Ni no Kuni II – L’avènement d’un nouveau Royaume

Ni no Kuni II, l’Avènement d’un nouveau Royaume, vous propose de suivre les aventures du prince Evan, chassé de son royaume à la suite d’un coup d’état politique et obligé de reconstruire un nouveau royaume en partant de rien.

L’Avènement d’un nouveau Royaume est la suite de Ni no kuni : La Vengeance de la sorcière céleste et se déroule une centaine d’années après celui-ci.

Informations techniques

Comme toujours, voici quelques petites informations techniques sur le jeu :

La jaquette du jeu

  • Titre original : 二ノ国II レヴァナントキングダム
  • Titre anglais : Ni no Kuni 2 : Revenant Kingdom
  • Titre : Ni no Kuni 2 : L’avènement d’un nouveau Royaume
  • Série : Ni no Kuni
  • Éditeur : Bandai Namco Entertainment, Level-5
  • Développeur : Level-5
  • Scénariste : Akihiro Hino
  • Musiques : Joe Hisaishi
  • Consoles : Nintendo Switch, Playstation 4, Windows
  • Date de sortie : Mars 2018
  • Genre : RPG
  • Mode de jeu : Solo
  • Âge : 12+

Histoire

Après la mort aussi subite qu’inattendue de son père le Roi, le jeune Evan, Prince du Royaume de Carabas, est sur le point d’être nommé Roi. Malheureusement, son conseiller, Ratoléon, s’empare du pouvoir avant la cérémonie de couronnement en tentant de tuer le jeune prince. Ce dernier ne doit sa survie qu’à l’arrivée aussi subite qu’inexpliquée de Roland, le président d’un autre monde s’étant retrouvé catapulté à Carabas. Forcé à fuir, Evan est désormais exilé. Avec l’aide de Roland, il va devoir repartir de zéro et construire un nouveau Royaume tout en apprenant à devenir un souverain juste et respecté. Mais si le coup d’état dont il a été victime n’était en réalité être qu’une petite partie d’une menace bien plus grande encore ? Evan serait-il alors en sécurité dans ce nouveau royaume qu’il vient de bâtir, ou lui faudra-t-il combattre pour défendre sa vie et celle de ces amis  ?

Construisez votre propre royaume

Politique, guerre et voyage initiatique

Si Ni no Kuni II, l’Avènement d’un nouveau Royaume, peut paraître quelque peu enfantin de prime abord avec ses graphismes proches des autres œuvres du studio Ghibli, les thèmes abordés n’en sont pas moins sérieux. Entre la trahison, la politique, la guerre, le racisme et la xénophobie et autres thèmes comme le sacrifice, la ségrégation et plus encore, on peut dire que ce jeu se place dans la lignée de son prédécesseur. Ces thèmes s’articulent autour de la quête initiatique d’Evan, qui va découvrir que ses idées de paix et d’harmonie sont loin d’être faciles à mettre en place et que, même s’il ne désire pas la guerre, les autres Royaumes le forceront à se défendre. Entre moments de doute et résolutions nouvelles, Evan n’aura pas la tâche facile pour développer son nouveau Royaume et ses compagnons d’aventure.

Système de jeu

Ni no Kuni II, l’Avènement d’un nouveau Royaume, est ce qu’on peut qualifier de J-RPG. Vous évoluez dans un monde ouvert en vous déplaçant sur une carte à la troisième personne. Sur celle-ci, divers lieux apparaîtront comme des cités, des forêts, des grottes et plus encore. Avec le temps, vous obtiendrez divers moyens de transport vous permettant d’accéder à des zones plus reculées et découvrir de nouveaux lieux.

Des décors bucoliques

Les monstres apparaissent sur cette carte du monde et vous pouvez décider de les affronter ou non. Leurs niveaux sont indiqués en couleur au-dessus d’eux. Vert signifie qu’ils ne représentent pas une grande menace, blanche, qu’ils correspondent à votre niveau, orange qu’ils représentent un danger et rouge, que le niveau est quasiment trop haut pour vous. Vous pouvez choisir de fuir les monstres, mais sachez qu’à part les monstres en vert qui vous fuiront, les autres vous pourchasseront pour engager le combat. S’ils parviennent à vous rejoindre alors que vous fuyez, vous serez considérés comme pris au dépourvu et débuterez le combat avec des monstres qui attaqueront directement.

Parlant des monstres, il est temps de parler des combats qui occupent, comme dans presque tous les J-RPG, une grosse partie du jeu. Ceux-ci avaient posé de gros problèmes dans le précédent opus et ont, fort heureusement, été totalement remaniés. Ceux-ci prennent une dimension stratégique nouvelle et nécessiteront de bien maîtriser les différents enchaînements et alternances d’attaques pour mener à bien ceux-ci. Affronter un ennemi qui apparaît sur la carte ne veut par dire que vous vous retrouverez à ne combattre qu’un adversaire. Ceux-ci peuvent apparaître par groupe de 10-15.

Des combats dynamiques contre de puissants monstres

Pour vaincre un adversaire, vous pourrez avoir recours à des coups faibles, des coups puissants, des attaques spéciales et des sorts de magie. Les deux premiers servent à remplir la jauge de PM, qui vous permettra d’employer les deux autres types d’attaques.

En plus de cela, vous êtes accompagnés des Mousses, sorte de petits esprits élémentaires de la nature et qui vous permettront d’employer des compétences spéciales pour blesser vos ennemis, les affaiblir, ou plus simplement vous soigner ou vous booster.

Les fameux Mousses qui vous accompagneront lors de vos aventures

Mode Royaume

Le mode Royaume est quelque peu particulier car il vous propose de gérer le développement d’Espérance, votre nouveau Royaume, son extension, mais aussi sa croissance économique. Le Mode Royaume peut paraître peu important pour l’histoire et nécessiter beaucoup de temps à son développement, et puis toutes les recherches que vous y ferez nécessiteront un investissement en argent mais aussi en temps.

Argent du Royaume

L’argent du Royaume est différent de celui que vous récupérez au cours de vos aventures. Impossible donc de partir à la chasse aux monstres en espérant gagner suffisamment d’argent pour vos recherches. L’argent nécessaire provient directement de la production économique de votre Royaume. Plus celle-ci est élevée et plus l’argent généré est important. Mais vos coffres ne sont pas infinis et peuvent être totalement remplis si vous n’y prenez pas garde. Il vous faudra donc revenir fréquemment dans votre Royaume pour récupérer l’argent produit. Avec le temps, vous pourrez améliorer la contenance de vos coffres pour éviter les trop nombreux allers-retours.

Objets d’amélioration

L’un des gros avantages à développer son Royaume réside dans le fait de pouvoir effectuer des récoltes dans des mines, potagers et autres scieries qui vous fourniront des matériaux de qualité pour l’amélioration de vos armes et armures. Pour ce faire, vous devrez assigner certains personnages préalablement recrutés dans ces lieux et venir ponctuellement rechercher votre matériel récolté. Comme pour l’argent, le nombre d’objets stockables dans vos coffres est limité et vous devrez revenir dans votre Royaume pour les récupérer.

Le Mode Royaume permet d’effectuer des recherches ou de collecter des objets

Les recherches

Une fois les bâtiments installés, vous pourrez effectuer différentes recherches technologiques, martiales ou magiques afin de gagner certains bonus, nouveaux sorts, armes et armures. Ces recherches sont très importantes si vous désirez développer pleinement le potentiel de vos personnages et apprendre les techniques plus développées de ceux-ci. En plus de l’argent, ces recherches prennent du temps réel pour arriver à terme. Si une recherche prend 10 heures pour parvenir à terme, alors il vous faudra réellement attendre 10 heures pour la mener à bien. Ajouter des personnes compétentes dans les bâtiments de recherche permet de diminuer le temps. Vous pouvez également payer avec l’argent de votre royaume pour accélérer celles-ci.

Recruter de nouveaux habitants

Bien entendu, votre nouveau Royaume ne pourra pas fonctionner sans des habitants pour le peupler. Vous pourrez, soit lors de missions propres, soit lors de quêtes annexes, recruter des personnages qui viendront faire profiter votre Royaume de leur savoir et connaissances particulières. Sachant que certaines recherches nécessitent deux ou trois talents particuliers pour être développées, cette partie recrutement est importante. Plus votre population est grande et plus vous pourrez attribuer de monde aux lieux de récolte et ainsi gagner nombre d’objets d’amélioration bien utiles. En tout et pour tout, vous pourrez recruter 100 personnes pour votre nouveau Royaume.

Mode Bataille

Le Mode Bataille est un système d’affrontement stratégique simulant des guerres entre votre Royaumes, des pays voisins ou des envahisseurs. Il s’agit d’un jeu de STR (Stratégie en Temps Réel). Votre héros évolue entouré de trois escadrons et se lance à l’assaut de ses adversaires. Il existe différents types d’escadrons : les lanciers, les marteaux et les épées pour les trois de base. A ceux-ci viennent s’ajouter les archers, les grenadiers, les défenseurs et les magiciens, voire quelques autres encore. Basiquement, le système de combat se base sur un triangle des efficacités. Les lances sont fortes contre les épées, les épées contre les marteaux, et les marteaux contre les lances.

Un système de combat simple mais efficace

Vous pouvez pivoter vos escadrons durant l’assaut pour mieux gérer l’efficacité.

Votre puissance est représentée par des points de royaume, qui sont un équivalent des points de vie. A chaque attaque, vous en perdez quelques-uns mais vous pouvez gagner de la puissance en détruisant des camps adverses ou en terrassant certains monstres puissants. De même, certains lieux peuvent vous redonner de la puissance. Si vous arrivez à 0, vous perdez la bataille mais il n’est pas toujours nécessaire d’amener votre adversaire à 0. Parfois, remplir les objectifs est suffisant pour mettre un terme à la bataille.

Les combats lors des guerres offrent un gameplay bien différents de ceux avec vos héros

En plus de cette affinité qui influence les attaques de vos escadrons, chacun d’entre eux possède une attaque spéciale qui vous consommera de la puissance. A vous de bien choisir vos trois escadrons en fonction des ennemis à combattre durant la guerre.

Chaque bataille est représentée par un niveau qui vous indique la puissance de vos adversaires. Vous pouvez cependant choisir de dépenser des pièces de monnaie de votre Royaume pour booster votre équipe (puissance, résistance, vitesse de déplacement et de recharge de compétence, etc.) ou, au contraire, développer la puissance de vos ennemis pour rendre le challenge plus intéressant.

Avis de la rédaction

Keul : J’ai adoré ce nouvel opus, plus encore que le précédent. Entre la musique qui est tout simplement magnifique, la variété des phases de jeu, l’histoire digne d’un Ghibli et les personnages charismatiques, on n’est vraiment pas déçu par Ni no Kuni II, l’Avènement d’un nouveau Royaume. Mais ce second opus n’est pas exempt de défaut malheureusement.

Ce qui m’a posé quelques problèmes, ce sont les designs. Avant de développer, il faut savoir que les graphismes des villes et zones de la quête principale sont absolument magnifiques, fourmillent de détails en tout genre et son maîtrisés d’un bout à l’autre. Cependant, dès qu’on s’attaque aux quêtes secondaires, on constate que certaines grottes et autres donjons se ressemblent, voir même sont parfaitement identiques, ce qui est bien dommage.

Des combats épiques contre de puissants Boss

Concernant les combats, ceux-ci sont trop simples selon moi. En plus des Mousses et de vos diverses compétences, vous pouvez vous booster avec votre Royaume et l’égaliseur (octroyant des bonus contre certains monstres). A vrai dire, même combattre des monstres apparaissant en rouge devient simple et les butins apparaissant sont à la hauteur des monstres vaincus. Finalement, on se retrouve avec des armes possédant 250 d’attaque alors que les monstres classiques ne dropent que des équipements à 30-40 d’attaque. A part les monstres possédant une aura ténébreuse, les combats sont trop simples, ce qui diminue un peu le fun de l’aventure.

Les guerres dans le mode bataille m’ont assez vite lassé. Sans parler du fait que vos escadrons sont trop faibles (du moins en apparence) par rapport aux autres rencontrés, difficile de ne pas trouver les combats répétitifs. Je dis “en apparence” parce qu’au final, un escadron niveau 20 peut facilement en terrasser un niveau 40 et sans même transpirer. J’ai remporté plusieurs guerres niveau 60 et plus avec des escadrons niveau 30 en dépensant quelques pièces de Royaumes pour combler le manque de puissance.

Néanmoins, je reste sur un bon sentiment final concernant Ni no Kuni II, l’Avènement d’un nouveau Royaume. J’y ai passé plus de 200 heures dessus, entre le mode histoire, les quêtes secondaires, le mode royaume et les différents suppléments proposés. Je ne peux donc que vivement le recommander.

Xefed : C’est assez rare que je me prenne autant dans un jeu. J’ai croché très rapidement, comme pour le premier opus d’ailleurs, et je n’ai pas vu le temps passer. Déjà que les graphismes sont absolument magnifiques – on a vraiment l’impression de jouer dans un Ghibli – et que le scénario tient la route, mais en plus on vous donne l’occasion de gérer votre Royaume depuis le départ. Tous les ingrédients étaient réunis pour que je plonge dans ce jeu pour des heures et des heures. Cerise sur le gâteau, les musiques sont absolument magnifiques et posent une ambiance fantastique dès les premières notes de l’introduction du jeu. Alors certes, on pourrait râler sur l’équilibrage des combats qui, dès qu’on a compris le système, deviennent un peu facile (comme dans la majorité des jeux finalement) et de quelques longueurs au niveau des quêtes annexes, mais finalement, je pense que Ni no Kuni II, l’Avènement d’un nouveau Royaume, est un petit chef d’œuvre à côté duquel il ne faut pas passer.

Bande annonce

Sources des images

Partagez

Vous aimerez peut-être...

1 Réponse

  1. 17 août 2021

    […] Ni no kuni II : L’Avènement d’un nouveau royaume […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.