Miraï ma petite sœur

Kun est un jeune garçon qui a une vie de rêve avec ses deux parents jusqu’à ce que sa petite sœur Miraï débarque. Commence alors un apprentissage pour accepter cette nouvelle venue dans la famille.

Miraï ma petite sœur est réalisé par le studio Chizu, connu pour ses autres productions, Summer War,  La Traversée du temps,  Les Enfants loups, Ame et Yuki et Le Garçon et la Bête du même auteur.

Informations techniques

Miraï ma petite soeur - affiche

L’affiche du film

  • Titre original : 未来のミライ – Mirai no Mirai
  • Titre français : Miraï ma petite sœur
  • Date de sortie : 26 décembre 2018
  • Scénariste : Mamoru Hosoda
  • Réalisateur : Mamoru Hosoda
  • Musiques : Masakatsu Takagi
  • Studio d’animation : Studio Chizu
  • Licence : Wild Bunch, @Anime
  • Genre : Animation, fantastique
  • Thèmes : Famille, Tranche de vie, Voyage temporel
  • Origine : Japon
  • Durée : 98 minutes
  • Âge : +6

L’histoire en quelques mots

Kun est un jeune garçon qui vit dans une maison au design particulier qui fut conçue par son père architecte. Avec ses deux parents, il vit une vie de rêve, partagée entre les jeux de trains pour lesquels il se passionne, les livres d’histoire que ses parents lui lisent et les sorties dans la cour intérieure pour jouer au pied du chêne familial avec Yukko, son petit chien. Mais un jour, la vie de Kun bascule quand sa famille s’agrandit. Ainsi la petite Miraï fait son arrivée dans ce tableau idyllique, s’accaparant l’attention de ses deux parents. Bien décidé à ne pas laisser cette intruse s’immiscer entre ses parents et lui, Kun a toutes les peines du monde à être gentil avec elle jusqu’à ce que celle-ci lui apparaisse à l’âge adulte pour le réprimander et lui demander son aide. Ainsi débute pour Kun une série de voyages extraordinaires, à cheval entre le passé, le futur et son imaginaire débordant, voyage dans lequel il sera confronté aux membres de sa famille à différents moments de leur vie.

miraï-décors

Des graphismes toujours aussi impressionnants, surtout au niveau des décors

Du calme quotidien à l’onirisme foisonnant

La grande force de Miraï repose certainement dans l’alternance des scènes du quotidien et celles « oniriques » du jeune Kun. Si les scènes de vie de la famille sont classiques et que le thème principal employé – à savoir la rivalité entre frère et sœur – n’est pas spécialement original, celles-ci sont amenées de manière tout à fait appropriée et permettent de placer le cadre du film. Ces parties sont posées, calmes et dans des teintes légèrement plus sombres et ternes que le reste du film.

Les passages du film qui traitent des voyages de Kun avec les membres de sa famille dans leur futur ou leur passé sont par contre foisonnants d’éléments colorés, sujets aux envolées de fantastique et laissent une grande place à l’imagination de l’enfant. Le tout est appuyé par le style graphique de Mamoru Hosada, qui n’en est désormais plus à son coup d’essai. Le réalisme des scènes et la précision sont toujours au rendez-vous, avec un trait soigné même s’il n’est pas exempt de défauts.

miraï soeur

Des visites incongrues comme ici avec sa sœur venue du futur

Avis de la rédac’

Keul : Depuis le temps que j’entendais parler de Miraï, ma petite sœur, il était plus que temps que je visionne. L’histoire est somme toute banale, mais parlera à tous les parents qui y ont été confrontés. Je peux vous dire que je me suis retrouvé dans toute les scènes et que certains passages m’ont même donné des sueurs froides tant elles sentent le vécu. D’un autre côté, les parties fantastiques, lorsque Kun rencontre sa sœur venue du futur, le chien qui s’incarne en humain, ou son arrière-grand-père jeune sont magnifiques. Bien que pouvant paraître enfantin, le thème est en réalité bien plus profond qu’on pourrait s’y attendre et traité avec une grande maîtrise. Les graphismes sont toujours magnifiques, même si on regrettera certains défauts de proportions chez les personnages. Au final, Miraï est une excellente surprise, peut-être pas au niveau d’Okko et les fantômes mais tout de même magnifique.

Miraï voyage

L’émerveillement de l’enfance mais aussi la difficulté a accepter les changements

Xefed : J’ai trouvé le film très beau dans son ensemble avec un thème qui n’est que trop rarement traité. J’ai bien apprécié le fait que, pour une fois, on prenne l’enfant comme personnage principal, avec sa vue particulière du monde qui l’entoure. J’ai bien apprécié le questionnement des parents avec l’éternelle question « est-ce qu’on est des bons parents ? » qui est un passage obligé pour toute personne ayant des enfant. Je me suis totalement retrouvée dans la plupart de ces situations et j’ai ri jaune en les voyant. Mention spéciale pour le chien qui est absolument magnifique comme personnage. Je trouve l’idée de l’arbre généalogique de la famille, représenté par le chêne du jardin, très bien amenée et très intelligente. Bon, j’ai par contre définitivement un problème avec Hosoda et le placement des yeux de ses personnages. Déjà dans Ame et Yuki, et l’enfant et la bête, mais là, ça m’a vraiment perturbée. Dommage parce que ces décors sont absolument magnifiques.

Mikaua : « Pas de bol » pour moi, j’ai au boulot deux collègues aussi dingues des films de Mamoru Hosoda que moi, donc je me suis retrouvée troisième sur la liste d’attente quand notre médiathèque l’a acquis – depuis la Traversée du temps et Ame et Yuki, j’ai complètement accroché au travail de ce réalisateur, donc j’attends avec impatience chaque nouvelle production de sa part. Si j’ai beaucoup aimé l’idée de prendre Kun comme personnage principal plutôt que le point de vue d’un des deux parents, le début du film et son rendu très fidèle de la vie quotidienne m’a fait craindre un moment que tout le film reste très terre-à-terre. Heureusement, le premier « voyage » de Kun est vite venu me détromper. J’ai beaucoup aimé chacune de ses rencontres avec les membres de sa famille, particulièrement l’arrière-grand-père ! Enfin, traiter le chêne de la cour intérieur comme un arbre généalogique était vraiment une très bonne idée, et explique son rôle de fil rouge tout au long du film. S’il ne détrône pas Ame et Yuki dans mon top trois personnel, Miraï ma petite sœur reste un très bon film d’animation que je recommande volontiers !

Bande annonce

Sources des images

http://www.9emeart.fr/

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.