Kaamelott – Premier Volet

Kaamelott – Premier Volet représente la première partie de ce qui, à terme, sera une trilogie. Ce film reprend l’histoire une dizaine d’années après les évènements survenus dans la série, à la fin du Livre VI, et nous propose de suivre le retour du Roi Arthur dans ce qui reste du royaume de Logres, désormais aux mains de Lancelot du Lac.

« Arthur ! Qu’est-ce à dire que ceci ?!? »

Kaamelott - Premier Volet

L’affiche du film

  • Titre : Kaamelott – Premier Volet
  • Année : 2021
  • Genre : Aventure, Comédie, Heroic Fantasy
  • Réalisateur, Scénariste : Alexandre Astier
  • Musique : Alexandre Astier
  • Production : Regular Production
  • Avec : Alexandre Astier, Franck Pitiot, Thomas Cousseau, Jean-Christophe Hembert, Anne Girouard, Sting
  • Origine : France
  • Durée : 120 minutes
  • Âge conseillé: 10+

« Évidemment qu’il est pas mort ; ca fait dix ans que je vous le dis, gros salsifi ! »

Le Royaume de Logres est désormais aux mains du chevalier Lancelot du Lac, qui s’est vu – selon la rumeur – remettre ce dernier des mains même d’Arthur Pendragon. La Table Ronde est détruite, Excalibur est replantée dans son rocher et plus personne n’a entendu parler de l’ancien roi depuis maintenant dix ans. Alors qu’une faible résistance s’organise pour tenter de renverser Lancelot, les Saxons à sa solde sillonnent les terres de Logres à la recherche des anciens chevaliers de la Table Ronde et de l’ancien roi pour les éliminer définitivement. Mais même si Arthur est bien décidé à rester caché, loin des histoires du Graal et de la Table Ronde, il semblerait que les Dieux en aient décidé autrement.

Kaamelott – Premier Volet personnage

Arthur est de retour, mais il n’est pas le seul

« La patience est un plat qui se mange sans sauce »

Il aura fallu être patient pour avoir la chance de pouvoir visionner ce premier volet de Kaamelott. En effet, les fans auront dû attendre plus de dix ans avant de pouvoir enfin retrouver le Roi Arthur et ses chevaliers de la Table Ronde dans de nouvelles aventures.

C’est en 2009, alors que le dernier épisode du Livre VI est diffusé, qu’Alexandre Astier confirme que la suite de la série se déroulera sous la forme de trois films qui viendront clore cette saga. Mais tout ne se déroulera pas aussi facilement que ce dernier l’espérait. À la suite de problèmes d’ayant droit, le projet est gelé durant de nombreuses années, au grand damne des fans qui attendaient avec impatience la suite des aventures du Roi Arthur. Il faudra attendre novembre 2015 pour que ce problème soit enfin résolu et que l’écriture puise reprendre.

La fin de l’écriture du scénario et le début du tournage débutent finalement en 2019 pour aboutir, mesures covid obligent – à une version finale en 2021.

Le retour de nombreux artistes de la série

Même si ces problèmes d’ayant droit ont été un frein au développement, la volonté d’Astier de faire un film sans compromis n’y est pas pour rien non plus. Astier a toujours dit que si Kaamelott le film devait voir le jour, ce serait avec les acteurs qu’il aurait choisi, filmé dans les lieux qu’il avait imaginé et tourné de la manière qu’il le souhaitait, quitte à ce que ce film ne voie jamais le jour. Au final, Kaamelott – Premier volet se présente exactement comme il le souhaitait et ce n’est pas pour nous déplaire.

Quant à la suite, même si Astier avoue qu’on « n’aura pas à attendre aussi longtemps que le premier » pour le second volet de Kaamelott, il avoue également que seules les grandes lignes des deux suites ont été écrites. Le second volet traitera de ce que chacun des membres de l’ancienne Table Ronde ont fait alors qu’Arthur était absent, mais aucune date de sortie n’est encore prévue pour le moment.

« La guerre, c’est de la musique »

Comme ce fut le cas pour la série télévisée, Alexandre Astier a tenu à composer lui-même la musique de son film. Le format cinéma lui a entre autres permis de proposer des thèmes plus épiques, qui ne sont pas sans rappeler le Seigneur des Anneaux ou Star Wars par moment, et qui permettent de donner une toute nouvelle ampleur à son film. Astier le dira lui-même au sujet de l’importance de la musique :

« Je pense que la musique ne déconne pas. Même si le film est une comédie, ce n’est pas la musique qui déconne. Ni les costumes ou les décors. Je pense pas qu’on puisse être rigolo avec les éléments qui entourent [les personnages]. La seule chose fragile et rigolote d’une comédie, pour moi, ce sont les acteurs et les personnages. Pour marquer cette fragilité du personnage de comédie, le reste doit être très solide, très fort. Avec le film, avec des moyens qu’on n’a jamais eus pour raconter Kaamelott, on a envoyé un peu du bois pour justement placer ces personnages dans une situation épique et de heroic fantasy appuyée pour qu’ils aient affaire à des événements trop forts pour eux. »

Alexandre Astier, 2020

« Halte là, manants de bon conseil ! Rebroussez malice à l’instant ou il vous en cuira. A l’étuvée »

A partir d’ici, on va parler du film et donc spoiler (divulgâcher si vous préférez le terme francophone) quelques éléments de l’intrigue. Si vous n’avez pas encore vu celui-ci, nous vous encourageons plus que vivement à la faire. Vous voilà prévenu, nous pouvons continuer

Keul : Même s’il aura fallu attendre plus de dix ans pour que ce film voie le jour, je n’étais pas inquiet pour le résultat et pour une simple et bonne raison : Astier. S’il y a bien une personne à qui on peut faire confiance pour ne pas dévier de son idée, pour ne pas faire de compromis et de fanservice inutile, c’est bien lui, et le moins qu’on puisse dire, c’est que le résultat est là. On y retrouve bien entendu nos boulets de la Table Ronde qui, même si dix ans se sont écoulés, n’en sont pas devenus moins bêtes pour autant mais c’est un réel plaisir que de retrouver Perceval et Karadoc et leurs proverbes plus tarabiscotés les uns que les autres. De revoir les Burgondes en train de hurler « Arthour !! » au pied de Kaamelott ou de découvrir les nouveaux chevaliers aux totems tout aussi improbables que le chevalier au Pancréas découvert dans la série. Mais même si l’humour de la série reste bien présent, le film est globalement plus sérieux et propose une approche plus posée et développée que celle-ci, avec des musiques orchestrales dignes des plus grands films de fantasy de ces dernières années, ce qui n’est pas pour nous déplaire. La mise en scène est également plus impressionnante, le format film aidant beaucoup et se permet des clins d’œil à d’autres séries. Les manœuvres des Burgondes en musiques rappelant Luky Luke par exemple. Finalement, le film arrive à se suffire à lui-même et saura ravir les fans de la première heure comme plaire à ceux et celles qui découvrent Kaamelott par son biais.

Sting dans le rôle du chef des Saxons

Xefed : Connaissant Astier, je m’attendais à tout et à rien avec ce film ; et même en m’attendant à tout, j’ai quand même été surprise en bien. J’adore sa manière de cacher des éléments d’intrigue de manière anodine dans une montagne de bêtises. J’adore aussi l’autodérision de la série qui se moque du temps que le Roi a disparu, faisant hommage au temps qu’il a fallu pour tourner ce Premier volet ou au roi Loth d’Orcanie qui – pour une fois – parvient à placer une citation latine juste et qui se reprend pour en citer une seconde qui, cette fois, n’a aucun sens dans cette situation. Au final, ce Premier volet est, comme l’avait annoncé Astier, très con d’un bout à l’autre, mais tout en gardant un propos cohérent jusqu’à la fin. Et ça, c’est beau !

Mikaua : Quand les sonneries de trompettes familières ont retenti dans la salle du cinéma, j’avoue, j’ai eu la chair de poule et un sourire de gamine un matin de Noël : enfin l’attente avait pris fin ! Alors oui, dix ans, c’est long, mais je peux dire aujourd’hui que ça valait bien la peine d’être patient. Alexandre Astier a eu mille fois raison de se battre pour avoir les droits et ainsi pouvoir faire ses films comme lui le voulait, sans personne derrière pour venir mettre le nez dans son scénario ou faire pression pour imposer un changement. Tout comme mon collègue Keul, je ne m’inquiétais absolument pas du résultat, du moment qu’Astier pouvait travailler librement, et je n’ai pas été déçue un seul instant. Les deux dernières saisons de Kaamelott avaient déjà donné un ton un peu plus sérieux, le film nous envoie tête la première, grâce aux décors et à la musique, dans de l’héroic-fantasy. Et pourtant c’est toujours Kaamelott, les personnages familiers, la même gouaille dans les répliques, et cet humour qui vient toujours à propos et n’est jamais forcé. Du scénario aux musiques, tout est estampillé “qualité Astier”, pour le plus grand plaisir de tous : que vous découvriez ou que vous connaissiez la moitié des répliques de la série par coeur, il n’y a pas à hésiter à aller voir ce film !

Bande annonce

Sources

Partagez

Vous aimerez peut-être...

1 Réponse

  1. 5 août 2021

    […] Notre roi Arthur a déjà prouvé qu’il avait beaucoup de ténacité quand il a une idée en tête, souhaitons qu’il obtienne gain de cause et qu’on puisse ainsi un jour voir cette si intéressante série prendre vie sur le grand écran ! C’est désormais chose faite avec l’annonce du film pour le 29 juillet 2020. Vous pouvez d’ailleurs découvrir notre avis sur ce dernier dans l’article suivant : Kaamelott – Premier Volet […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.