Troquons

Troquons va permettre de révéler quel philosophe sommeille en vous. Vous avez droit à trois cartes pour créer un proverbe ; si vos cartes ne vous plaisent pas, il va falloir recourir au plus vieux système du monde : le troc !

La boîte du jeu Troquons

Informations techniques

  • Titre: Troquons : le jeu des proverbes à la fois génial et trop con…
  • Type : Jeu de carte, réflexion,
  • Créateur : Yves Hirschfeld
  • Édition : Le droit de perdre
  • Année: 2016
  • Nombre de joueurs : 3 à 9
  • Durée d’une partie : 20 à 40 minutes
  • Âge : à partir de 12 ans
  • État actuel : Disponible

Comment ça se joue ?

Chaque joueur se munit tout d’abord de sa carte de vote, qui lui permettra de juger les production de ses camarades. Ensuite, on bat séparément les trois paquets de cartes : sujet, verbe, morale. La partie de Troquons peut alors commencer.

Comme chaque carte est séparée en deux, un côté blanc et un côté bleu, les joueurs doivent au début de chaque tour se mettre d’accord : est-ce qu’on utilise le côté bleu de chaque carte ? Le côté blanc ? Ou un mélange, par exemple : sujet en blanc, et le reste en bleu ?

Une fois cela fait, chacun va piocher une carte dans chaque tas. Cela va donner un premier proverbe. Si le joueur est satisfait, il peut garder ses cartes. Sinon commence la phase de troc : les joueurs peuvent échanger des cartes entre eux autant de fois qu’ils le veulent, mais cela doit toujours être des échanges de cartes de même type : un sujet contre un sujet, etc. Chaque joueur peut également, une seule fois par tour, décider de défausser la carte dont il ne veut plus et en piocher une autre de même type. La carte rejetée est alors déposée au centre, face révélée, et n’importe qui peut décider de l’échanger contre une des siennes. La phase de troc continue jusqu’à ce que plus personne ne veuille (ou ne puisse) plus changer ses cartes.

C’est alors la phase du vote. Chaque joueur à son tour, en commençant « par celui qui a les plus belles chaussettes », lit son proverbe. Les autres votent ensuite avec leur carton : s’ils ont aimé, « génial », s’ils n’ont pas aimé « trop con », et les indécis peuvent décider de laisser simplement leur carte tomber en tourbillonnant et laisser le hasard décider. Si le proverbe reçoit une majorité de « génial », le joueur garde les trois cartes ; une majorité de « trop con », le joueur doit se débarrasser des trois cartes ; égalité, le joueur garde l’une des cartes et se débarrasse des deux autres.

Exemple de proverbe dans le jeu Troquons

Un exemple de ce que peut donner un proverbe avec un peu de chance.

A la fin du quatrième tour, la partie s’arrête et on passe au proverbe du siècle. Les joueurs reprennent toutes les cartes qu’ils ont gagnées au cours des quatre tours de jeu et compose un proverbe apte à révolutionner la philosophie. A noter que lors de cette phase, le joueur peut utiliser sans distinction le côté blanc ou bleu de chacune de ses cartes.

Lorsque chacun a terminé son œuvres, elles sont toutes, l’une après l’autre, présentées à une personne extérieure à la partie, qui devra alors désigner lequel est « le proverbe du siècle ». Pour citer les règles « Ce juge peut être une amie, un voisin, votre grand-mère au téléphone, un passant dans la rue (…) ». Il y a même possibilité d’écrire un email aux éditeurs du jeu si vous n’avez vraiment personne sous la main.

Avis de la Rédac’

Mikaua : Troquons est un jeu simple et qui demande très peu de temps de mise en place, c’est très facile de se faire une partie pour meubler une attente, par exemple. On ne le croirait pas avec un jeu de proverbes, mais on peut se retrouver avec des improvisations mémorables suivant la chance au tirage et l’inspiration des participants. Quant à la partie « proverbe du siècle », elle mène souvent à des envolées mémorables et de bons fou-rires, et ce d’autant plus si le juge final n’a strictement rien écouté de la partie en cours et qu’il tombe sur vos créations à froid. Un excellent jeu que je conseille vivement.

Keul : Si on peut bien reconnaître une chose à Troquons, c’est bien son humour absurde et les résultats pour le moins abracadabrantesques que les parties parviennent à produire. Et c’est bien là le gros point fort de ce jeu. Simple à comprendre, encore plus à mettre en place, on en arrive bien souvent, faute de pioche cohérente, à des citations pour le moins étranges mais toujours hilarantes. A tester sans hésitation.

Xefed : Je trouve le concept vraiment super. C’est simple à comprendre, facile à mettre en place et rapide à jouer mais sans être répétitif pour autant. Parfois les résultats sont un peu frustrants, les deux premières partie de la maxime obtenue jouant à la perfection pour se terminer sur une dernière partie complètement absurde, un peu comme un soufflé qui retombe pour provoquer crises de fou-rire et yeux levés au ciel. Si vous hésitez encore à vous lancer, c’est le moment ou jamais.

Sources des images

Particules.ch

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.