Onésisme

Créées par Albert Chartier entre 1943 et 2002, Onésisme est une bande-dessinée humoristique québécoise qui fut tout d’abord publiée dans le Bulletin des agriculteurs du Québec. Un peu naïf, son personnage principal est en plus affublé d’un fort bégaiement. Ses aventures sont toutes axées sur la culture québécoise et sa diversité.

Informations techniques

Visuel de la couverture

Visuel de la couverture

 

  • Titre original: Onésisme
  • Auteur : Albert Chartier
  • Origine: Canada
  • Genre: Humour
  • Éditeur : La compagnie de publication rurale inc.
  • Année: 1943-2002
  • Nombre de volumes parus: 2
  • Statut : terminée

Pour vous mettre en appétit

Difficile de réellement détacher une histoire dans ces deux bandes-dessinées qui reprennent une série de petites aventures de quelques cases et qui traitent de sujets variés. Onésisme, c’est un peu le monde vu par les yeux d’un homme un peu naïf et qui ne comprend pas toujours ce qui se trame autour de lui. Moustachu et fumeur de pipe, Onésime bégaie un peu et a le don de se retrouver là où il ne devrait pas être, s’attirant bien souvent des problèmes alors qu’il n’est en rien responsable. Mais Onésisme, c’est également un rêveur qui porte un regard d’enfant sur son monde et son pays. Il s’interroge aussi, sur beaucoup de sujets, comme la religion, son Québec qui perd petit à petit son identité à la suite de l’américanisation, mais aussi de ses petites difficultés, de son couple, etc. Et bien que son monde ne semble parfois pas tourner très rond, il reste à Onésisme un atour de taille pour y faire face : son flegme.

Un petit exemple de cet humour particulier qui fait la saveur de cette bande dessinée

Un petit exemple de cet humour particulier qui fait la saveur de cette bande dessinée

Avis de la rédac’

Keul : Onésisme, c’est un peu l’incarnation de la loi de Murphy : jamais au bon endroit et toujours en train de tomber dans les situations les plus abracadabrantes. Les dessins sont classiques et caractéristiques de l’époque, avec de nombreux détails qui plantent le décor et qui permettent d’identifier rapidement le Québec, ses villes, ses campagnes et ses forêts. Les gags sont assez classiques et renforcés par la naïveté et le flegme du héros. Un bon choix pour développer la connaissance du Québec et certains des problèmes qui l’ont frappé durant son histoire.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *