Sleepy Hollow – La légende du Val dormant

Plus connu sous nos latitudes sous les noms de « légende du cavalier sans tête » ou « légende de Sleepy Hollow », le conte dont il sera question dans cet article s’est hissé au rang de classique dont chacun a au moins entendu parler et a donné naissance à une flopée d’adaptations, tant au cinéma et à la télévision qu’à la scène ou en musique.

Plongeons-nous donc dans le récit d’origine avec la traduction exacte de son titre : « La légende du Val dormant ».

La couverture de l'édition bilingue

Fiche technique

Titre original : The legend of Sleepy Hollow

Auteur : Washingon Irving

Genre : Conte, Fantastique

Première publication : 1820

Nombre de pages : moins de cent

Niveau : tous lecteurs

Bibliochimie

Si un alchimiste voulait recréer ce livre dans son alambic, quelles choses pourrait-il utiliser comme ingrédient ?

– L’ambiance particulière des contes régionaux

– Un soupçon d’horreur

L’histoire

Ichabod Crane, instituteur de campagne originaire du Connecticut, s’est attardé dans le Val Dormant pour enseigner aux enfants. Là, il tombe amoureux de la charmante Katrina Van Tassel, et plus précisément de toutes les merveilles dont cette demoiselle est l’héritière – car la belle est la fille du fermier le plus riche de tout le Val. Malgré le fait que Katrina ait déjà nombre de prétendants, notre instituteur va se mettre en tête de faire la conquête de la riche héritière, ce faisant au passage pas mal d’ennemis parmi ses rivaux.

Toutefois, notre instituteur a un talon d’Achille : son goût pour les légendes. Plus l’histoire fait dresser les cheveux sur la tête, plus acharné Ichabod sera à l’entendre – même si, le soir venu, il se fera nombre de frayeurs en rentrant chez lui, croyant voir des sorcières derrière chaque buisson et des lutins dans chaque ornière. Et il se trouve que l’une des créatures les plus terrifiantes qui hantent les histoires du Val Dormant est un cavalier sans tête, un mercenaire Hessien selon certains. Alors que son corps est enterré au cimetière, son fantôme se rend au galop chaque nuit sur le champ de bataille y rechercher sa tête perdue.

Mais le cavalier est-il uniquement une légende ? C’est ce que va découvrir Ichabod Crane.

Une gravure de 1849 montrant Ichabod (source Wikipedia)

Une gravure de 1849 montrant Ichabod et le cavalier (source Wikipedia)

Conclusion

La légende de Sleepy Hollow, le Val Dormant, se lit vite et c’est un plaisir de découvrir ainsi l’origine de toutes les adaptations du cavalier sans tête. Les noms sont les mêmes mais généralement ça s’arrête là et on peut à la lecture se rendre compte que, d’une même histoire, on peut tirer des versions totalement différentes.

Un classique à lire absolument et qui en prime se lit avec bonheur. Vous ne verrez plus les adaptations de Burton et des autres du même œil.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

1 Réponse

  1. 11 octobre 2016

    […] Hollow est bien évidemment inspiré de la nouvelle Legend of Sleepy Hollow – qui se traduit par la Légende du Val dormant, plus connue chez nous sous le nom de Légende du […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *