Patéma et le Monde inversé

Patéma et le Monde inverséPatéma et le Monde inversé est un film d’animation écrit et réalisé par Yasuhiro Yoshiura, également connu pour avoir produit et écrit Pale Cocoon et Time of Eve. Il fut produit par le studio Purple Cow Studios Japan en novembre de l’année 2013. Une année avant sa sortie, quatre ONA – Original net animation, soit des épisodes animés directement proposés en streaming sur internet – furent proposés au public afin de servir de prologue au long métrage.

Informations techniques

Patéma et le Monde inversé

L’affiche du film

 

  • Titre original : Sakasama no Patema
  • Titre français : Patéma : le Monde Inversé
  • Date de sortie : Novembre 2013
  • Producteur : Yasuhiro Yoshiura
  • Scénariste : Yasuhiro Yoshiura
  • Musiques : Michiru Ōshima
  • Studio d’animation : Purple Cow Studios Japan
  • Licence : @Anime
  • Genre : Animation, Aventure, Drame
  • Origine : Japon
  • Durée : 100 minutes

L’histoire en quelques mots

Après l’échec des scientifiques de notre monde à utiliser la gravité comme source d’énergie, la Terre fut séparée en deux mondes inversés qui ont tout oublié l’un de l’autre. Durant le cataclysme qui suivit la mise en place de cette technologie, nombre d’humains moururent, purement et simplement aspiré par le ciel, si bien que celui-ci est maintenant comparé à l’enfer. Patéma : le Monde inversé raconte la rencontre entre deux adolescent issus chacun de l’un de ces mondes. Patéma vit sous terre dans de sombres et obscures tunnels et ignore tout de ce qu’il se passe a la surface. De son coté, Age est un lycéen qui suit les cours d’endoctrinement des survivants du cataclysme. Alors que Patéma tente d’échapper à un agresseur qui semble capable de se déplacer sur les plafonds des souterrains, elle dépasse la limite de son monde et se voit aspirée par le ciel en direction du monde d’Age. Celui-ci parvient alors à la sauver in-extremis. Promettant de l’aider à retrouver les siens, Age ne se doute pas que cette aventure risque de modifier à jamais sa perception de son monde et que l’arrivée de Patéma dans sa vie risque bien de mettre au jour des secrets enfouis depuis des années par les autorités.

La vision du gouvernement des suites de la catastrophe scientifique qui suivi les expériences sur la gravité

La vision du gouvernement des suites de la catastrophe scientifique qui suivi les expériences sur la gravité

Avis de la Rédac’

Keul : On sort ici de l’animation japonaise des studio Ghibli pour entrer dans quelque chose de différent, même si le style de l’auteur trouve certaines similitude avec certains chefs d’œuvre de Miyazaki. L’idée de départ, bien que déjà traitée dans quelques autres films, est efficace et promet une histoire intéressante. Alors que penser de Patéma : le Monde inversé ? Eh bien qu’il s’agit d’un bon film mais… voilà, malheureusement un peu vide en soi. L’histoire est bien traitée mais ne propose pas réellement de surprise. Les deux mondes s’opposent totalement avec un discours xénophobe et une idéologie tyrannique d’un côté, face à la tolérance et au respect de l’environnement de l’autre côté ; mais voilà, ces thèmes sont traités de manière légère, sans réellement entrer dans les détails ni proposer une réflexion complexe. On ne fait que les effleurer alors qu’ils sont au centre de l’histoire, et c’est là l’un des deux problèmes principaux de cette œuvre.

Excellente gestion des plans où les personnages apparaissent inversés

Excellente gestion des plans où les personnages apparaissent inversés

L’autre réside dans ses personnages. Les deux protagonistes sont bien développés – bien qu’un peu trop caricaturés à mon goût. Les personnages secondaires sont au mieux oubliables, au pire carrément insupportables. Heureusement que le film ne s’attarde pas trop sur eux, car il deviendrait très vite lassant. Fort heureusement, les décors post-apocalyptiques, la gestion de l’impression de vide quand les personnages menacent de « chuter dans le ciel » et l’utilisation des transitions horizontales (pour une fois employées correctement dans un animé) sont assez impressionnantes et donnent un petit vent de fraîcheur sur cette œuvre qui en manquerait cruellement sinon. L’animation est donc très bien maîtrisée et de bonne qualité. Les musiques sont, quant à elles, un peu en deçà de l’animation sans pour autant être mauvaises. Bien que n’ayant rien de mémorable (exception faite de l’Ending), celles-ci remplissent néanmoins parfaitement leur office et permettent d’illustrer avec efficacité les différentes impressions que le film essaie de nous transmettre. La fin du film, tout comme le passage où les deux protagonistes se font aspirer dans le ciel, a de quoi laisser perplexe toute personne qui réfléchit au fonctionnement de ce monde. Au final, bien que n’étant pas un chef d’ouvre incontesté, Patéma : le Monde inversé propose tout de même de bonnes idées et des graphismes de qualité. A voir si vous en avez l’occasion pour vous forger une opinion.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

1 Réponse

  1. 11 juillet 2017

    […] d’excellente qualité, sont signées Michiru Ōshima, qui a également développé celles de « Patéma et le monde inversé » ou du jeu-vidéo « The Legend of Zelda: Twilight Princess » pour ne citer que deux exemples […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *