La Tour au delà des nuages

Une tour au delà des nuages, symbole d’espoir mais aussi de tristesse. Incarnation d’un pays déchiré à la suite d’une guerre perdue. Lieu où d’étranges phénomènes se produisent et cristallisation des rêves d’Hiroki, Takuya et Sayuri, trois amis qui désirent par dessus tout en percer les mystères. Ce film d’animation japonaise vous propose de découvrir une histoire qui se déroule dans un Japon parallèle, où celui-ci a payé un très lourd tribut pour sa participation à la Seconde Guerre mondiale.

Informations techniques

La jolie jaquette du DVD

  • Titre original : 雲のむこう、約束の場所: Kumo no muko, yakusoku no basho
  • Titre français : La Tour au delà des nuages
  • Date de sortie : automne 2004
  • Réalisateur : Makoto Shinkai
  • Editeurs : Kazé et Gaumont (DVD / Blu-Ray) ADN (Simulcast / Streaming)
  • Genre : Animation, Drame, Science-fiction
  • Origine : Japon
  • Durée : 88 minutes (1h28)
  • Langue : français

L’histoire en quelques mots

Dans un univers parallèle, le Japon a été divisé en deux à la suite de la Seconde Guerre mondiale. L’Union a ainsi annexé l’île d’Hokkaïdo – renommée Ezo – sur laquelle elle a fait bâtir une gigantesque tour qui s’étend au delà des nuages, alors que le reste du pays est passé sous la coupe des Etats-Unis. Cette tour, à la fois inquiétante et mystérieuse, est perçue de manière différente par chaque nouvelle génération de japonais, incarnant à la fois l’espoir et les souvenirs douloureux de la guerre.

Trois amis de la zone américaine, Hiroki, Takuya et Sayuri, sont fascinés par cette tour et rêvent de pouvoir un jour la rejoindre pour percer sa nature véritable. Pour ce faire, ils mettent au point un avion afin de voler jusqu’à elle et ainsi passer la mer qui les en sépare. Alors qu’ils se font la promesse d’y parvenir tous ensemble, la vie se chargera de contrecarrer leurs projets lorsque Sayuri disparaîtra sans laisser de traces. Mais cette disparition, aussi soudaine qu’inexpliquée, n’aurait-elle pas un rapport avec cette étrange tour, autour de laquelle d’étranges phénomènes se produisent ?

Le jeu des lumière qui prend une très grande importance dans le récit. Ici dans l’un des flashback

Avis de la Rédac’

Keul : Makoto Shinkai est assez connu dans le milieu de l’animation japonaise pour ses films comme « Voyage vers Agartha » ou encore « 5 centimètres par seconde » et possède un style très particulier qu’il est assez facile de repérer. La Tour au delà des nuages fait partie de ses premiers films et peut paraître un peu moins abouti que les autres quand on n’y regarde pas de plus près. L’histoire débute par une présentation de ce qui semble être des souvenirs, même si c’est assez difficile d’en être sûr jusqu’au quart du film. La lumière et le dessin quelque peu flou et les couleurs ternes donnent une ambiance assez particulière à cette première partie de l’histoire. La tour, presque omniprésente dans les plans d’importance, est évoquée mais on ne sait que très peu de choses dessus jusque vers la fin du film, ce qui sert à entretenir le suspens. Et on peut dire que l’auteur réussit cette partie avec brio, distillant avec efficacité les informations sans jamais en dire trop. Cependant le milieu de l’histoire souffre de quelques lenteurs et il est parfois difficile de faire la part entre le présent et le passé. Ajouté à cela des visions provenant de mondes parallèles qui peuvent également provenir du passé, du présent et du futur de ces mondes et vous aurez de quoi vous perdre. Mais au final, l’oeuvre est tout de même bien cohérente et possède un scénario qui – pour une fois – tient la route, même s’il souffre parfois d’excès de philosophie et de démagogie, surtout vers la fin du film. La musique – que certains trouveront trop présente – porte bien l’œuvre et certaines d’entre-elle comme « Sayuri’s Theme » sont absolument magnifique. A voir si vous avez l’occasion pour enrichir votre connaissance de l’animation japonaise.

Xefed : Certains présentent « la Tour au delà des nuages » comme un digne successeur aux films d’Hayao Miyazaki et d’autres n’hésitent pas à dire qu’elle les surpassent. Je vais certainement briser vos espoirs mais ce film ne saurait malheureusement ne serait-ce qu’égaler ces œuvres. Alors rendons quand même hommage à ce film, qui possède une magnifique musique et une histoire certes un peu difficile à suivre mais qui propose au moins quelque chose de différent. Le traitement des graphismes, tout en reflets de lumière et couleurs plus ternes pour les souvenirs, légèrement flous et presque en nuances de gris pour les visions des autres mondes, est joli et assez bien pensé, mais de là à dire qu’on retrouve le fantastique et l’ambiance d’un Château ambulant ou d’un Voyage de Chiiro, il y a un grand pas que je ne suis pas prête à franchir et que je ne franchirai jamais. Cette œuvre mérite cependant qu’on s’y intéresse et la voir ne pourra que vous faire passer un bon moment, alors je vous conseille de tenter l’expérience.

 

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *