Miyazaki, l’homme qui ne s’arrête jamais

Documentaire biographique sur la retraite d’Hayao Miyazaki, « Miyazaki, l’homme qui ne s’arrête jamais » nous fait suivre la vie de tous les jours du génie de l’animation japonaise depuis l’annonce de sa retraite.

Informations techniques

L’affiche du documentaire

  • Titre original : Miyazaki, l’homme qui ne s’arrête jamais
  • Date de sortie : 2016
  • Durée: 75 minutes
  • Société de production : NHK World TV
  • Réalisateur : Kaku Arakawa
  • Pays d’origine : Japon
  • Langue : Anglais/Japonais / Sous-titré français
  • Sous-genre : Documentaire biographique

Le documentaire en quelques mots

Depuis qu’il a annoncé sa retraite en 2013, Hayao Miyazaki, créateur de chefs-d’œuvre comme « Mon voisin Totoro », « Princesse Mononoké » ou « Le Voyage de Chihiro » ne cesse de tourner en rond. Il ressasse depuis l’envie de créer un nouveau long-métrage, mais est sans cesse tourmenté par les nouvelles techniques d’animation vers lesquelles le Studio Ghibli s’est tourné ces dernières années. Doutant de lui-même et voyant ses capacités diminuer, il hésite à se lancer dans ce nouveau projet, craignant de ne pouvoir le mener à bien avant sa mort.

Le documentaire « Miyazaki, l’homme qui ne s’arrête jamais » nous fait suivre Miyazaki dans son quotidien durant près de trois ans, filmé par le réalisateur Kaku Arakawa signe le documentaire, autrefois stagiaire à Ghibli.

Avis de la Rédac’

Keul : Ce documentaire sur Miyazaki pourrait faire suite à la série « 10 Years with Hayao Miyazaki ». Calme, posé, typique du rythme de vie japonais, ce documentaire nous dévoile la vie de tous les jours du génie de l’animation alors âgé de 77 ans. Je trouve particulièrement intéressant de voir la vision du monde de l’animation de Miyazaki s’opposer aux nouvelles technologies d’animation informatique. C’est assez terrible de voir l’auteur confronté à sa mort prochaine et voir sa vision du monde disparaître petit à petit. L’auteur a d’ailleurs des phrases assez dures, comme « le monde approche de sa fin », ou, lorsqu’on propose d’engager de nouveau talents pour son prochain film, d’affirmer « il n’y a pas de nouveaux talents ». Pas sûr que les films qui ont fait la renommée du Studio soient toujours aussi magiques quand celui-ci aura disparu.

Sources

Si vous n’avez pas encore eu la chance de visionner ce documentaire, celui-ci est disponible sur le site : nhkworld

Source des images

https://www.lemonde.fr/

Partagez

Vous aimerez peut-être...

1 Réponse

  1. 21 août 2021

    […] Miyazaki: L’homme qui ne s’arrête jamais […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.