Valérian et la Cité des Mille Planètes

Film de science-fiction écrit par Luc Besson, Valérian et la Cité des mille planètes est une adaptation de la bande-dessinée française Valérian et Laureline, dessinée de Jean-Claude Mézières et Pierre Christin. Même si le film fait référence au tome 5 de cette bande-dessinée, soit l’Empire des mille planètes, le scénario exploite le tome 6, à savoir l’Ambassadeur des Ombres.

Informations techniques

L’affiche du film

  • Titre original : Valérian et la Cité des Mille Planètes
  • Date de sortie : juillet 2017
  • Durée : 137 minutes
  • Réalisateur : Luc Besson
  • Scénario : Luc Besson
  • Avec : Dane DeHaan, Cara Delevingne, Clive Owen
  • Société de production : EuropaCorp Distribution
  • Genre : Science-fiction, Aventure, Action, Fantastique
  • Nationalité : français

Résumé de l’histoire

Agents spatiotemporels, Valérian et Laureline font équipe pour maintenir l’ordre sur Alpha, une gigantesque métropole qui ne cesse de s’étendre au fil des siècles alors que toujours plus de races viennent s’y installer. Envoyés en mission pour récupérer un réplicateur – sorte de créature capable de dupliquer ce qu’elle absorbe – le duo découvrira que cette créature est étroitement liée à une menace qui pèse sur Alpha, la Cité des Mille Planètes. Alors que Valérian est victime de visions lui montrant la destruction d’une planète où les habitants semblent étrangement liés avec le réplicateur qu’ils recherchent, le duo découvrira que le pacifisme apparent de la Cité des Mille Planète est en fait bâti sur des mensonges et des secrets qu’il aurait mieux valu ne jamais découvrir, et qui pourraient non seulement mettre en danger Alpha, mais aussi tout l’univers.

L’intérieur de la Cité des Milles Planètes, tout en effets spéciaux impressionnants

Avis de la Rédac’

Keul : Présenté comme un blockbuster capable de rivaliser avec les films de science-fiction américains, doté d’un budget colossal (pour un film français du moins) de 170 million d’euros, Valérian et la Cité des Mille Planètes s’annonçait sous les meilleurs auspices. Alors le film relève-t-il le défi pour proposer une expérience nouvelle au spectateur ? Eh bien malheureusement non ! Visuellement, le film est très beau et on peut presque compter chaque centime investi dans les effets spéciaux. Mais on ne le dira jamais assez : ce ne sont pas les effets spéciaux qui font un bon film. Certes, cela permet de placer un cadre propice à la réussite du film, mais sans un bon scénario et jeu d’acteur, le film finit par devenir ennuyeux et c’est malheureusement ce qu’il se passe avec Valérian. Le scénario ne prend aucun risque, se contentant de reprendre ce qui a déjà été fait sans apporter aucune nouveauté. Piochant dans Avatar et le Cinquième élément, ainsi que dans plusieurs tomes de la bande-dessinée de laquelle il est adapté, Besson nous propose ici un film très irrégulier, haché même.

Le peuple des Pearl, dont le visuel n’est pas sans rappeler les Na’vis dans Avatar

Et ce n’est malheureusement pas le duo Dane DeHann et Cara Delevingne qui viendra relever le niveau avec leur jeu d’acteur monolithique et leurs expressions figées. A leur défense, le sérieux de l’intrigue ne laisse que très peu de place au développement des personnages et ce n’est pas la faible richesse des dialogues qui viendra les aider à développer un semblant de personnalité. Au final, on peine à s’attacher aux deux héros, ce qui est quand même la base de ce genre de films. Le film est donc en décalage total entre le visuel magnifique, les décors grandioses et les tenues bigarrées de différentes races de l’univers qui se présentent à nous, et son intrigue vide et insipide. Au final, Besson a une fois de plus pêché au niveau du scénario et du développement des personnages, proposant un visuel soigné mais qui n’a pas su sortir du cadre des cases de la bande-dessinée originale qui, elle, mérite réellement le détour.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *