Shadow of Memories

Shadow of Memories, ou Shadow of Destiny de son petit nom nord-américain, est un jeu d’aventure qui date des débuts de la PS2. Un jeu très intéressant qui – une fois n’est pas coutume – mise tout sur son scénario et propose de mêler voyage dans le temps et investigation avec un but très simple : rester en vie. Ce qui peut s’avérer plus compliqué qu’on ne le croit quand on s’appelle Eike Kusch…

Boîte du jeu Shadow of Memories

Informations techniques

Nom: Shadow of Memories

Nom pour l’Amérique du Nord : Shadow of Destiny

Éditeur : Konami

Développeur : Konami CE Tokyo

Console : PS2, puis Windows et Xbox

Année de sortie : 2001

Genre : Aventure

Mode de jeu : 1 joueur

Classification : 12+

L’histoire

Eike Kusch est un jeune homme sans histoire. Et pourtant, un jour, il se fait poignarder en pleine rue… et meurt. Alors qu’il croit avoir rendu son dernier soupir, le voilà qui se réveille en un lieu étrange qu’il n’avait jamais vu. Une voix sortie de nulle part lui apprend alors qu’il est destiné à mourir ce jour-là, et cette destinée est puissante. Dos au mur et peu désireux de mourir « ici et maintenant », Eike accepte de passer un pacte avec l’étrange voix. Il reçoit alors un Digipad, un artefact possédant le pouvoir de faire voyager son porteur dans le temps, sous certaines conditions. Il pourra alors retourner dans le passé et tenter d’infléchir le cours du destin afin de rester en vie. Pourquoi l’étrange voix désire-t-elle qu’Eike reste en vie ? Quelle sera la contrepartie du pacte ? Et surtout, qui désire à ce point la mort d’Eike ? Autant de questions qui devront trouver leurs réponses dans vos investigations.

Shadow of Memories donne immédiatement le ton en tuant son personnage principal avant même d’être sorti de la cinématique d’introduction. Destiné à mourir, Eike ne va échapper à une tentative de meurtre que pour tomber dans la suivante, et c’est à vous de faire marcher vos neurones pour le sortir de ce nouveau guêpier. Découvrir les intrigues qui se nouent autour de la destinée d’Eike est très stimulant, surtout avec la contrainte temps, qui oblige à bien s’organiser.

Cerise sur le gâteau, ce jeu a plusieurs fins : cinq « classiques » allant de A à E (six, si l’on compte séparément les deux variations de la fin B), plus deux « extra end » pour ceux qui auront réussi à avoir toutes les autres. L’orientation vers l’une ou l’autre des fins dépendra avant tout des choix que vous ferez à certains moments-clé du jeu. Les développeurs ont été gentils avec les joueurs et ont rendu ces moments inratables : chacun de ces choix demande a être confirmé et est de plus signalé par un léger malaise de la part d’Eike.

Système de jeu

L’élément central de Shadow of Memories est, comme on s’en doute, le temps. En haut à droite de l’écran, vous trouvez un double affichage, comprenant la date et l’heure. La ligne du dessus affiche la date et l’heure de référence, celle de l’époque d’origine d’Eike (à savoir l’année 2001) ; la ligne du dessous indique la date et l’heure de l’époque dans laquelle il se trouve actuellement. Les sauts temporels sont instantanés, mais l’écoulement du temps est synchrone, quelle que soit l’époque où vous êtes. Une heure passée dans le passé équivaudra donc à une heure écoulée en 2001. Quant aux interactions avec les PNJ ou le décor, le temps qu’elles vous prennent sera affichée en bas de l’écran une fois l’action ou la discussion terminée et l’affichage de l’heure sera aussitôt mis à jour. Il est donc important de jeter régulièrement un oeil sur votre « montre ». Quoi qu’il arrive, où qu’il se trouve lorsque « l’heure fatidique » arrive, Eike sera ramené dans son époque. Reste à espérer à ce moment que vous aurez réussi à mettre au point une stratégie pour éviter la mort.

Illustration de l'écran de jeu. Source : planete-aventure.net

Illustration de l’écran de jeu.
Source : planete-aventure.net

Pour voyager dans le temps, vous aller user et abuser du fameux « digipad ». Ce petit artefact de la taille d’un carnet de notes vous permettra de voyager entre certains moments-clés de histoire situés dans différentes époques que vous débloquerez au fur et à mesure de votre avancée dans l’histoire. L’interface du digipad en elle-même est minimaliste : les lignes temporelle des différentes époques s’empilent à l’écran en longs rectangles clairs comme les couches d’un mille-feuille et les différents points où vous pouvez vous rendre sont matérialisés par des espèces de « trous » rectangulaires dans ces lignes. Il suffit de sélectionner l’un de ces trous pour plonger dedans et vous retrouver au moment souhaité.

Interface du digipad

Interface du digipad (Source : let’s play archive)

Pour fonctionner, l’artefact a besoin d’une unité d’énergie temporelle. Ces unités se trouvent dispersées dans la ville, sous la forme de petites sphères lumineuses flottant au-dessus du sol, et leur emplacement diffère d’une époque à l’autre. L’avantage est que ces unités d’énergie se régénèrent à chaque nouveau chapitre, si bien que recharger l’artefact n’est généralement pas trop difficile si vous faites l’effort de vous souvenir où elles se trouvent.

Outre la possibilité de voyager dans le temps, le gameplay à proprement parler est plutôt limité : dans une vue à la troisième personne, vous vous contentez principalement de diriger Eike à travers la ville pour parler aux gens et interagir avec le décor. Vous pouvez également utiliser des objets à certains endroits ou moments du scénario via votre inventaire.

Enfin, dans Shadow of Memories, vous chercherez en vain votre jauge de points de vie ou une arme digne de ce nom. En effet, le jeu ne prévoit aucune phase de combat hors des cinématiques. Pour échapper à la mort, vous ne pourrez compter que sur les objets glanés au cours de vos déplacements, les informations données par les PNJ, et vos petites cellules grises.

Graphismes et musiques

Pour un jeu sorti en 2001, Shadow of Memories a de bons graphismes et les expressions des personnages sont plutôt bien rendues – mention particulière au sourire énigmatique d’Homonculus. Au niveau décors, on pourrait dire que le jeu respecte l’unité de lieu, car toute l’action se déroule dans la ville de Lebensbaum. Evidemment, les différentes époques permettent de voir apparaître des modifications dans le plan des lieux, mais le fait est que le décor est assez peu varié. Toutefois, on peut apprécier le soin des développeurs, qui ont reporté leurs efforts sur la palette de couleurs. En effet, chaque époque a son propre jeu de couleur, qui aide à se mettre dans l’ambiance : par exemple, le Moyen-Âge a des teintes sépia qui donnent l’impression de se promener dans une vieille photographie.

On peut voir qu'ici, la trame temporelle est en noir/blanc et Eike garde ses couleurs.

On peut voir qu’ici, la trame temporelle est en noir/blanc et Eike garde ses couleurs.

Au niveau des musiques, une fois encore on se sent tout de suite mis dans l’ambiance. L’imminence de la mort d’Eike, lorsque l’heure fatidique approche, devient doublement stressante par l’effet de la musique, qui vous poussera à hâter vos derniers préparatifs afin de décourager votre assassin. Au niveau sonore toujours, chaque personnage est doté de sa voix propre, en anglais, et les voix collent bien avec la personnalité de chacun en plus d’être agréables.

Avis personnel

Shadow of Memories est un jeu très peu connu, mais qui pourtant selon moi mériterait de l’être plus. Certes, le gameplay est limité, et l’absence totale de phases de combat peut refroidir certains. Par contre, le scénario est très bien ficelé, le soin donné à la narration est absolument génial, et les personnages sont tout aussi bien campés. Les développeurs ont truffé leur oeuvre de petits détails qui font tout le charme du jeu, que ce soit une quête secondaire qui n’apportera au final que la satisfaction très personnelle de faire sourire une petite fille ou une touche d’originalité dans la manière de traiter un élément purement gameplay (le doberman agressif planté au milieu de la rue pour signaler une zone interdite d’accès, c’est pas courant mais on ne fait pas plus clair).

Bref, si vous aimez vous creuser les méninges et les jeux qui avant tout vous racontent une bonne histoire, jetez-vous sur Shadow of Memories, vous ne serez pas déçu du tout – à part peut-être de la relative brièveté du jeu, et du fait qu’il n’ait pas de suite.

Sources des images

planet-aventure.net

let’s play archive

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *