Petite Geisha

Alors qu’elle livre un kimono avec son père à l’okiya, la jeune Isako ne se doute pas qu’elle va être vendue pour devenir une geisha. Une nouvelle vie commence alors pour Isako, où se mêlent émerveillement, découvertes, mais aussi peur et trahison.

Informations techniques

Petite Gaisha couverture

La couverture du tome 21

  • Titre français : Petite Geisha
  • Scénario : Plongeon, Isabelle
  • Dessin : Di Matteo, Daniela
  • Couleur : Mossa, Andres
  • Origine: Europe
  • Genre: Bande dessinée
  • Éditeur VF : Soleil Productions
  • Année : 2012
  • Nombre de volumes parus: 1
  • Statut : en cours
  • Âge conseillé: 12+

Pour vous mettre en appétit

Isako est la fille d’un fabriquant de kimono vivant à Tokyo. Le jour où elle accompagne son père pour livrer l’un d’entre eux à l’okiya, elle ne se doute pas un seul instant que son père compte la vendre pour qu’elle devienne une Geisha. Devenue servante, elle va devoir apprendre à servir les geishas et finira par suivre la formation qui fera d’elle une femme influente dans la société tokyoïte. Apprenant qu’elle a deux sœurs, également geisha, Isako devra apprendre à vivre avec sa nouvelle fonction, séparée de sa mère et entourée de femmes qui voient en elle une rivale potentielle qu’il vaudrait mieux tenir à distance.

Petite Gaisha - Planche

L’une des planches pour vous faire un idée du style de l’auteur

Avis de la rédac’

Keul : Je suis assez perplexe sur cette œuvre. D’un côté, on a une histoire qui est assez bonne, qui dépeint avec efficacité l’époque et le monde peu connu des geishas. Romantisme, émerveillement, trahison et peur s’y mêlent de manière harmonieuse pour donner une histoire des plus intéressantes. Le problème, selon moi, se situe au niveau de la découpe des cases et du dessin qui, bien que très beau au niveau des décors, est peu satisfaisant au niveau des personnages. Plusieurs erreurs de proportions sont présentes et les visages insuffisamment maîtrisés, ce qui a le don de nous sortir de l’histoire. D’un autre côté, l’œuvre a le mérite de nous dépeindre un univers presque secret pour nous autres européens en nous familiarisant avec les termes okiya, atotori, dana ou oshaku, et pour cela, on peut remercier l’auteur. Néanmoins, le fait que sept ans se soient écoulés sans annonce du tome deux laissent présager le pire quant à la suite de la série. Allons-nous nous acheminer vers une nouvelle série abandonnée ? J’ai bien peur que les astres soient en train de s’aligner pour confirmer ce mauvais présage.

Xefed : Cette bande-dessinée m’a fait pensé à Mémoire d’une Geisha, qui a été adaptée il y a quelques années au cinéma. On y ressent le même genre de sentiments de tragédie romanesque qui ne peut qu’immanquablement mal finir. Parlant de la fin, ce n’est malheureusement pas en un tome que nous pouvons nous rendre compte du talent de l’artiste. Déjà plus de sept ans et toujours pas de tome deux. Pire, celui-ci n’est même pas annoncé et c’est bien dommage. Je prie d’ailleurs pour que la série (encore une fois) ne soit pas abandonnée. Trop d’œuvres de qualité sont abandonnées et c’est bien dommage. J’attend donc mais sans trop espérer, la suite de cette œuvre.

Sources des images

https://www.bedetheque.com/serie-33598-BD-Petite-Geisha.html

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.