Neon Genesis Evangelion

Neon Genesis Evangelion logoNeon Genesis Evangelion est une série d‘animation japonaise en 26 épisodes qui possède une fin alternative proposée dans le film The End of Evangelion.

Considérée comme un classique de l’animation des années 90, elle nous propose de suivre les survivants d’un impact de météorite dans un monde attaqué par des créatures géantes nommées les Anges et qui semblent bien décidées à éliminer les vestiges de l’humanité. Contre de telles créatures, seules les Evangelion, des mechas à l’apparence humanoïde et pilotés par des enfants, semblent capables de faire quelque chose.

Série – Neon Genesis Evangelion

Informations techniques

Neon Genesis Evangelion série

Le visuel de la série

  • Titre original : 新世紀エヴァンゲリオン – Shin Seiki Evangerion
  • Titre français : Neon Genesis Evangelion
  • Date de sortie : octobre 1995
  • Réalisateur/Scénariste : Hideaki Anno
  • Musiques : Shirō Sagisu
  • Studio(s) d’animation : Gainax, Tatsunoko
  • Licence : Dybex, Netflix
  • Genre : Mecha, Post-apocalyptique, Psychologie, Science-fiction
  • Origine : Japon
  • Saisons : 1
  • Épisodes : 26
  • Durée moyenne par épisode : 23 minutes
  • Statut : terminée

L’histoire en quelques mots

En l’an 2000, une explosion cataclysmique se produit en Antarctique, provoquant la destruction de toute vie alentour et faisant monter les eaux des mers et océans de plusieurs dizaines de centimètres. Officiellement, ce cataclysme serait dû à la chute d’un astéroïde et aurait causé la mort de quelques deux milliards de personnes, en plus d’avoir provoqué une nouvelle guerre mondiale.

Quinze ans ont passé. Sur les vestiges du monde, les survivants tentent de survivre et de rebâtir une nouvelle société. Surnommé le Second Impact, le cataclysme n’en a cependant pas fini avec l’humanité. Débarquent alors de mystérieuses créatures géantes, nommées les Anges, venus pour détruire Tokyo-3, la ville rebâtie après l’impact. Pour combattre ces créatures, une organisation secrète nommée la NERV a mis au point les « Evangelion », des géants humanoïdes d’apparence mécanique.

Neon Genesis Evangelion Eva

L’une des fameuses Eva

Shinji Ikari, un jeune garçon de 14 ans introverti et mal dans sa peau, se rend alors à Tokyo-3 sur l’invitation de son père, directeur de la NERV. Ce qu’il prenait pour des retrouvailles après dix ans passés sans voir son père va alors se changer en cauchemar pour le jeune homme, condamné à piloter une Evangelion pour tenter de sauver la Terre.

Devant faire face à ses conflits intérieurs, incapable de prendre confiance en lui, il lui faudra également composer avec la mystérieuse organisation SEELE, dont les objectifs semblent pour le moins obscurs.

Une série iconique

Lors de sa sortie, la série connaît immédiatement un succès retentissant. Possédant une animation de qualité, des personnages fouillés et un scénario alambiqué, celle-ci débute comme un anime de mecha classique dans un univers post-apocalyptique, mais dérive rapidement sur une introspection psychologique des protagonistes. Des thèmes majeurs laissés jusque-là de côté comme le suicide, la déprime, l’isolation sociale y sont abordés avec un réalisme rarement atteint. Avec le temps, la série s’est imposée comme un classique de l’animation des années 90 et parvient à garder une fanbase importante même aujourd’hui.

Neon Genesis Evangelion Ange

L’un des Anges

Avis de la rédac’

Keul : La série Neon Genesis Evangelion est assez sympathique à visionner, même si l’histoire est parfois difficile à comprendre. Débutant tambours battant avec des affrontements dignes des plus grandes séries de mechas, l’histoire va petit à petit basculer dans l’introspectif et se centrer sur les personnages et la résolution de leurs problèmes psychologiques. Et c’est certainement là que la série risque de perdre une grande partie de ses spectateurs, car ces phases introspectives sont parfois dignes des plus grandes émissions sur l’art contemporain tant elles partent dans un délire pseudo-métaphorique et conceptuel. On en vient à devoir visionner trois ou quatre fois une séquence pour en comprendre toute la portée, toutes les implications dans l’histoire, et ça casse malheureusement le rythme.

Les thèmes abordés sont cependant bien traités, trop peut-être, et il ne faut pas être dépressif pour regarder cette série. La musique est très jolie et l’animation, pour l’époque, très bien maîtrisée. Les combats rendent l’épique de la lutte pour la survie de l’humanité. Un mot sur la fin de la série qui, en deux épisodes, parviendra à perdre complètement le spectateur et à laisser en suspens la grande majeure de l’intrigue. Une fin qui a provoqué un tels débats chez les fans qu’elle a finalement mené à la création du film, The End of Evangelion. Un film qui n’aurait, selon moi, jamais dû voir le jour.

Bandes annonces

Sources

Film – Neon Genesis Evangelion – The End of Evangelion

Informations techniques

Le visuel du film

  • Titre original : 新世紀エヴァンゲリオン 劇場版 THE END OF EVANGELION – Shin Seiki Evangelion Gekijōban – The End of Evangelion
  • Titre français : Neon Genesis Evangelion – The End of Evangelion
  • Date de sortie : juillet 1997
  • Durée : 90 minutes
  • Scénariste/Réalisateur : Hideaki Anno
  • Producteur : Mitsuhisa Ishikawa
  • Studio d’animation : Eva Commitee, Gainax, Movic, Production I.G, Sega, Starchild Records, Toei Animation
  • Musiques : Shiro Sagisu
  • Genre : Science-fiction philosophique
  • Nationalité : Japon

De Death and Rebirth à The End of Evangelion

Antérieurement à « The End of Evangelion », un autre film d’Evangelion a vu le jour. Coupé en deux parties nommées Death et Rebirth, il proposait les éléments suivants :

  • Death : Résume les épisodes 1 à 24 de la série Evangelion dans un montagne approximatif et parfois difficile à comprendre. On y retrouve également quelques scènes inédites qui expliquent des passages et concepts laissés jusque-là en suspens.
  • Rebirth : Reprend les 15 premières minutes de l’épisode 25 qui s’est vu être remanié, amélioré et complété. Cette partie n’était cependant pas complète, car le studio d’animation n’a pas eu le temps de terminer son travail. La partie Death a donc été projetée avant que Rebirth ne soit finalisée.

L’histoire en quelques mots

Alors que la NERV, le dernier rempart contre les Anges, a vaincu le dernier de ceux-ci et sauvé l’humanité d’une destruction inéluctable, elle est soudainement assaillie par les militaires qui massacrent tout sur leur passage. Employant des Evangelions pour combattre la NERV, les assaillants sont proches d’éliminer celle-ci et de provoquer le Troisième Impact, achevant de détruire le monde.

Le monde touche à sa fin, dans une débauche de mort et de destruction.

Ce deuxième film est une fin complémentaire à la série télévisée et est également composé de deux parties. La première, Episode 25 : Air/Love is Destruction reprend la partie Rebirth du film précédent avec une dizaine de minutes d’animation supplémentaires. La seconde, Épisode 26 : Sincèrement vôtre, ou Mon cœur pur pour toi/I need you clos la série pour de bon.

Un film qui n’aurait jamais dû voir le jour

Cela peut paraître assez étrange dit comme cela, mais The End of Evengelion n’aurait jamais dû exister. La série de 26 épisodes devait se terminer sur une lueur d’espoir pour le héros, le fameux « j’ai le droit d’exister en ce monde, même si je ne sais pas ce que je vais faire de ma vie ». Et même si cette fin est frustrante pour de nombreux fans, elle aurait dû rester comme elle est. C’était sans compter sur les fans nocifs, qui se sont mis à envoyer massivement des lettres d’insultes, de menaces et même des menaces de mort à l’encontre d’Hideaki Anno pour la simple et bonne raison que la fin ne leur plaisait pas (comme quoi, on n’a pas attendu Facebook, Twiter and Co pour lancer cette mode nocive).

Des scènes particulièrement malaisantes

Tous ces évènements ont eu deux conséquences : la première, que l’auteur développe une haine sans bornes envers les fans de la série, et la seconde, de lui faire créer The End of Evangelion, même s’il n’est pas crédité comme réalisateur officiel du film. Car si ce film est bien une chose, c’est bien une vengeance envers ses agresseurs, une réponse formelle et limpide aux fans nocifs qui voulaient une autre fin à leur série chérie. Et on peut dire qu’ils ont eu ce qu’ils cherchaient, mais pas sûr que cette fin corresponde à leurs attente.

Avis de la Rédac’

Keul : Alors que la série m’avait laissé une impression mitigée, ce film a achevé de me faire détester cet anime. Vous voulez des réponses aux questions restées en suspens, vous n’allez pas être déçu, mais vous risquez fort de regretter d’avoir insisté pour que la fin soit revue. Ici, on ne respecte rien, ni les personnages, ni les relations développées au fil des épisodes. On détruit tout, on tue tout le monde, on part dans un concept libido-nihiliste freudien (cherchez vous-même, mais vous risquez de le regretter aussi).

Bref, j’ai peu de chose à dire sur ce film. L’animation est à la hauteur de la série, tout comme les musiques, mais il laisse une impression désagréable une fois visionné, une sorte de malaise malsain qui, si on me proposait de regarder une nouvelle fois la série, me ferait fuir à toutes jambes ou trouver tous les prétextes du monde pour éviter ce qui serait devenu une corvée. Alors une fois de plus, nous pouvons tous scander ensemble : Merci aux fans hardcore pour cette catastrophe qu’est The End of Evangelion.

Bandes annonces

Sources

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.