Tiny

Dans le monde des rêves, de terribles créatures n’attendent qu’une chose : profiter d’un passage pour s’incarner dans notre monde et tuer leur rêveur. Mais seuls les jeunes enfants sont capables de servir de passage et ceux-ci sont défendus depuis la nuit des temps par leurs jouets et leurs animaux de compagnie. Tiny vous propose d’incarner ces protecteurs dans la lutte qui les opposent aux cauchemars de leur enfant.

Informations techniques

tiny_livre_de_base

Le livre de base de Tiny

  • Titre : Tiny
  • Type: Fantastique, Onirisme
  • Auteur : Frédéric Dorne
  • Édition : JdR Edition
  • Année : 2017
  • Système de Jeu : Système SVS
  • Nombre d’édition(s) : 1
  • État actuel : Paru

Histoire et concept de base

Depuis la nuit des temps, le monde est sous la menace de créatures malveillantes qui hantent les cauchemars des enfants. Nommées la Akymérides, elles tentent de s’incarner dans le monde réel pour se nourrir des enfants dont elles sont issues. Recourant pour ce faire à la peur, la tromperie et au pouvoir d’imagination sans fin des enfants, elles ne sont retenues dans le monde des rêves que par un seul et unique obstacle : les jouets. En effet, ceux-ci sont depuis toujours vivants et luttent dans notre monde et celui des rêves pour repousser ces créatures et les empêcher de s’incarner. Tiny vous souhaite la bienvenue dans le coffre à jouets de votre enfant. A vous désormais de lutter pour sa survie aux côtés de vos nouveaux camarades.

Les Akymérides, les cauchemars qui chassent les enfants

Système de jeu

Le système de jeu de Tiny est le système SVS. Ce système oriente le jeu sur l’ambiance plutôt que sur les jets de dés et emploie différents dés pour déterminer les actions qui ne sont pas réussies automatiquement par les jouets et animaux de compagnie incarnés par les joueurs. Le d6 représente les actions les plus simples à réaliser. On augmentera le nombre de face du dé en fonction de la difficulté de l’action. Le but est de réaliser un jet de dés dont la valeur est égale ou inférieure à une difficulté fixée. Plus le nombre de faces d’un dé est grand et moins l’action a de chances d’aboutir.

Une action entreprise par le personnage nécessite la dépense de points d’action (utilisation de pouvoir, diminution du degré de peur, etc.). Plus le personnage dépense de points d’action et plus il se fatigue, car le nombre de points d’action possédé en début de partie n’excède jamais les 50. La fatigue détermine alors la complexité des actions suivantes. Le Maître du Jeu peut adapter la difficulté des actions en fonction de la complexité de celles-ci.

Même les animaux de compagnie se joignent au combat dans Tiny

La peur comme mécanisme de narration

L’élément central des scénarios de Tiny sera la peur. Non pas la peur ressentie par les joueurs mais celle ressentie par l’enfant protégé par les jouets durant son rêve. Celle-ci s’exprimera par un degré qui – au fur et à mesure de son évolution – donnera plus ou moins de chance au Akymérides de s’incarner pour tuer l’enfant. Aux joueurs donc de faire leur maximum pour empêcher ce degré d’augmenter ou de tenter de le faire baisser pour repousser les cauchemars aussi loin de l’enfant que possible.

Avis de la rédac’

Keul : tout d’abord, jouer des jouets ou des animaux de compagnie n’est pas un concept très répandu dans le jeu-de-rôle. On pourrait citer d’autres jeux comme Toy Scary, le scénario de Johan Scipion qui est paru dans le cinquième fascicule de Sombre, Toypocalypse avec son monde post-apocalyptique peuplé de jouets ou encore Savage World. Mais ces autres références ont ceci de différent qu’elles ne laissent pas la part belle au côté onirique. Tiny propose un concept qui oscille entre le monde réel (se rapprochant ainsi du film Toy Story de Disney) et le monde des rêves (et des cauchemars) de l’enfant qui sert d’ancrage aux scénarios proposés.

Entre autres points forts de ce jeu de rôle, on pourra citer les magnifiques illustrations qui œuvrent à instaurer l’ambiance du jeu.

Passons maintenant aux points faibles, on pourra citer son système de jeu. Même si celui-ci est relativement simple en apparence, il nécessite de prendre en compte des dizaines de paramètres pour la résolution des actions, comme la distance entre le jouet et son objectif, les différences de taille, de poids, la difficulté de l’action, etc. Cela freine quelque peu la fluidité de jeu et complexifie souvent la résolution des actions.

Autre point noir, l’organisation du manuel digne des adeptes du chaos les plus zélés. Difficile de s’y retrouver et les chapitres ne sont pas là pour nous aider. Certaines règles ne se trouvent pas dans les règles et la description de l’univers est simplement noyée dans les différents chapitres du manuel, ce qui est bien dommage. En effet, on regrettera également l’absence d’index, qui aurait facilité la recherche. Ce point fait que nombre d’éléments restent assez flous comme la distinction (pourtant capitale) entre les phases se passant dans le monde réel et les phases se passant dans le monde des rêves, pour ne citer qu’un exemple. Finalement, le concept de monnaie dans le jeu, représentés par des billes ou des biscuits, tranche également avec le reste de la base et m’a laissé quelque peu perplexe.

Au final, Tiny est un jeu de rôle plein de promesses qui pourrait s’avérer être une merveilleuse porte d’entrée dans le monde du jeu-de-rôle pour de jeunes joueurs, mais qui pêche par son côté brouillon et ses règles difficiles à mettre en œuvre. Avec quelques petites adaptations cependant, Tiny s’avèrera très prenant et intéressant à jouer.

Le kit de démarrage

Pour ceux et celles qui s’intéresseraient à ce jeu de rôle, un Kit de démarrage est proposé gratuitement : ICI

Sources des images

Partagez

Vous aimerez peut-être...

1 Réponse

  1. 4 février 2019

    […] Jeux français : Friday Night’s Zombi, Tiny […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.