Mémoires, par lady Trent (série) / Marie Brennan

L’avantage, quand on est une vieille femme mondialement célèbre, c’est qu’on peut écrire ce que l’on veut sans que personne n’ose plus vous le reprocher. Les Mémoires de lady Trent retracent d’une plume acérée par les années la vie d’une femme d’une époque victorienne alternative. Quand on est une femme passionnée par l’étude des dragons dans un monde d’hommes, jamais rien n’est simple !

Couverture du premier tome des Mémoires

Fiche technique

  • Auteur : Marie Brennan (pseudonyme de Bryn Marie Neuenschwander)
  • Titre de la série : Mémoires, par lady Trent
  • Titre original de la série : Memoirs of lady Trent
  • Titres des tomes :
    • Une histoire naturelle des dragons
    • Le tropique des serpents
    • Le voyage du Basilic
  • Titres originaux des tomes :
    • A natural history of dragons
    • The tropic of serpents
    • Voyage of the Basilisk
    • In the labyrinth of drakes
    • Within the sanctuary of wings
  • Genre : Fantasy, Mémoires
  • Nombre de tomes dans la série : 5, série terminée (3 traduits)
  • Niveau : Lecteur moyen

Bibliochimie

Si un alchimiste voulait recréer ce livre dans son alambic, quelles choses pourrait-il utiliser comme ingrédient ?

– L’ambiance de la société anglaise victorienne

– Des dragons en tant qu’animaux et non que créatures surnaturelles

– Une protagoniste bien décidée à faire fi de la moitié – au moins – des conventions sociales

A quoi s’attendre ?

Isabelle Trent, naturaliste mondialement connue, est désormais vieille et, sous la pression de ses innombrables admirateurs, elle décide d’écrire ses mémoires – et elle le fait avec l’humour caustique et sans pitié que seul l’âge et la notoriété pouvaient lui permettre enfin d’utiliser. Elle raconte alors ses débuts, puis sa vie à la poursuite de sa plus grande passion : l’étude des dragons. Et les obstacles sont nombreux : non seulement les femmes de science sont-elles encore peu nombreuses dans sa jeunesse, mais les conventions sociales et culturelles n’ont jamais réussi à ce petit bout de femme bien trop franche et énergique pour son époque. Enfin, une femme seule se trouverait souvent bien empruntée pour se rendre là où vivent les différentes espèces de dragons. Mais Isabelle Trent a du courage à revendre et elle est têtue comme une mule. Ce ne sont pas quelques petites broutilles du genre qui vont l’arrêter !

Le détail qui claque

Les couvertures, en couleurs, et les illustrations intérieures des romans, en dégradés de gris, sont l’oeuvre de Todd Lockwood.

Croquis de dragon fait par Lady Trent

L’un des « croquis » illustrant le tome 1

Ce nom vous dit quelque chose ? Les rôlistes parmi vous, allez chercher votre manuel des monstres de Donjons et Dragons 3.5 et ouvrez-le à la section dragons. Vous voyez le dragon rouge, celui d’or, et tous ceux qui ont ce magnifique style qui donne l’impression d’avoir été fait d’après nature ? Ca, c’est du Lockwood. Pour rester dans les romans, la grande majorité des couverture des Royaumes Oubliés de la série de Drizzt Do’Urden et d’Elminster sont également de lui. Finalement, Lockwood est également connu pour ses illustrations de cartes pour le jeu Magic The Gathering.

Avis de la Rédac’

Mikaua : Utiliser une époque victorienne alternative, sans magie mais où les dragons existent, était une bonne idée de l’auteur : les dragons sont rarement utilisés en tant que « simple » membres du règne animal. Cela apporte une touche d’originalité et ces mémoires, autrement très naturalistes dans leur inspiration, ont un petit effet décalé par la présence de ces créatures habituellement surnaturelles. Quant à la protagoniste principale, Isabelle, ce n’est pas une héroïne : elle est maladroite à la fois physiquement et socialement ; et en tant que femme dans une ère presque victorienne, elle n’a aucune influence ni pouvoir par elle-même. Pourtant, elle se démène de toutes ses forces pour réaliser ses rêves, et elle ne se laisse jamais abattre bien longtemps face aux coups du sort. En prime, celle qu’elle est devenue bien des années après ne laisse rien passer et fustige ses erreurs de jeunesse à grands coups de plume acérée, sans se chercher de fausses excuses. Autant dire qu’elle devient rapidement sympathique et qu’on suit ses aventures avec plaisir ! Je conseille donc vivement cette série, autant pour l’histoire que pour les magnifiques illustrations de Lockwood.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *