The Garden of Words

the_garden_of_words_logoThe Garden of Words est un film d’animation japonais réalisé par Makoto Shinkai, sorti en 2013, et qui traite de la rencontre entre un jeune lycéen du nom de Takao et une femme du nom de Yukino dans un jardin public japonais.

Informations techniques

La couverture du DVD

La couverture du DVD

  • Titre original : 言の葉の庭 : Kotonoha no niwa
  • Titre français : The Garden of Words
  • Date de sortie : avril 2013
  • Producteur : Noritaka Kawaguchi
  • Scénariste : Mokoto Shinkai
  • Studio d’animation : CoMix Wave Films
  • Licence : Kazé
  • Genre : –
  • Durée : 46 minutes

L’histoire en quelques mots

Takao est un jeune lycéen dont le rêve est de devenir cordonnier. Quelque peu dissipé à l’école, il s’absente les jours de pluie pour se rendre dans un jardin public afin d’être tranquille pour dessiner de nouveaux modèles de chaussures. Un jour, alors qu’il sèche une nouvelle fois les cours à cause du temps pluvieux, il fait la rencontre d’une femme du nom de Yukino. Elle aussi se rend dans le jardin afin d’y trouver la paix et de se ressourcer quand la pluie tombe. Petit à petit, une routine se mettra en place entre eux et ceux-ci se retrouveront chaque jour où la pluie tombe. Alors qu’une amitié se développe entre eux et qu’ils commencent à s’ouvrir l’un à l’autre, un événement pourrait bien tout remettre en cause car la fin de la saison des pluies approche.

the-garden-of-words

Takao et Yukino sous l’abri du fameux jardin japonais dans lequel ils se retrouveront si souvent

Avis de la Rédac’

Keul : en voyant le résumé et ayant entendu parler de ce court métrage avant de l’avoir vu, je m’attendais à une énième histoire à l’eau de rose dans le style japonais le plus pur avec des longs silences gênés et une intrigue qui n’avance pas vraiment ; voire même pas d’intrigue du tout. Mais là, bien qu’il s’agisse effectivement d’une histoire d’amour, celle-ci est bien plus complexe qu’on pourrait s’y attendre au départ. Les deux personnages principaux sont bien développés et les éléments de leur passé sont amenés petit à petit pour renforcer l’immersion dans l’histoire. De ce côté, on ne peut que saluer le brio du scénariste qui a traité son histoire de manière calme et posée, sans grosse révélation qui tombe d’on ne sait où. L’histoire se développe assez lentement néanmoins et de longs passages sont laissés sans aucun dialogue ni autre son que le bruit de la pluie qui tombe. Il s’agit cependant d’une volonté de l’auteur selon moi, qui sert à planter le décor et instaurer une ambiance générale. On ressent parfois un peu de malaise, mais celui-ci colle bien avec l’histoire si bien que le tout ne fait que renforcer l’immersion. Les musiques qui interviennent entre ces différentes phases de silence sont tout simplement magnifiques, tout comme le traitement des dessins. Mention spéciale pour la pluie et les effets sur les eaux des étangs du jardin, qui sont tout simplement extraordinaires. A se demander si ce n’était pas filmé par moments tellement c’était réaliste.

Un dessin soigné et a l'aspect de photographie

Un dessin soigné et a l’aspect de photographie

Xefed : la première impression que j’ai eue en regardant « The Garden of Words » est que ce court-métrage me faisait penser à une sorte de poème qui serait mis en images par l’auteur. C’est calme, rythmé de manière constante mais toujours très lent, de sorte qu’on ressent bien tout ce que les personnages ne se disent pas. Il y a une sorte de distance entre les deux protagonistes, distance qui se retrouve aussi dans les longues phases de silence où on entend la pluie tomber. C’est parfois un peut gênant mais assez représentatif de ce que ressentent les personnages. Le dessin est magnifique et la musiques bien adaptée aux scènes durant lesquelles elle intervient, sauf peut être, et c’est là mon seul bémol, durant le dernier acte de l’histoire (la dispute de la fin de l’histoire) dont l’intensité est un peu diminuée par la musique un peu bancale selon moi. Reste que le résultat final est très beau et mérite d’être vu.

Un travail tout particulier sur la pluie qui sert de lien dans l'histoire

Un travail tout particulier sur la pluie qui sert de lien dans l’histoire

Mikaua : un admirable court-métrage qui mise tout sur l’ambiance, et qui réussit son pari haut la main. Les dessins, l’animation et la bande-son se soutiennent parfaitement les uns les autres pour nous plonger dans l’atmosphère de ce jardin public sous la pluie – au point que, comme Keul, j’ai eu parfois l’impression trompeuse que certaines séquences étaient filmées plutôt que dessinées. Un vrai plaisir alors que de se laisser raconter l’histoire des deux protagonistes dans une ambiance si calme, comme un instant mis entre parenthèse dans nos vies actuelles qui donnent l’impression d’aller toujours plus vite.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *