Mary et la fleur de la sorcière

Jeune fille pleine d’entrain, Mary verra sa vie bouleversée le jour où elle découvrira la fleur de la sorcière, une étrange fleur qui semble capable d’octroyer des pouvoirs magiques à celui qui la détint.

Mary et la Fleur de la sorcière est un film d’animation japonais réalisé par Hiromasa Yonebayashi. Il est tiré du roman The Little Broomstick de Mary Stewart. Mary et la fleur de la sorcière a la particularité d’être le premier film produit par le Studio Ponoc, studio fondé par d’anciens membres du Studio Ghibli.

Informations techniques

Mary et la fleur de la sorcière - Affiche

L’affiche du film

  • Titre original : メアリと魔女の花 – Meari to majo no hana
  • Titre français : Mary et la fleur de la sorcière
  • Date de sortie : 8 juillet 2018
  • Producteur : Yoshiaki Nishimura
  • Scénariste/Réalisateur : Hiromasa Yonebayashi
  • Musiques : Takatsugu Muramatsu
  • Studio d’animation : Studio Ponoc
  • Licences : Tōhō (ja), DIaphana (fr)
  • Genre : Animation, Fantasy
  • Origine : Japon
  • Durée : 102 minutes

L’histoire en quelques mots

Mary est une jeune fillette de onze ans, venue habiter à Redmanor chez sa tante Charlotte. D’une nature dynamique mais surtout très maladroite, la jeune fille finit très vite par s’ennuyer et par tourner en rond dans la grande maison. Alors qu’elle se balade aux alentours du manoir, elle aperçoit un chat noir qui le mènera à l’entrée d’une ancienne forêt. Là, elle découvrira « la fleur de la sorcière », une fleur magique qui ne pousse que tous les sept ans et qui lui octroiera des pouvoirs magiques pour une demi-journée. Grâce à ceux-ci, la jeune Mary aura la chance de visiter l’académie d’Endor, l’une des plus grandes écoles de magie au monde. Mais sous les merveilles de cette école se cachent de noirs secrets qui semblent étroitement liés à la fameuse fleur de sorcière, et qui risquent bien de mettre la pauvre Mary en grand danger.

Mary et la fleur de la sorcière - Fleur

Les fameuses fleurs de la sorcières

Quand les anciens de Ghibli se retrouvent pour former Ponoc

Tous ceux et celles qui ont déjà vu les œuvres du studio Ponoc feront certainement le rapprochement avec Ghibli, même s’il ne connaissent pas forcément le lien entre les deux studio. En effet, de nombreuses scènes des films qui sortent du studio Ponoc font référence, de manière plus ou moins évidente, à des scènes cultes du studio Ghibli. Mary et la fleur de sorcière ne fait pas exception à la règle et de nombreux éléments de l’histoire vous feront immanquablement penser aux classiques Ghibli. Pour ne citer que quelques exemples, l’héroïne a un design qui est très proche de Mei dans « Mon voisin Tortoro ». Les robots employés à l’école d’Endor sont proches de ceux dans le « Château dans le ciel », plusieurs scènes de Mary sur son balai rappellent celle de « Kiki la petite sorcière » ou la créature de magie pure qui n’est pas sans rappeler Sans visage du « Voyage de Chiiro ».

Mary et la fleur de la sorcière - Créatures

Un visuel proche des studios Ghibli, comme ici avec les monstres

Ces allusions ne sont pas anodines quand on sait que Yoshiaki Nishimura, le producteur de Mary et la fleur de la sorcière a travaillé préalablement au studio Ghibli sur des films comme « Arrietty, le petit monde des chapardeurs » et « Souvenirs de Marnie ». Avec d’autres anciens collaborateurs de Ghibli, Nishimura a fondé le studio Ponoc afin d’explorer de nouvelles voies et de proposer une animation plus dynamique.

Marie-Fleur-Sorciere

Des scènes qui ne sont pas sans rappeler le Studio Ghibli

Avis de la Rédac’

Keul : Le tant attendu premier film du studio Ponoc se devait de placer la barre très haute après l’annonce de plusieurs pointures du studio Ghibli de quitter l’entreprise pour former leur propre studio d’animation. Est-ce que le succès est au rendez-vous ? Oui mais un oui en demi teinte. Là où les décors et les musiques sont magnifiques et très bien maîtrisés, on regrettera quelque peu le visuel des personnages qui s’approchent fortement de ceux de studio Ghibli. Même chose au niveau du scénario qui copie certaines scènes cultes pour les recycler. C’est bien dommage car le film possède un exceptionnel potentiel. Au final, celui-ci est quelque peu plombé par l’effet « ah tiens, ça c’est dans tel Ghibli ». Mais Mary et la fleur de la sorcière proposent tout de même des éléments novateurs et une animation plus dynamique qui deviendront, à n’en pas douter, la marque de fabrique du Studio Ponoc.

Des graphismes féériques

Xefed : J’ai bien apprécié ce film même si certaines choses m’ont quelque peu perturbée. Tout d’abord je trouve que le traitement de l’animation et le rythme du film diffèrent des classiques Ghibli. Tout est plus dynamique et résolument plus moderne. Je trouve cependant dommage que certaines scènes soient inspirées des classiques de Miyazaki au point d’en devenir des copier-coller presque parfaits. L’école façon Harry Potter est aussi un peu clichée mais au final, j’ai bien apprécié le mélange technologie-magie surtout au niveau des recherches qu’ils y effectuent. Au final, Mary et la fleur de la sorcière est un bon film, qui n’arrive pas encore à la hauteur du studio Ghibli mais qui pose certains éléments prometteurs pour les prochains films.

Mikaua : Etant moins fine connaisseuse de Ghibli que mes deux collègues, j’ai été un peu moins interpelée par la réutilisation de scènes dans ce film ; mais oui, la ressemblance de Peter avec Haoru du Château ambulant m’a tout de suite frappée, de même que Mary a typiquement un visage estampillé Ghibli – même si pour ma part je la rapproche plus d’une Ponyo plus âgée, la chevelure doit y être pour quelque chose. On retrouve aussi en filigrane le thème de la nature si cher à Ghibli (l’arbre ponctionné, bardé de métal et changé en laboratoire qui reverdit est plutôt explicite). J’ai également apprécié les références à la sorcière d’Endor et au docteur Dee, figures connues dès qu’on approche un tant soit peu du thème de l’ésotérisme, mais n’ayant vu le film qu’en traduction française je ne sais pas si c’est le traducteur ou le scénariste qu’il faut remercier de ce choix très à-propos. En tout cas, Mary et la fleur de la sorcière est un bon premier film et annonce de belles choses à venir de la part des Studios Ponoc !

Bande annonce

Sources des images

  • Logo : Wikipédia
  • Autres : https://www.1jour1actu.com/culture/mary-et-la-fleur-de-la-sorciere-un-dessin-anime-fantastique-48402/
Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.