Re:Zero kara hajimeru isekai seikatsu

Re:Zero logoRe:Zero kara hajimeru isekai seikatsu qu’on pourrait traduire littéralement par « Commencement d’une vie dans un autre monde », est une série animée tirée de lights novels écrits par Tappei Nagatsuki racontant l’histoire de Subaru, qui se retrouve propulsé sans explication dans un monde médiéval. Persuadé d’être un héros, ce dernier découvrira qu’il possède le pouvoir de retourner à un point fixe du passé vécu dans ce monde. Seule condition pour utiliser ce pouvoir : sa propre mort – ce qui ce qui est loin de l’enchanter.

Informations techniques

  • Titre original : Re:ゼロから始める異世界生活 (Re:Zero kara hajimeru isekai seikatsu)
  • Date de sortie : Avril 2016
  • Tiré de : light novel du même nom
  • Scénariste : Masaharu Watanabe
  • Musique : Kenichirō Suehiro
  • Studio d’animation : White Fox
  • Licence : Crunchyroll
  • Genres : Action, Aventure, Fantaisie, Isekai
  • Nombre de saison(s) : 1
  • Épisodes : 25
  • Durée d’un épisode : 25 minutes (50 pour le premier)
  • Statut : Saison 1 terminée, Saison 2 en développement
re-zero-light novel

Le light novel duquel est tirée la série

L’histoire

Subaru Natsuki est un jeune lycéen fainéant et n’ayant aucun projet pour son avenir autre que paresser. Un jour, alors qu’il sort d’un supermarché, il se retrouve dans un monde totalement différent du sien, transporté en un simple clignement d’yeux. Loin de s’en formaliser, Subaru y voit là le signe qu’il a été invoqué dans ce monde pour y devenir un héros doté de pouvoirs extraordinaires, comme dans les mangas et les jeux-vidéos qui occupaient ses loisirs dans son monde d’origine. Alors qu’il fait la connaissance d’Emilia, une demi-elfe aux cheveux d’argent, Subaru est persuadé que cette jeune femme est la « demoiselle en détresse » qu’il doit secourir, et décidera de l’aider à retrouver un objet qui lui a été dérobé. Mais le héros autoproclamé devra rapidement déchanter lorsqu’il mourra aux côtés de sa belle sans rien pouvoir faire pour la sauver. C’est à ce moment-là que Subaru se réveillera devant le premier marchand croisé dans ce nouveau monde sans que personne ne semble se souvenir de lui. Il comprendra alors que la mort n’est pas définitive pour lui et que celle-ci implique un retour en arrière, à une sorte de « point de sauvegarde ». Décidant d’utiliser ce pouvoir pour sauver Emilia de la mort qui la guette, Subaru devra faire face à ce monde qui lui est inconnu, au destin qui semble s’acharner à le tuer lui et ses amis, et à un étrange lien qui le lie à la Sorcière de l’Envie, l’un des plus grands fléaux que ce monde ait porté.

Re:zero personnages

Les différents personnages de la série

Le genre Isekai

Le genre Isekai existe depuis déjà depuis de nombreuses années, mais ce n’est qu’assez récemment que celui-ci a véritablement pris son essor. Concrètement, Isekai signifie « autre monde » ou « monde différent », et englobe toutes les œuvres de fiction qui font voyager un personnage d’un univers à un autre, avec la possibilité de retour dans le monde d’origine du héros ou non. Qui plus est, les deux mondes ne doivent pas nécessairement être réels, comme en témoigne nombre d’œuvres qui se déroulent dans des univers virtuels. La mode de l’Isekai s’est considérablement développée après le succès retentissant de Sword Art Online, même si d’autres œuvres employant la dualité des univers abordés avaient déjà vu le jour bien avant cette série. Depuis le succès de SAO cependant, le genre Isekau s’est vu utilisé par de nombreux auteurs pour développer des œuvres aussi diverses que variées, s’étendant au delà des univers virtuels pour englober les mondes fantastiques.

Re:zero univers

Un mode fantastique très bien traité et riche mais sans aucun lien avec le monde réel

Le problème principal du genre vient du fait qu’il soit désormais employé comme une facilité scénaristique qui justifiera le fait que le héros ne connaisse rien à l’univers dans lequel il évolue et permettra donc au scénariste d’expliquer son univers par le biais des rencontres que le héros fera au cours de son voyage. De plus, utiliser le genre Isekai sous-entend une interaction entre les deux univers, ce qui n’est plus le cas dans nombres de nouvelles œuvres sortie récemment. Alors que certains animes comme Sword Art Online ou Erased utilisaient parfaitement ce genre pour développer leur histoire et interagir entre les deux univers, certaines nouvelles œuvres comme Overlord, Yōjo Senki – Re : Zero kara hajimeru isekai seikatsu en faisant malheureusement partie également – n’exploitent pas suffisamment les possibilités offertes par le genre.

Gestion de la psychologie du héros

L’évolution psychologique du protagoniste de l’histoire est certainement l’un des points les plus intéressants de cette série. (Attention Spoiler !) Le fait que Subaru meurt, souvent de manière violente et douloureuse, et le fait qu’il voit mourir ses amis devant lui un grand nombre de fois sans rien pouvoir y faire, va le faire évoluer psychologiquement de manière profonde et provoquer une sorte de décalage avec les autres personnages qui l’entourent. Plus l’histoire avance et plus le fait de devoir recommencer ses relations en repartant pratiquement de zéro va miner le héros, qui finira par sombrer dans la folie. Cet état arrivera petit à petit et passera par différentes phases qui seront amenées progressivement, de manière logique et pragmatique. Subaru passera ainsi par une phase de peur et d’impuissance avant d’atteindre la colère, pour ensuite passer par la résignation et le désespoir, qui le mèneront aux portes de la folie. Ce n’est alors que grâce à l’aide de ses amis qu’il pourra remonter la pente et redevenir celui qui l’était avant que ces nombreuses morts ne le changent. Ces différents éléments sont réellement intéressants, et leurs traitements amenés de manière très intelligente.

La colère du héros face aux évènements qui se répètent en boucle

La colère du héros face aux évènements qui se répètent en boucle

Avis de la rédac’

Keul : J’avais passablement entendu parlé de cette série et malheureusement pas qu’en bien, aussi ai-je décidé de me faire ma propre idée sur ce qu’elle avait à proposer. Mon premier avis n’était que très peu favorable puisqu’il s’agissait d’un énième Isekai, genre qui commence à être employé à toutes les sauces ces derniers temps. Dès le premier épisode, on se fait une idée très précise de ce que sera la série. On n’explique absolument pas comment le « héros » (si, si, les guillemets sont importants, on y reviendra) se retrouve dans ce nouveau monde et cela n’a pas l’air de le perturber plus que ça. Par la suite, il ne sera fait mention du monde d’origine de Subaru que très rarement et de manière anecdotique. On ne comprendra que plus tard, presque aux trois-quarts de la série, que Subaru ne peut ni parler de son pouvoir, ni – semble-t-il – d’où il vient sous peine d’attirer la Sorcière de l’Envie sur lui et de causer sa mort ou celle de ses amis. Il aurait alors été judicieux de donner cette explication dès les premiers épisodes car, même si c’est un peut simpliste comme explication, elle a au moins le mérite de répondre à la question qui nous taraude depuis le début de la série.

Une animation de qualité avec des passages de toute beauté

Une animation de qualité avec des passages de toute beauté

Passons ensuite au « héros », (toujours équipé de ces fameux guillemets) : Subaru est un humain comme tout le mode, persuadé d’être dans ce monde pour devenir un héros aux pouvoirs incommensurables, mais il déchante vite quand il comprend que son seul pouvoir est de retourner en arrière après sa mort. Exit la magie surpuissante. A la place, Subaru possède une magie de ténèbres erratique qui lui draine toute son énergie. Exit aussi les compétences martiales hors du commun, il reste comme lors de son arrivée, un humain normal. Seule capacité extraordinaire, une sorte de marque magique qui apparaît sous la forme d’une aura ou une odeur – qui semble attirer les monstres sur lui comme le ferait un aimant pour le fer – et qui lui vient de la Sorcière de l’Envie, une magicienne supposément démoniaque. Cette capacité semble d’ailleurs se renforcer au fur et à mesure que le nombre de morts de Subaru augmente, ce qui n’est pas pour l’arranger. Ajouter à cela le fait que Subaru ne fait que hurler d’un bout à l’autre de la série et vous obtenez l’un des plus beaux anti-héros de ces dernières années, insupportable à souhait et qui sert pas à grand-chose dans le développement de l’histoire.

Fort heureusement, l’anime est sauvé par l’histoire qui, bien qu’elle n’avance que très peu à cause des nombreux « reboot » de Subaru, est très bien développée. Mention particulière à la gestion de la psychologie de ce dernier, qui passe par différentes phases (joie, colère, tristesse, désespoir, folie, etc.) à la suite de ses retour en arrière et qui ont le mérite d’être très bien traitées.

Alors au final, si le fait de suivre les aventures d’un héros insupportable ne vous rebute pas (même s’il s’améliore à la fin) et que vous vous sentez capable de supporter les cris de celui-ci (là par contre il ne diminue que très peu), vous pourrez découvrir un anime à l’histoire intéressante, à l’animation de qualité et aux musiques qui collent parfaitement aux scènes auxquelles elles sont attribuées.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

1 Réponse

  1. 15 janvier 2018

    […] quelques exemples de mangas appartenant à ce genre : Isekai Tensei Soudoki; Re:Zero − Starting Life in Another World ; Sword Art Online ; The Rise of the Shield Hero; Zero no […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *