Le Nanar

Dans le domaine du cinéma, la catégorie du nanar est bien l’une des plus étranges. Ce sont des films appartenant à tous les genres possibles et imaginables, qui ont comme point commun d’être si mal réalisés, d’avoir une mise en scène si grotesque, ou d’être interprété de manière si surjouée, qu’ils en deviennent comiques, voir hilarants. Il est cependant important de distinguer le nanar du navet. Contrairement au navet, le nanar est divertissant et possède un réel public, alors que le navet est simplement un très très mauvais film.

Pour votre connaissance personnelle, sachez également que le terme de nanar est utilisé par les brocanteurs pour désigner un objet, en général un livre, voir tout autre objet de qualité médiocre qu’il est difficile à vendre. Ne vous étonnez donc pas d’entendre ce terme dans cette situation particulière.

Un classique du genre, deux grosses bêtes avec des noms improbables qui se combattent

Certainement l’un des films où j’ai le plus rigolé avec la bande. Complètement décalé.

Les genres de nanar

Comme nous l’avons mentionné plus haut, il existe autant de genres de nanars qu’il existe de genres de films. A chaque genre de nanar est attaché certaines figures emblématiques comme des super-héros ou des personnages célèbres, mais nous trouvons parfois des nanars avec des personnages inédits, tout droit sortis de l’esprit torturé des scénaristes. Voici quelques exemples de genres de nanars avec les figures emblématiques qui s’y retrouvent le plus souvent :

Nanars fantastiques : Superman, Merlin et le Capitaine Kurck en prennent pour leur grade
Nanars d’action : Bond, Bruce Lee, Rocky, vous êtes finis !
Nanars d’épouvante : Vampires, Loup-garous et requins en perdent leurs dents
Comédies nanardes : Rire ou pleurer ? Pour finir on fait les deux
Nanars sentimental : si gnangnan, si hilarant.

Comme vous pouvez le remarquer, il y en a pour tous les goûts

Un classique du genre, deux grosses bêtes avec des noms improbables qui se combattent

Un classique du genre, deux grosses bêtes avec des noms improbables qui se combattent

Distinction entre nanar et films de série-B

Comme c’est le cas pour le navet, on confond souvent le nanar avec un autre type de films qu’on nomme les films de série-B. On parle de série-B pour les films à petit budget, tournés en marge d’une grande production. Bien que certains d’entre eux aient décroché la palme du nanar, Série-B et nanars ne sont pas du tout synonyme. Un blockbuster hollywoodien peut lui-aussi finir dans le panthéon nanardien, si vous me permettez cette expression. Là est tout le problème. Un film de série-B peut être un nanar ou un navet, mais un nanar ou un navet n’est pas forcément un film de série-B.

Avis de la Rédac’

Qu’il soit mal réalisé, complètement décalé, plein de clichés et bête au point d’en devenir drôle, les nanars possèdent tous le même point commun : celui de faire rire le public. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les nanars possèdent un vaste public, qui les suit avec assiduité et guette les nouvelles perles qui viendront étoffer leur collection. Le phénomène s’est d’ailleurs suffisamment répandu pour intéresser certains réalisateurs, qui ont décidé de créer volontairement des nanars. Alors une fois que nous en sommes arrivés à ce point, nous pouvons dire sans trop nous tromper que nous avons tout vu dans notre vie.

Sources

Nanarland : « Le site des mauvais films sympathiques », un aperçu de c’est univers parallèle,

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *