Fables de sang (les) / Arnaud Delalande

Insert book, toujours au rendez-vous pour vous faire découvrir quelques perles ^^

Aujourd’hui, nous aurons une ambiance de complots et de duels : un roman policier avec juste ce qu’il faut d’historique pour planter un décor .

Les ingrédients de base d’un bon polar, tout le monde les connaît : un meurtre (voire plusieurs), un criminel à démasquer et un héros qui mène l’enquête.

Ajoutez-y les Fables de La Fontaine et une bonne moitié de ce que la France de Louis XVI a connu comme espions, et vous obtenez le livre du jour :

Les Fables de sang

d’Arnaud Delalande

Fables-de-sang

 

Fiche technique

Genre : Roman policier historique

Niveau : Bon lecteur

Bibliochimie

Si un alchimiste voulait recréer ce livre dans son alambic, quelles oeuvres proches et autres choses pourrait-il utiliser comme ingrédient ?

– James Bond (en mieux, pour son personnage principal)

– Les Trois Mousquetaires (pour le cadre géographique)

L’auteur

Deux mots sur l’auteur d’abord : Arnaud Delalande se spécialise dans les romans historiques. L’un de ses livres « La lance de la Destinée » a même été adapté en téléfilm – celles et ceux qui captent les chaînes françaises et qui ont un faible pour les mystères à la Da Vinci Code ont pu le découvrir sur leur petit écran il y a de cela quelques années.

Scénario

L’intrigue du roman qui nous intéresse se déroule en France, sous Louis XVI (XVIIIème siècle, pour l’immense majorité de ceux qui s’y perdent un peu dans tous ces Louis). Un meurtrier qui se surnomme le Fabuliste tue une jeune femme et laisse derrière lui une lettre de menace : après ce meurtre, neuf autres suivront, tous accompagné de l’une des fables bien connues de La Fontaine. Il joint même une liste des fables dont il se servira pour mettre en scène ses meurtres.

Dans le même temps, des rumeurs visant à discréditer la jeune reine Marie-Antoinette se mettent à circuler dans Versailles, et elles sont également signées du pseudonyme du Fabuliste. Ce meurtrier a toutes les audaces, et même celui de choisir son ennemi en lançant un défi direct à l’un des meilleurs agents au service de Sa Majesté.

Pietro Viravolta, marquis de Lansalt, est cet homme. Plus connu sous le pseudonyme de l’Orchidée noire, Pietro est un ancien agent secret vénitien qui a quitté sa cité après l’avoir sauvée d’un désastre afin de trouver un peu de repos en France. Mais la vie paisible dont il profite avec sa femme et son fils est chamboulée par les plans du Fabuliste, et l’Orchidée noire reprend alors du service, pour la France cette fois.

Brillant duelliste, doté d’un esprit vif, d’un excellent sens de la déduction et d’un charme ravageur qui lui ouvrent bien des portes, Pietro Viravolta se lance sur les traces du Fabuliste, bien décidé à l’arrêter avant qu’il n’ait pu écrire son dernier vers avec le sang de ses victimes.

Courte analyse

Ce roman ravira autant les amateurs de romans historiques que ceux qui apprécient les intrigues policières, car les deux côtés ont été soignés. On a plaisir à se plonger dans la France de Louis XVI et de découvrir à la fois le quotidien des hommes de l’époque et les places sombres du pouvoir en accompagnant Viravolta. L’intrigue policière, particulièrement bien ficelée et remplie de suspense, maintient en haleine tout au long, et on ne cesse d’échafauder ses propres hypothèses pour les comparer à celles de Viravolta, comme si on se retrouvait soi-même sur les lieux du crime.

Quant au style d’écriture, il est fluide, prenant. Arnaud Delalande a choisi de raconter son histoire avec un français d’aujourd’hui qui permet à chacun de se plonger dans l’intrigue avec délice, sans devoir interrompre sa lecture trop souvent pour lire des notes de bas de page explicatives.

Conclusion

Les Fables de sang est un roman vraiment exceptionnel. Versailles et son monde de l’ombre ont été rendu avec un réalisme magnifique, et le Fabuliste est un tueur en série aux motivations complexes très bien crée.

Mais celui qui rend ce roman réellement unique, c’est son héros, Pietro Viravolta. Un personnage un peu à mi-chemin entre James Bond et D’Artagnan, le tout avec ce charme et ce culot unique que ne peuvent avoir que les italiens.

Une perle à découvrir absolument !

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *