Kubo et l’armure magique

Comédie d’aventure en animation en volume, Kubo et l’armure magique nous conte les aventures du jeune Kubo parti à la recherche de trois reliques sacrées qui lui permettront de sauver le monde de son grand-père, le Roi Lune. Kubo et l’Armure magique est le quatrième long métrage du studio Laika, après Coraline, L’Étrange Pouvoir de Norman, et Les Boxtrolls.

Informations techniques

Kubo et l'armure magique - affiche

L’affiche du film

  • Titre original : Kubo and the Two Strings
  • Titre français : Kubo et l’armure magique
  • Titre québécois : Kubo et l’épée magique
  • Date de sortie : 2016
  • Société d’animation : Laika
  • Scénariste : Marc Haimes, Shannon Tindle, Chris Butler
  • Réalisateur : Travis Knight
  • Musiques : Dario Marianelli
  • Genre : Animation en volume, Aventure, Fantasy
  • Origine : Etats-Unis
  • Durée : 102 minutes
  • Age : 12+

L’histoire en quelques mots

Jeune garçon borgne, Kubo vit dans un petit village japonais durant l’époque médiévale. Pour survivre, Kubo conte des histoires à l’aide d’origamis animés magiquement par son shamisen (un instrument traditionnel japonais possédant trois cordes). Ne pouvant quitter le village à cause de sa mère souffrante, Kubo doit également se cacher à la nuit tombée car une menace plane sur lui. Son grand-père, le Roi Lune, cherche en effet à se débarrasser de lui et n’attend qu’une chose : que le jeune Kubo déroge à cette interdiction et sorte la nuit afin de le localiser. Et quand Kubo décide de finalement transgresser cette règle, il voit alors son village attaqué par des sœurs jumelles envoyées par le Roi Lune, et ne devra sa survie qu’au sacrifice de sa mère. Désormais seul, il devra mettre la main sur trois artéfacts pour contrer son grand-père. Aidé dans son périple par Singe, un singe parlant, et par Scarabée, un Samouraï amnésique transformé en scarabée géant, Kubo se mettra en chasse du sabre incassable, du plastron impénétrable et du casque indestructible, seuls objets lui donnant une chance de survivre à la menace qui pèse désormais sur lui.

Kubo et l'armure magique - protagonistes

Les trois protagonistes de l’histoire

Animation en volume

Également connue sous le nom anglais Stop-motion, l’animation en volume est une technique d’animation particulière qui permet de donner l’illusion que des objets sont doués d’une vie propre. Cette technique consiste en une prise de photo d’un élément avant de bouger très légèrement celui-ci, avant de recommencer le processus. On superpose ensuite les diverses photos prises et on les fait se succéder comme on le ferait pour un dessin animé. Le résultat final donne une impression de mouvement des objets photographiés alors qu’ils sont immobiles lors des prises de vue.

Kubo et l'armure magique - animation

Une animation magifique

Avis de la rédac’

Keul : En temps normal, je n’ai jamais été réellement fan du stop-motion. Je trouve que ce type d’animation nous a habitué à trop de mauvais films pour uniquement quelques perles au milieu du lot. Force est de constater que Kubo et l’armure magique fait partie de ces perles. Quand on sait qu’il a fallu plus de quatre ans au studio Laika pour mettre au point ce petit bijou, on ne peut qu’être admiratif du travail réalisé. On notera avec plaisir le souci du détail et la fluidité des scènes, principalement lors des combats, ainsi que la maitrise des textures et décors qui laissent tout de même de la place au scénario. Parlant scénario, celui-ci reste résolument classique et axé sur les émotions de notre jeune héros, pour qui la vie n’a pas été tendre tout en évitant les gros clichés du genre. Le tout est porté par une musique qui colle parfaitement au film et qui plonge le spectateur au cœur du récit et des scènes d’action, sans être trop présente et gêner le film comme c’est trop souvent le cas. Finalement, Kubo et l’armure magique est magnifique film d’animation, à voir absolument si vous en avez l’occasion.

Kubo et l'armure magique - décors

Des décors splendides

Xefed : J’ai trouvé l’histoire de Kubo magnifique. Magnifique mais triste, tragique même. Et cette tristesse se retrouve dans de nombreuses scènes et plans magnifiquement traités. Je trouve que tout le film recèle une sorte de mélancolie assez caractéristique du Japon et – pour dire qu’il s’agit d’un studio américain qui a développé cette œuvre – les auteurs ont réellement su retranscrire celle-ci avec efficacité. Les musiques collent aussi à merveille à l’œuvre qu’il faut décidément avoir vu une fois dans sa vie.

Bande annonce

Sources des images

www.allocine.fr

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.