Sword Art Online – Phantom Bullet (manga)

« Vous êtes ici dans un jeu vidéo, mais vous n’êtes plus là pour jouer. ».

Un an à peine après la fin de ses aventures dans l’Aincrad, Kazuto se voit à nouveau confronté aux VRMMO lorsqu’il se voit confier une mission d’enquête sur des morts étranges de joueurs. En effet, ceux-ci semblent être décédés dans le monde réel après avoir été tués dans le monde virtuel, ce qui n’est pas sans rappeler les évènements de Sword Art Online. Sword Art Online – Phantom Bullet est la suite de l’arc Fairy Dance, et nous offre une intrigue quelque peu différente en gardant en fil rouge le lien entre la mort dans un monde virtuel et celle dans le monde réel.

Informations techniques

Le tome 1 de l'arc Phantom Bullet

Le tome 1 de l’arc Phantom Bullet

  • Titre original: ソードアート・オンライン ファントム・バレット
  • Titre français : Sword Art Online – Phantom Bullet
  • Auteur : Haduki Tsubasa
  • Scénario : Kawahara Reki
  • Origine:
  • Genre: Aventure, Fantastique
  • Type : Shonen
  • Éditeur VF : Ototo Manga
  • Sens de lecture : japonais
  • Année: 2014
  • Nombre de volumes parus: 3
  • Statut : en cours
  • Âge conseillé: 12 ans

Pour vous mettre en appétit

Un an est passé depuis les évènements traumatisants de Sword Art Online et les joueurs survivants reprennent petit à petit pied dans la réalité. Alors qu’il n’aspire qu’à un retour à un quotidien paisible – quelques mois seulement s’étant écoulés depuis la libération d’Asuna d’Alfheim Online – Kirito est contacté par Seijirô Kikuoka, un agent gouvernemental s’occupant des problèmes en rapport avec les univers virtuels. Apprenant que des joueurs du jeu Gun Gale Online – un jeu basé sur les armes à feu – décèdent dans le monde réel après s’être fait tuer par un étrange joueur dans le monde virtuel, Kirito décide de se connecter à GGO afin de mener son enquête. Dans ce jeu, il fera la connaissance de Sinon, une demoiselle au fort caractère mais qui semble traîner un lourd passé derrière elle. Kirito arrivera-t-il à mettre fin à la menace de celui qui se fait appeler Death Gun ? Et saura-t-il faire face aux démons de SAO qu’il pensait avoir laissés derrière lui ?

Un changement de point de vue

Nous en avons terminé ici avec les joueurs piégés dans un monde virtuel. Dans Gun Gale Online, les joueurs sont libres de se déconnecter quand bon leur semble, ce qui est d’ailleurs directement abordé dans le manga. Point de menace de mort directe pour les joueurs qui meurent dans le jeu non plus. Ici, la mort virtuelle est simplement synonyme de résurrection au dernier point de sauvegarde. Il s’agit donc d’un virage important dans la série, car celle-ci pourrait perdre la tension et la menace qui pesait sur les joueurs et faire perdre sa saveur aux aventures de nos héros. Cependant, l’auteur a fait un travail remarquable en liant le monde réel et le monde virtuel par le personnage de Death Gun, qui semble capable de tuer une personne du monde réel en la tuant dans le jeu, un peu comme c’était le cas dans SAO. Ce fameux Death Gun semble également lié à SAO d’une certaine manière et son opposition à Kirito permet de résoudre pas mal de questions laissées en suspens lors des deux premiers arcs. Le virage opéré dans ce troisième arc est donc, au final, une chance pour l’auteur de clore les thèmes des deux premiers arcs en ouvrant de nouvelles perspectives de développement avec les liens entre monde virtuel et monde réel.

L'avatar efféminé de Kirito qui prend le contrepied des autres personnages plus "européens" de cet arc

L’avatar efféminé de Kirito qui prend le contrepied des autres personnages plus « européens » de cet arc

Avis de la rédaction

Keul : Ce troisième arc rompt avec les univers de fantasy conventionnelle en proposant un univers post-apocalyptique avec des tendances steam-punk. Ce choix permet à l’auteur de proposer quelque chose de plus mature que dans les épisodes précédents et de traiter de thèmes nouveaux. Pari réussi de ce côté grâce à une gestion efficace du traitement psychologique des personnages, qui emploient le monde virtuel pour régler les problèmes inhérents au monde réel, tout en proposant un lien efficace avec les évènements survenus dans SAO. Le thème de la mort reste néanmoins fortement présent dans cet arc, même s’il apparaît sous une autre forme. Death Gun est en quelque sorte une incarnation du passé de Kirito et des démons de SAO dont il n’a pas su se débarrasser. En l’affrontant dans GGO, Kirito affronte son passé et tente de mettre un terme aux évènements qui se sont déroulés une année auparavant. Les personnages sont bien développés, comme l’univers de GGO et son background, ce qui permet d’être réellement plongé dans l’œuvre en quelques cases seulement

Xefed : Comme je l’avais déjà mentionné pour l’arc Fairy Dance, je suis heureuse du changement de dessinateur. Phantom Bullet propose un univers très différent, parsemé de décors en ruine, d’armes à feu diverses et variées et de véhicules militaires en tous genres. On est ici très loin de ce qui a été fait dans l’univers de Sword Art Online, mais le dessinateur a su faire preuve d’efficacité et de minutie dans ses dessins pour nous proposer des décors soignés et immersifs, prouvant par la même occasion qu’il était capable de proposer quelque chose aux antipodes de Fairy Dance. On remarque d’ailleurs que Reki Kawahara, non content de développer avec minutie le background d’un jeu qui ne servira que pour cet arc, tente également d’occidentaliser son univers de GGO, contrairement à celui d’Aincrad et Fairy Dance, qui s’approchent plus des standard nippon. Au final, le rendu est très beau et les personnages s’y intègrent parfaitement, car ils sont également traités avec un soin du détail très prononcé. Une très bonne surprise que cet arc. En espérant qu’ils continuent sur leur lancée pour les arcs suivants.

Mikaua : Le dessin de Phantom Bullet est une vraie petite merveille. Autant dans les décors que dans les armes et autres accessoires, le soin donné aux détails donne un rendu d’une netteté magistrale qui plonge tout de suite dans l’ambiance. Côté traitement des expression du visage, rien à redire non plus et cela vient magnifiquement soutenir le ressenti de l’aspect psychologique du récit. Niveau scénario, le light novel est respecté donc même ressenti de ma part que pour lui. Un bon arc donc que ce manga.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

2 Réponses

  1. Kyrielle dit :

    Je suis assez d’accord avec vous quand vous dites que l’auteur a fait un excellent travail en développant cet univers pour GGO. Je suis assez fane de ce genre d’univers et j’ai été estomaquée de voir comment l’auteur avait réussi à faire un tel grand écart avec l’univers de base de SAO pour proposer quelque chose de cette qualité. J’appréciais déjà la série de base même si elle n’a rien de vraiment original mais avec Phantom Bullet, je trouve que la série prend une nouvelle dimension. Certainement l’un de mes arcs préférés que je me suis remémoré avec plaisir en lisant votre article. Dommage que cet univers ne soit pas plus utilisé.

  1. 24 août 2017

    […] Phantom Bullet […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *