Nobilis

Bien le bonjour. Aujourd’hui, petite nouveauté, je vais vous parler d’un jeu de rôle peu connu car légèrement différents de ceux auxquels vous avez déjà joué. Un jeu de rôle qui se démarque passablement de la moyenne car il est doté d’un système qui n’utilise pas de lancer dés et qui est pratiquement essentiellement basé sur le rôle-play. Pour ceux qui ne sont pas familier des expressions rôlistiques, rappelons que le rôle-play est le fait de parler et faire des mimiques comme si l’on était soi-même le personnage que l’on joue. Aujourd’hui, je vais donc vous parler de Nobilis.

Couverture du guide de Nobilis

 

L’univers de Nobilis

Le premier élément positif de ce jeu est sans conteste la richesse de son univers. L’auteur s’inspire d’une multitude de sources, comme les mythologies chrétienne et nordique, mais toujours en y apportant sa touche personnelle, si bien que, même si vous êtes féru d’histoire et que vous connaissez ces mythologies sur le bout des doigts, vous aurez quelques surprises bienvenues. L’univers est découpé en deux parties : la Terre Prosaïque, qui correspond à notre monde avec quelques petites différences, et le Monde Mythique. Cette Terre Prosaïque est le reflet déformé de la vraie réalité, qui correspond au deuxième aspect de l’univers, à savoir : le Monde Mythique. Il s’agit ici d’un monde animiste où chaque chose possède sa propre conscience. Vous pourrez alors avoir des discussions avec ces choses et apprendre certaines informations, dans la limite de leur compréhension cependant. L’univers s’axe autour d’un élément central : le Frêne Universel, Yggdrasil. Celui-ci porte d’innombrables autres mondes, avec à son sommet le Paradis, source de toute beauté, auquel seuls les Anges ont accès, et dans ses racines l’Enfer, source de toute corruption. Autour d’Yggdrasil se trouve le Mur Mystérieux, marquant les limites de la Création, limites qui n’ont jamais été franchies que par quelques créatures que ce soit. Le point important de l’univers réside dans le fait que chaque parcelle de la réalité, concept ou classe d’objets, est incarné par une puissance quasi-divine nommée Imperator. Un Impérator gouverne et gère un ou plusieurs domaines et tous sont engagés dans une lutte contre ceux qu’on appelle les Tourmenteurs, de terribles entités venues d’au-delà du Mur Mystérieux, dont le but est de détruire la réalité. Cette guerre, le Valde Bellum, occupe l’attention des Imperators dans le Monde Spirituel et laisse donc leur domaine sans protection ou affaibli, et c’est là que vous intervenez. Afin de protéger la Terre et les autres mondes des attaques directes des Tourmenteurs, les Imperators donnent une partie de leur pouvoir, un fragment de leur âme, à un humain, créant ainsi un Nobilis. Vous voilà donc investi de la mission de protéger un domaine avec tout ce qui s’y rattache, afin que l’affaiblissement de votre Imperator n’influence pas sur la bataille qu’il mène contre les Tourmenteurs. Comme votre Imperator ne possède généralement pas qu’un seul domaine, ou un domaine trop vaste pour qu’un seul Nobilis puisse le couvrir, celui-ci divise les responsabilités en investissant plusieurs humains de sa puissance, créant ainsi une Familia Caelestis – sorte de regroupement de Nobilis liés à un même Imperator. De la même manière, un Imperator protège son corps physique en créant un Sanctuaire, sorte de monde miniature avec tout ce qui s’y rattache, relié à la Terre et reflet de sa propre nature : des dommages infligés au Domaine de l’Imperator affecteront son Sanctuaire. En tant que Nobilis, vous êtes donc dotés de pouvoirs quasi-divin (d’où l’absence de jets de dés) mais vous êtes limités par certaines règles, le Code Fidelitatis, dont la plus contraignante est la Loi de l’Anémone : « Tu n’aimeras point ». Ironiquement, un Nobilis peut agir de manière discrète en utilisant une Ancre, c’est-à-dire un humain dont il peut prendre le contrôle ; or pour créer un tel lien, le Nobilis doit aimer ou haïr l’humain en question. Dernier point remarquable de l’univers, les fleurs ont une signification particulière pour les Nobilis et leurs Imperators. Selon la légende, les anges auraient utilisé des fleurs comme outil pour contrôler et diffuser leur pouvoir lors de la création du monde. Elles inspirent donc ce qui est parfait, la beauté incarnée et doivent être protégées à tout prix. Chaque Nobilis et Imperator possèdent un blason auquel sont associés des fleurs. Le Maître de Jeu est d’ailleurs appelé la Divine Rose Trémière (abrégé DRT), fleur représentant la vanité et l’ambition.

ecran-asmodee-23276_OA

Système de jeu

Comme je l’ai déjà mentionné, Nobilis se démarque d’autres jeux de rôle par l’absence de dés ou d’autres générateurs de hasard pour déterminer le résultat des actions des joueurs. Il utilise un système de points de Miracle à dépenser pour réaliser certaines actions ; celles-ci n’échouent pratiquement jamais. Alors à quoi cela sert-il de jouer à un jeu ou l’on réussit chacun de ses action, me demandez-vous. C’est là que cela se complique : une action peut être réussie sans qu’il ne se produise exactement ce à quoi on s’attendait. Au lieu de se focaliser sur la réussite des actions, l’histoire se base plutôt sur les conséquences de celles-ci. Les affrontements directs sont rares, voir inexistant selon la personne qui écrit les scénarios. En effet, ceux-ci, trop coûteux en points de miracle, sont remplacés par une dimension sociale. Il faut alors saper le domaine de l’adversaire, attaquer son sanctuaire et ses ancres pour pouvoir l’affaiblir, le reste se faisant tout seul pour ainsi dire. Malgré la toute-puissance que possèdent vos personnages, vous devrez prendre en compte les implications de toutes vos actions, ainsi que les réactions des autres Nobilis et Imperators qu’ils ont pu contrarier. Chaque personnage possède 4 attributs, à partir desquels sont calculés les coûts de chaque Miracle :

• l’Aspect, c’est-à-dire la force physique et intellectuelle du personnage

• le Domaine, degré de contrôle de la partie de la réalité qui lui a été attribuée

• le Royaume, degré de contrôle du Sanctuaire auquel il appartient

• l’Esprit, représentant la part de « divinité » que leur âme possède.

Chaque attribut possède un nombre de points de Miracle associés que l’on peut convertir au cours du jeu.

Avis de la rédac’

Keul : Ce jeu de rôle est très intéressant mais reste difficile dans son approche pour des joueurs débutants, qui préfèrent se baser sur quelque chose de plus tangible, comme les jets de dés. Pourvu que vous aimiez le rôle-play et que vous ayez un Maître du Jeu qui soit doué pour la narration et les descriptions, vous pourrez alors passez un moment agréable et intéressant dans cette approche peu commune du jeu de rôle. Pour ceux que cela intéresse, voici les informations pour la commande de la base : Nobilis, R. Sean Borgstrom, 2002, éd. 2d Sans Faces, ISBN 2-9700314-0-X

Partagez

Vous aimerez peut-être...

1 Réponse

  1. 10 janvier 2018

    […] un jeu de rôle qui met ainsi les dés de côté pour privilégier le rôleplay – un peu comme Nobilis, d’ailleurs – ne pouvait que […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *