The Misadventures of P.B Winterbottom

The misadventures of P.B. Winterbottom
Bonjour, bonjour !

Après un petit moment, voici un nouveau test rien que pour vous.
Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’un jeu qu’on trouve sur le XBLA, The Misadventure of P.B Winterbottom.
Dans la veine de Braid et d’Ilomilo (mais plutôt Braid), nous avons droit à un jeu d’énigmes !

Les tourtes, c’est bon

Vous incarnez le personnage de P.B Winterbottom, un gentlemen anglais qui… adore les tourtes ! En fait, il adore tellement les tourtes qu’il passe son temps à les voler et, du coup, à foutre le souk un peu partout, à brûler des maisons et à s’amuser dans Big Ben. C’est alors qu’une magnifique grande tourte apparaît devant ses yeux et qu’il la poursuit pour se régaler. Et une fois touché cette magnifique tourte géante..

Il gagne un pouvoir !

Le pouvoir d’enregistrer le temps et de faire des clones de lui-même.

C’est comme ça que la grande tourte sacrée envoie Winterbottom et ses clones à la récupération de tourtes, et en même temps, en récupérant les tourtes, il remet un peu les merdes qu’il a fait en ordre. C’pas beau la vie ?

Oué, ça, c’est le scénario, relativement mal raconté et pas développé non plus.

Bref, Winterbottom, est un joli petit jeu, entièrement fait en noir et blanc, avec quelques taches de couleur, comme un vieux film. Il n’y a pas de cinématique à proprement parler, l’histoire est justement racontée, un peu comme dans les vieux film, par des bout de texte qui apparaissent sur l’écran. Et le tout en vers, je vous prie. ça rime de partout. Avec une musique agréable, ça nous met tout de suite dans l’ambiance particulière du jeu.

12569310

J’aime les tourtes. Surtout quand elles ont une tête aussi méchante.

Un c’est bien, mais à deux c’est mieux, et à six ou plus, c’est encore plus rigolo !

Donc, la particularité du gameplay, c’est la possibilité de faire des clônes de soi-même.

Comment ça marche ?

Vous « enregistrez » vos faits et gestes quand vous voulez (il suffit d’appuyer sur un bouton), et quand vous arrêtez, le clone apparaît et fait EXACTEMENT les mêmes gestes que vous, en les répétant à l’infini. A moins qu’il ne soit quelque part perturbé dans son parcours (par exemple, si vous lui donnez un coup de canne dans les fesses pour l’envoyer plus loin).

A noter aussi que, par exemple, si vous prenez l’ascenseur en enregistrant, le clone n’en a plus besoin pour se soulever : il flottera dans l’air. Magnifique, non ?

Evidemment, vous êtes limité en nombre de clone par niveau, sinon ça serait pas drôle. Le nombre pouvant varier de 1 jusqu’à 15 à mes souvenirs (c’est le plus grand nombre dont je me rappelle en tout cas).

Donc, avec tout ce beau petit monde, vous allez récolter des tourtes !

Mais la tâche se compliquera à fur et à mesure, les niveaux devenant plus durs. Ainsi, certaines tourtes, faut les prendre dans un ordre précis, d’autres seuls les clones peuvent les prendre, vous ne pouvez enregistrer que depuis un endroit précis et vous êtes limité dans le temps d’enregistrement, sans oublier les clones démoniaques que vous ne pouvez pas toucher (mais vous pouvez vous tenir sur leur chapeau), et d’autres (mais je vais pas tout vous dire, ça serait pas drôle sinon ^^)

Sans oublier évidemment qu’à coté de l’histoire principale, il y a les bonus. Des niveaux où il veut récupérer les tourtes en utilisant si possiblement pas plus que X clones et si possible en dessous de Y minutes. Si vous réussissez au moins une de ses conditions, vous aurez droit à une médaille. Et donc il y a 2 médailles par niveau bonus. Et ils sont pas simple ces niveaux, en tout cas.

Bref ça occupe, moins longtemps que Braid, mais ça occupe.

simpbw10

La narration de Winterbottom. C’est sobre et soigné, j’adore (et ça rime !)

Et en conclusion ?

Bon, vu que c’est un petit jeu, j’ai pas grand chose à dire de plus. C’est un petit jeu d’énigme que j’ai beaucoup apprécié, autant graphiquement que musicalement qu’au niveau de ses énigmes. Il est moins dur que Braid, mais il vous donnera du fil à retordre par certains endroit.

Sans oublier que le jeu a donné naissance à un nouveau verbe : bimer. C’est un verbe régulier en -er qui signifie « donner un coup de parapluie dans les fesses d’un autre pour l’envoyer plus loin ». Ce verbe a été inventé par Mikaua, qui s’est amusée à chaque fois à lancer un « bim ! » quand elle envoyait un clone plus loin (ou que le clone la bimait plus loin), et c’est resté « je pense qu’il faut bimer à cet endroit », « et si tu te bimes ? »

Et bime ! Et rebime ! Jouons au tennis. Le verbe bimer en action.

Et bime ! Et rebime ! Jouons au tennis. Le verbe bimer en action.

Bref, ceci est un test très court, mais je ne vois pas trop quoi dire. Il y a pas un scénario archi-développé, le principe des clônes est vite expliqué et dit… les musiques sont agréables et vont bien à l’ambiance, les graphismes sont sympathique aussi… et ça vous occupera si vous aimez les énigmes.

Bref un bon petit jeu.
Jouez-y si vous aimez le genre.

Et une vidéo pour la fin (parce qu’il en faut toujours une) pour vous montrer le tout en action.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *