The Mortal Instruments : La Cité des ténèbres

Adaptation du premier roman « la Coupe Mortelle » de la série littéraire « La Cité des ténèbres » de Cassandra Clare, The Mortal Instruments : La Cité des ténèbres est un film fantastique germano-canado-américain mettant en scène la lutte des Chasseurs d’Ombres – des humains dotés de capacités extraordinaires – contre les Créatures Obscures.

Informations techniques

The Mortal Instruments : La Cité des ténèbres

L’affiche du film

  • Titre original : The Mortal Instruments: City of Bones
  • Titre français : The Mortal Instruments : La Cité des ténèbres
  • Titre québécois : La Cité des ténèbres : La Coupe Mortelle
  • Date de sortie : 2013
  • Durée : 130 minutes
  • Réalisateur : Harald Zwart
  • Scénario : Jessica Postigo d’après l’œuvre de l’écrivain Cassandra Clare
  • Avec : Lily Collins, Jamie Campbell Bower, Robert Sheehan, Jemima West, Kevin Zegers, Jonathan Rhys Meyers, Lena Headey
  • Sociétés de production : Constantin Film, Unique Features, Mr. Smith Productions, Don Carmody Productions
  • Genre : Fantastique
  • Nationalité : Allemagne , Canada, Etats-Unis

Résumé de l’histoire

Clarissa Fray est une jeune adolescente vivant dans la ville de New-York avec sa mère. Comme nombre d’adolescentes de son âge, Clary n’a d’autres préoccupations que ses études et les sorties avec ses amis. C’est lors de l’une de ces fameuses sorties qu’elle sera témoin d’un événement qui ébranlera son monde : trois personnes habillées de noir s’en prennent à une quatrième, la tuant sous ses yeux. Bouleversée par ce qu’elle vient de voir, Clary ne remarque pas immédiatement que personne d’autre ne semble s’être intéressé à la scène. Ce n’est que lorsque sa mère disparaît quelques jours plus tard et que l’un des meurtriers refait son apparition, que Clary comprendra que ces étranges personnes vêtues de noir ne sont pas tout à fait humaines et qu’elles ne sont pas malveillantes. Propulsée malgré elle dans le monde des Chasseurs d’Ombres, recherchant désespérément sa mère disparue, Clary devra faire face à ses doutes et à des souvenirs qui refont surface, remettent en cause ce qu’elle pensait connaître de son entourage et de son passé. En plus de cela, elle devra également apprendre à maîtriser de nouvelles capacités extraordinaires qui semblent liées à ces fameux souvenirs. Mais le temps joue contre l’adolescente, qui pourrait bien être la seule personne à pouvoir empêcher une catastrophe qui menace non seulement la ville de New-York mais également le reste du monde.

The Mortal Instruments : La Cité des ténèbres protagonistes

Les deux protagonistes de l’histoire avec la jeune héroïne ignorante qui découvre ses pouvoirs et le jeune héros ténébreux et torturé

Pas de suite mais une série reboot

Le film étant globalement un échec au box-office mondial, l’adaptation du deuxième roman intitulé « L’Épée mortelle » ou City of Ashes en version originale, se sera finalement pas produite. Après de nombreuses tergiversations, l’adaptation au cinéma de la série littéraire est finalement annulée. En reboot, la série est annoncé sous le nom de Shadowhunters et diffusée dès 2016.

Bande annonce du film

Avis de la Rédac’

Keul : Je reste assez mitigé sur ce film. Si les scènes d’action possèdent des chorégraphies bien développées et que le scénario tient la route, je m’interroge sur la mise en scène générale. On a le droit – une nouvelle fois – à un triangle amoureux cliché au possible, à un héros tellement dark et torturé qu’il en devint cliché lui-aussi, sans parler de l’héroïne nunuche qui deviendra superpuissante du jour au lendemain pour sauver le monde des démons que le menacent. Sachant que le film est une coopération germano-canado-américain, il est très dommage de tomber dans un teen-movie américain ultra classique et prévisible. Alors que le scénariste pouvait en faire tellement plus – comme en témoignent quelques séquences offrant des effets spéciaux saisissants dans des décors sombres, très bien construits et parfaitement maîtrisés – le développement des personnages et les relations qu’ils entretiennent restent superficiels. On reste donc sur notre faim et c’est bien dommage, car le rythme de l’histoire est vraiment bien dosé, les démons sont très bien réalisés et l’histoire avait réellement du potentiel. Mais au final, le tout est gâché par une romance à l’eau de rose tellement clichée qu’elle en devient presque parodique. Une nouvelle fois, nous nous trouvons ici devant une œuvre qui aurait pu être tellement plus mais qui a été sacrifiée sur l’autel du grand public pour nous offrir un résultat des plus décevants.

Sources des images

 

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *