Machines fantômes (les) / Olivier Paquet

Les machines fantômes nous montre ce que pourrait être notre avenir proche, un monde où notre technologie aurait offert un foyer à une société parallèle à la nôtre, formée d’intelligences artificielles. Et si quelqu’un se mettait en tête de leur offrir le destin de l’humanité sur un plateau de platine ?

Couverture du livre Les machines fantômes

Fiche technique

  • Auteur : Olivier Paquet
  • Genre : Science-fiction
  • Editeur : L’Atalante
  • Nombre de pages : 454
  • Niveau : Bon lecteur

Bibliochimie

Si un alchimiste voulait recréer ce livre dans son alambic, quelles choses pourrait-il utiliser comme ingrédients ?

– Notre monde d’ici une petite dizaine d’années

– Quatre personnages principaux, plus un

– Des centaines d’intelligences artificielles qui sont peut-être en cours de programmation en ce moment-même…

A quoi s’attendre

Un trader, une chanteuse pop, un ancien tireur d’élite et une joueuse de jeux-vidéo multijoueurs. Ils n’ont rien en commun, à une seule exception : leur route va croiser celle d’un jeune homme, qui peut s’appeler Hans, Joachim, ou prendre d’autres noms selon les besoins. Son but ? Confier le destin des humains, bien incapables de se débrouiller seuls, à des machines. Ou plus précisément, à des IA, des intelligences artificielles.

Ces IA se trouvent partout dans notre société : que ce soit un simple programme analysant la météo en temps réel ou un autre plus complexe devant gérer les multiples paramètres d’un jeu en ligne, tous ont fini par se développer, à exister en-dehors de leurs tâches attribuées, et communiquent entre elles, créant, selon leurs propres règles, toute une société vivant à l’intérieur de notre technologie.

Refusant de voir leur libre-arbitre à la merci de la froide logique des machines, nos quatre inconnus vont unir leurs forces pour contrer Joachim/Hans et ses alliés immatériels. Chose qui va s’avérer difficile lorsque les partenaires de votre adversaire ont accès en une fraction de seconde à tout appareil connecté et qu’ils peuvent modifier les registres de police et toute autre base de données presque comme ils le veulent.

A moins peut-être d’avoir soi-même semblables alliés…

Avis de la rédac’

Mikaua – Je vais me permettre un mauvais jeu de mot et dire que pour ce roman, l’auteur a mis le paquet ! Voilà, fallait bien que je la fasse à un moment, c’est fait (mes excuses, monsieur Olivier). J’avais découvert cet auteur avec son roman Jardin d’hiver, et, si les Machines fantômes ne se situent pas du tout dans le même univers, j’y ai retrouvé cette science-fiction sobre qui m’avait tant plu. Le sujet des intelligences artificielles aurait pu s’avérer complètement incompréhensible par sa complexité, mais il a été traité ici de manière très directe et simple : un peu comme une nouvelle espèce étrange dont on ferait la connaissance en observant ses faits et gestes à défaut d’avoir de réel langage commun. Les personnages sont très intéressants et leur caractère ainsi que leur évolution au court du récit sont traités de manière claire et cohérente ; on sent une certaine distance mise entre eux et le lecteur, mais il reste aisé de sentir une certaine connivence entre eux et nous. Olivier Paquet ayant placé son récit dans un futur très proche, le monde dans lequel se déroule son scénario ressemble énormément au nôtre ; au point qu’on en oublie parfois la – petite – dizaine d’années supplémentaire écoulée et qu’on se demande si ces fameuses machines fantômes ne seraient pas déjà en train de rôder dans nos smartphones et dans les différents serveurs mondiaux… Un excellent roman de science-fiction, donc, qui prouve une fois encore qu’il n’est nul besoin de fourrer des pages et des pages de descriptions compliquées à souhait dans le crâne des lecteurs pour la rendre cohérente ! Merci à Olivier Paquet se me réconcilier avec un genre littéraire avec lequel j’ai tendance à être en froid.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.