toujours, voici quelques petites informations techniques sur le jeu :

La jaquette du jeu

La jaquette du jeu

  • Nom: Kingdom Hearts 1
  • Éditeur : Square Soft
  • Développeur : Sony
  • Console : Playstation 2
  • Date de sortie : septembre 2002
  • Genre : Action ; RPG
  • Mode de jeu : Un joueur
  • Classification : +12 ans

L’univers et histoire

Comme nous l’avons déjà mentionné précédemment, l’univers de Kingdom Hearts est composé de différents mondes qui sont tous connectés entre eux par les ténèbres et les lumières. Ces mondes proviennent des univers de Disney pour la plupart d’entre eux, même si des personnages des séries comme Final Fantasy 7 ou 8 y évoluent également. Bien que leurs mondes ne soient pas directement accessibles car détruits par les ténèbres, ceux-ci existent bel et bien comme partie intégrante de l’univers Kingdom Hearts. D’autres mondes, totalement inédits et ne provenant d’aucune licence particulière, viennent ensuite compléter le tableau de ce cross-over. Bien que, temporellement parlant, Kingdom Hearts 1 ne soit pas le premier Kingdom Hearts de la série (le premier étant Kingdom Hearts Birth by Sleep), il fut néanmoins le premier à sortir sur Play Station 2, et c’est celui-ci qui lança la série pour faire d’elle ce qu’elle est devenue aujourd’hui.

Kingdom Heart 1

L’histoire principale de ce premier opus tourne autour du personnage de Sora, un jeune enfant aventureux qui rêve de quitter son île natale, où il vit les aventures classiques d’un enfant de son âge, pour découvrir le monde au delà de l’océan. Alors qu’il venait de terminer la construction de son radeau avec l’aide de ses amis Riku et Kairi, son aventure cessa aussi vite qu’elle avait commencé quand les ténèbres envahirent son monde. Sora se révélera être un porteur de Keyblade, une sorte de clé qu’il peut employer comme une épée et qui peut repousser les ténèbres et combattre les Sans-Cœurs, des monstres qui en sont directement issus. Il devra faire face à la perte de son amie Kairi et à la trahison de Riku, englouti par les ténèbres. Catapulté dans un autre monde, Sora fera alors la connaissance de Donald et Dingo, qui l’aideront à repousser les ténèbres qui semblent bien décidées à s’emparer de tous les mondes et de ses amis, et à empêcher l’ouverture de Kingdom Hearts, le Cœur des Mondes, ce qui marquerait la fin des mondes.

Système de jeu et customisation de compétences

Expérience, compagnons et contrôles de base

Le système de jeu est très proche de celui des Final Fantasy, avec des capacités, de l’expérience et de la magie qui se développeront au fil des aventures et des passages de niveau. Vous contrôlez Sora comme unique personnage, qui sera aidé par deux autres personnages – Donald et Dingo la majeure partie du temps – et un autre personnage propre au monde exploré (Aladin, Peter Pan, Jack Skellington, …). La gestion des combats et l’évolution dans l’univers se fait à la troisième personne et consiste à évoluer sur différents plateaux pour accéder à des parties du monde visité. Les ennemis sont visibles directement autour de vous et vous pouvez décider de les attaquer ou non. Seul Sora est contrôlable directement, les autres membres de votre groupe étant gérés par l’intelligence artificielle du jeu, qu’il vous est possible d’orienter dans les paramètres.

Les principaux personnages de ce premier opus

Les principaux personnages de ce premier opus

Évolution des personnages

L’évolution des différents personnages du groupe se fait par l’acquisition de points d’expérience qui sont gagnés au fil des combats. Quand le personnage gagne suffisamment d’expérience, il monte de niveau et ses caractéristiques augmentent. Le passage de niveau permet également l’acquisition de nouvelles compétences, qui peuvent alors être équipées. Bien que linéaire, le système d’acquisition de compétence peut être légèrement différent d’une partie à l’autre en fonction de la voie choisie en début de partie. Ainsi, lors du didacticiel, vous aurez le choix entre favoriser un attribut – Force, Défense ou Magie – et choisir de ralentir l’un d’entre eux. En fonction du choix effectué, l’ordre d’apprentissage des compétences et le développement du personnage seront quelque peu différents.

Combats

Les combats se déroulent en temps réel et Sora n’est pas figé sur le terrain. Celui-ci peut se déplacer librement sur toute la map qui l’entoure et pourra même, dans certains cas, fuir le combat en changeant de zone ou en s’éloignant suffisamment de son ennemi. Pour les Boss, la zone de combat est généralement délimitée par une barrière infranchissable qui empêche le héros de fuir ou de changer de zone. Chaque action du personnage se verra attribuer une touche sur la manette de jeu. Un menu déroulant se trouve également en bas à gauche de l’écran et permettra d’employer les magies et les divers objets possédés par le personnage. Afin de faciliter l’utilisation des sorts, divers boutons peuvent être attribués en « touches raccourcis », ce qui permettra au joueur de les utiliser sans passer par le menu contextuel.

Certains combats diffèrent des autres, particulièrement contre certains boss de niveau

Certains combats diffèrent des autres, particulièrement contre certains boss de niveau

Ennemis et orbes

Quand un ennemi est vaincu, celui-ci lâche des orbes de diverses couleurs qui permettent de recharger les jauges de points de vie (orbes vertes), de magie (orbes bleues) ou simplement de gagner des munnies, qui est la monnaie du jeu (orbes jaunes). Dans certains cas également, le monstre peut lâcher des objets d’amélioration ou de création d’arme.

Lors des combats les monstres lâchent des récompenses sous forme de sphères

Lors des combats les monstres lâchent des récompenses sous forme de sphères

Phases entre-monde

Pour passer d’un monde à l’autre, vous devrez utiliser des portails qui se situent dans l’espace, et donc utiliser une sorte de vaisseau spatial. Celui-ci est composé de blocs gummy et pourra être customisé au cours de l’aventure grâce à des blocs récupérés lors de vos voyages. Sans être totalement inintéressantes, ces phases sont assez frustrantes car le vaisseau est difficilement maniable et ces phases n’apportent pas grand-chose aux diverses aventures du héros.

Les phases entre-monde avec le vaisseau gummy sont quelque peu chaotique

Les phases entre-monde avec le vaisseau gummy sont quelque peu chaotiques

Durée de vie, graphismes et musiques

Le jeu étant assez linéaire, on pourrait penser que sa durée de vie n’est pas très élevée. Cependant, les nombreuses petites quêtes annexes et la possibilité de revenir dans les mondes déjà explorés augmente considérablement son espérance de vie. La quête pour obtenir les dernières armes est également assez ardue et prendra pas mal de temps. Au final, comptez une trentaine d’heures de jeu pour terminer le mode histoire sans vous intéresser aux quêtes annexes. Avec celles-ci cependant, vous atteindrez allégrement les 60 heures de jeu.

Les voix des différents personnages sont en français et la majeure partie des personnages de Disney a eu la chance d’être doublés par les doubleurs originaux des films, pour notre plus grand plaisir. La bande-son originale est vraiment belle et colle parfaitement à l’univers, donnant au jeu une cohérence étonnante pour un cross-over aussi improbable.

Les graphismes sont de bonne qualité même si on regrettera le mode 50Hz employé et les bandes noires sur les bords de l’écran.

Avis de la Rédac’

Keul : J’ai découvert cette série complètement par hasard en flânant dans un magasin. Je me souviens que la couverture du jeu m’avait interpelé de part le mélange des personnages de Disney et cet étrange héros équipé de cette clé géante. En lisant l’arrière de la jaquette, surprise, un jeu cross-over en Disney et Square, de quoi éveiller ma curiosité. Au final, je n’ai pas été déçu. L’histoire est réellement intéressante et étonnement cohérente si on prend en compte les divers univers utilisés par le jeu. Non seulement le fil rouge tient la route, mais l’histoire emploie des personnages emblématiques (Crochet, Maléfique, Oogie Boogie, Pat Hibulaire, etc.) comme méchants dans l’histoire. Les personnages de Square ne dénotent pas dans cet univers et c’est avec plaisir qu’on retrouve Squal, Cloud, Aerith, Yuffie et bien d’autres dans les divers mondes visités. Le système de jeu est assez fluide et dynamique, bien qu’il ne soit pas exempt de défauts. Les musiques sont réellement magnifiques et restent en tête tant elles collent parfaitement à l’univers et donnent le ton. Pour exemple, prenons Destati, qui se lance dans le combat final contre le Boss du jeu. La durée de vie est honnête, surtout en tenant compte des diverses quêtes annexes. Au final, Kingdom Hearts 1 est un jeu qui mérite qu’on s’y intéresse, ne serait-ce pour son alliance improbable d’univers.

Xefed : J’ai adoré ce jeu, tout simplement. Il s’agit d’ailleurs de l’un des rares jeux que j’ai terminé à 100%. J’apprécie les graphismes, même si j’ai un peu de mal avec les chaussures gigantesques des personnages. Non mais sérieux ? Ils avaient peur qu’ils s’envolent ou quoi ? La partie exploration est un réel bonheur et la liberté d’action est vraiment un plus par rapport à d’autres jeux linéaires de l’époque. Par contre, les phases avec le vaisseau sont horribles et m’ont fait frôler la crise de nerfs. Ah et parlant de crise de nerf : Winnie l’Ourson ! Nan mais Winnie l’Ourson quoi ! Il n’y avait pas assez d’autres films de Disney qu’il ait fallu prendre Winnie l’Ourson ? Et en plus c’est un monde super long et super lent, sans le moindre combat ni réel intérêt. Voilà, je crois que tout est dit, il me semble ne rien avoir oublié… *Pense pense pense*… aaah non voilà que ça recommence ! Blague mise à part, ce jeu mérite vraiment d’être joué et fait partie, selon moi, des incontournables de la Playstation 2.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *