Omni System

Histoire

L’histoire de l’Omni System est étroitement liée à la maison d’édition Bard Games et à son jeu « The Arcanum », qu’elle développa dès 1984. C’est lors de la création de ce jeu que Bard Games mit en place les premiers éléments qui devaient – par la suite – donner naissance à ce nouveau système. Bien que fortement inspiré d’AD&D, le système mis en place comprenait de nombreuses originalités, comme les 8 caractéristiques qui ont perduré par la suite. Par la suite – en 1987 – Bard Games développa le jeu de rôle de fantasy « Talislanta Handbook » qui comprenait – entre autre – le système de résolution universelle qui fit le succès de la gamme. On s’éloigne alors du système de résolution d’action par seuil propre à AD&D pour employer de plus en plus ce nouveau système. Le système évolua ensuite en suivant les diverses éditions du jeu de rôle Talislanta avec des corrections diverses, comme la gestion de la magie qui connut une refonte totale lors de la publication de la troisième édition.

La quatrième édition de Talislanta marqua un profond changement pour le système de jeu, qui prit dès lors le nom d’Omni System. Celui-ci abandonna l’utilisation des personnages par niveau pour donne plus de liberté au joueur tout en révisant une nouvelle fois le système de magie.

Le système de jeu fut alors appliqué à d’autres jeux de rôle, comme Hellas.

Avec la faillite de la maison d’édition en 2007, d’autres jeux prévus pour fonctionner sur l’Omni System (Terran Trade Authority, Immortal et Jeremiah) ne connurent jamais cette adaptation.

Omni system

Comme nous l’avons déjà mentionné, ce qui caractérise le système de jeu de rôle Omni, c’est sa table de résolution unique, et toutes les actions et déterminations d’éléments du personnage se font à l’aide d’un seul et unique d20. Déterminer la réussite d’une action se fait alors en comparant un jet de 1d20+attribut+compétence+modificateurs par rapport à une valeur présente sur cette table. L’effet n’est pas absolu, car l’action peut donner un échec critique, un échec, une réussite partielle, une réussite ou une réussite critique en fonction de la différence avec la valeur indiquée.

Les personnages évoluant avec Omni se voient définir par un groupe de 8 caractéristiques, des attributs qui peuvent être positifs ou négatifs, un certain nombre de compétences et d’éventuels talents. Ces divers éléments sont dérivés de la race, l’origine et la profession du personnage. La création du personnage se fait en tirant aléatoirement les valeurs aux dés. Le résultat est alors compris entre -5 et +5, zéro étant la moyenne. Ces valeurs sont ensuite modifiées par la race du personnage.

Pour ce qui de la magie, le système Omni prévoit divers professions qui emploient la magie ou un dérivé de celle-ci. Ainsi on trouvera des magiciens, des psioniques, etc. Ceux-ci emploie des effets magiques basiques qu’on nomme les modes. Chaque mode peut donner des avantages ou des inconvénients en fonction de son emploi.

Mentionnons au passage que le livre de base du système ne propose aucun univers directement compatible, mais propose diverses pistes pour l’adapter à un univers de fantasy, de science-fiction, à un univers post-apocalyptique et bien d’autres encore.

  • Jeux anglais : Atlantis; Hellas; High Mediaval; Talislanta; Terran Trade Authority Roleplaying Game

Sources

Partagez

Vous aimerez peut-être...

1 Réponse

  1. 28 mars 2018

    […] Système de Jeu : OMNI […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *