Lames du cardinal (les) / Pierre Pevel

Plantons le décor :

– Paris au XVIIème siècle (17ème pour ceux qui n’aiment guère les chiffres romains)

– Des intrigues à foison : intrigues de cour, secrets d’alcôve, machinations politiques…

– Des duels à la pointe de l’épée

Vous me dites ?

« Les Trois Mousquetaires » ?

Pas loin ! L’intrigue du livre que je vais vous présenter dans ce numéro d’Insert Book se déroule quelques années seulement après le roman de Dumas et plusieurs personnages y sont repris ! Amateurs de romans de cape et d’épée, ce titre n’attend que vous : les lames du Cardinal !

 

Les-Lames-du-Cardinal-Integrale-de-Pierre-Pevel

Fiche technique

Genre : Fantasy historique – Roman de cape et d’épée

Nombre de tomes : 3 à la base, 1 depuis la parution sous la forme d’intégrale

Niveau : Bon lecteur

 

Bibliochimie

Si un alchimiste voulait recréer ce livre dans son alambic, quelles oeuvres proches et autres choses pourrait-il utiliser comme ingrédient.

– Les Trois Mousquetaires

– Des Dragons à forme humaine

– La France de Richelieu

L’auteur

Si la fantasy est un genre où les auteurs anglophones sont plus que largement majoritaires, suivis par les germanophones, il reste quand même quelques irréductibles francophones pour tenter l’aventure. Pierre Pevel est de ceux-là. Français, il a déjà été primé deux fois pour ses romans (dont certains écrits sous le pseudonyme de Pierre Jacq) et travaille aujourd’hui pour les éditions Bragelonne à une retraduction des James Bond de Ian Flemming. Si le genre « roman de cape et d’épée » est un maître exigeant, Pierre Pevel réussit avec brio à nous plonger dans l’univers et à nous offrir une atmosphère telle qu’on doit parfois se rappeler de force qu’on n’est pas en train de lire la prose du maître du genre, Alexandre Dumas !

Mais assez parlé de l’auteur, revenons au livre !

L’histoire

Paris, en l’an de grâce 1633. Le célèbre Cardinal de Richelieu oeuvre comme toujours dans les coulisses du pouvoir pour écarter les ennemis de la Couronne de France.  Une tâche d’autant plus délicate qu’en plus des habituels espions, assassinats et autres déclarations de guerre, le Cardinal doit également faire face à la sorcellerie que manient les plus acharnés des ennemis du royaume de France : les dragons ! Cachés sous une apparence humaine, ils ont déjà fait tomber entre leurs griffes la cour d’Espagne et ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin.
Richelieu décide alors de reformer une élite secrète, une compagnie d’aventuriers, bretteurs exceptionnels, ne manquant ni de courage ni d’astuce, qui en son temps avait fait trembler les dragons avant d’être entachée par le déshonneur et la trahison. Mais la situation exige qu’on fasse appel aux meilleurs : les Lames du Cardinal.

L’intrigue réussit le pari osé de mélanger l’univers rendu célèbre par Alexandre Dumas à de la fantasy : Pierre Pevel a si bien réussi à incorporer les dragons à l’Europe du 17ème qu’on aurait presque envie d’en chercher la trace dans les livres d’histoire. Les intrigues et les complots foisonnent tout au long du récit, se croisent sur plusieurs niveaux avant de  se séparer encore, créant tout un univers sombre et mystérieux qui ne cessera de titiller la curiosité du lecteur. Et bien évidemment, les trahisons, agents doubles et autres indiscrétions viendront encore relever le récit.

Les personnages

Les personnages sont tous dotés d’un charisme inné et de caractères très marqués. On trouve aussitôt ses affinités : on adore les uns, on supporte les autres avec grâce et on souhaite la mort des autres avec le même enthousiasme immédiat. Chaque membre des Lames est unique et on dévore les chapitres avec impatience pour en apprendre plus sur le passé des personnages et les liens qui sont tissés au sein de cette compagnie si atypique. Des liens sur lesquels il convient d’attirer l’attention, car comme tout bon roman de cape et d’épée, la camaraderie qui lie les personnages est le ciment qui lie toute l’intrigue : que la loyauté d’un seul soit mise en doute et c’est toute l’atmosphère qui se trouve comme alourdie par les soupçons qui planent, un effet d’écriture maîtrisé à la perfection par Pierre Pevel qui arrive à mettre son lecteur aussi mal à l’aise que si c’était de son propre meilleur ami qu’il se mettait à douter.

En plus des personnages propres à Pevel, on retrouvera également avec plaisir des personnages historiques plus vrais que nature : Richelieu, M. de Tréville, … Tous contribuent à nous plonger encore plus dans l’univers de l’époque en tenant un rôle actif dans l’intrigue, un très beau tour de force stylistique qui méritait d’être salué. Et comme si cela ne suffisait pas, les personnages propres à Alexandre Dumas apparaissent également, ne faisant que renforcer l’impression de familiarité avec ce Paris imaginaire qui nous semblerait presque plus authentique que le réel.

Le style

A mon avis, il n’y a vraiment qu’un Français pour rendre l’atmosphère si particulière de Paris et de la France à cette époque : ils ont une compréhension profonde de cette époque, un instinct très sûr pour nous faire revivre ce passé par leurs récits. A croire que les Mousquetaires et les gardes du Cardinal n’ont jamais disparu, mais plutôt troqué la rapière pour la plume.

Pevel, en plus de sa connaissance approfondie du Paris de l’époque qui donne réellement l’impression qu’il l’a arpenté lui-même, a un style agréable, souple, qui sait aussi bien se faire sérieux pour un petit aparté historique que se faire vif pour raconter un duel ou une poursuite. Quant à l’humour, il est distillé par petites touches – voire de grosses touches lorsque la plus atypique des Lames, Marciac, décide de mettre un peu d’ambiance – qui allègent le récit juste ce qu’il faut pour reprendre son souffle avant de replonger dans l’aventure.

Avis de la Rédac’

Mikaua : Pierre Pevel est un digne héritier d’Alexandre Dumas et un réel maître du genre : avec ses Lames du Cardinal, il nous offre un magnifique hommage aux romans de cape et d’épée, relevé de fantasy juste ce qu’il faut. N’hésitez surtout pas à vous plonger dans cette intrigue magnifique et pleine de suspense :  comme je vous l’ai dit plus haut, la fantasy française est encore peu développée, mais ceci en est certainement le plus bel exemple ! Et s’il vous faut une dernière preuve, sachez que ces romans ont été traduits en anglais et rencontrent un franc succès chez les anglophones ! Avouez que ce n’est pas un tour de force à la portée du premier écrivaillon venu… Chapeau bas, maître Pevel !

A noter que, depuis 2013, l’univers des romans a été adapté en jeu de rôle. Si vous êtes intéressés, vous trouverez le test de Geek-It par ici.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *