Spirit Chronicles nous fait suivre les aventures de Haruto, un jeune japonais qui voit son esprit rejoindre le corps d’un enfant d’un autre monde lorsqu’il décède. Il va alors devoir apprendre à vivre dans un nouveau monde, au risque de voir son identité de mêler à celle de son nouveau corps.

Informations techniques

Le visuel de la série

  • Titre original : 精霊幻想記Seirei Gensōki
  • Titre français : Spirit Chronicles
  • Date de sortie : juin 2021
  • Réalisateurs : Osamu Yamasaki
  • Scénariste : Osamu Yamasaki
  • Musiques : Yasuyuki Yamazaki
  • Studio d’animation : TMS Entertainment
  • Genre : Action, Aventure, Fantastique, Isekai, Shōnen
  • Origine : Japon
  • Licence : Crunchyroll
  • Saisons : 1
  • Épisodes : 12
  • Durée moyenne par épisode : 24 minutes
  • Statut : en cours
  • Age : 14+

L’histoire en quelques mots

Même s’il n’est pas spécialement intéressé par les femmes, le héros sera entouré de jolies demoiselles

Haruto Amakawa est un jeune japonais qui est hanté par le souvenir de son amie d’enfance perdue. Désirant plus que tout la retrouver, il meurt dans un accident avant d’y parvenir et voit son âme et ses souvenirs projetés dans le corps de Rio, un jeune garçon orphelin vivant dans les bidonvilles du royaume de Beltrum.

Les deux âmes doivent alors apprendre à vivre ensemble, les souvenirs et les expériences se mélangeant au point que Ron/Haruto ne savent bientôt plus qui ils sont réellement. Mais difficile de concilier deux âmes avec des origines et des valeurs si diamétralement opposées. Et pour ne rien arranger, la cohabitation des deux esprits semble avoir éveillé d’étranges pouvoirs qui pourraient bien changer la vie de notre héros, ou alors lui apporter des ennuis bien pire que de de vivre dans la pauvreté des bidonvilles.

Mélanger les âmes plutôt que réincarner

Haruto Amakawa dans sons ancienne vie au Japon

Ce qui frappe dans Spirit Chronicles, c’est la manière d’amener le héros dans son nouveau monde. Le genre Isekai est plutôt expéditif, avec la mort du héros et sa réincarnation. La série ne fait pas exception à la règle, même si elle se moque un peu du genre. En effet, alors que le héros voit approcher une camionnette fonçant à toute allure dans sa direction alors qu’il traverse la route, le spectateur s’attend à ce qu’elle soit – une fois de plus – responsable de la mort de celui-ci comme dans de très (voire trop) nombreuses séries du genre. Mais au final, celle-ci passe sa route et c’est un autre évènement qui projettera le héros dans son nouveau monde.

Pas de réincarnation cependant dans Spirit Chronicles, mais plus une assimilation des souvenirs et de l’âme du héros par un habitant de ce nouveau monde. Ce dernier pourra alors employer ces derniers pour sortir de la condition précaire dans laquelle il se trouve. On remarque cependant que cette assimilation des souvenirs est bien plus que cela car le comportement et la manière de penser de celui qui les reçoit change, le faisant douter parfois de sa propre identité.

Rio, le jeune garçon dans lequel Haruto se retrouve incarné

Avis de la Rédac’

Keul : J’ai trouvé l’approche du genre Isekai de Spirit Chronicles assez intéressante. Le fait le héros se retrouve « mélangé » à la vie d’un habitant de ce nouveau monde donne du relief au personnage et peut amener des éléments très intéressants. L’interrogation de ce dernier sur son identité, sur ses nouveaux souvenirs est très bien traitée, du moins dans les premiers épisodes, même si on a l’impression que le jeune garçon qui récupère les souvenirs s’efface petit à petit pour laisser la place au « héros » de l’histoire.

De temps à autres cependant la colère et l’esprit de vengeance de la personnalité de Ron lui permettent de refaire surface, provoquant des situations aux antipodes du comportement posé, calme et réfléchi qui lui est en quelque sorte imposé par les souvenirs dont il a hérité.

Mais c’est malheureusement trop peu pour que la série se démarque des autres Isekai car Spirit Chronicles tombe dans de nombreux clichés du genre. Le héros réussi tout ce qu’il entreprend et, dès qu’il parvient à maîtriser ses pouvoirs, rien ne peut plus l’arrêter. Avec la connaissance de son ancienne vie, la vitalité de son nouveau corps, l’entraînement et l’enseignement reçu durant sa jeunesse et ses facultés hors norme, il n’y a plus réellement d’espoir de voir un adversaire à la taille du héros.

Côté animation, la série se contente du minimal et plusieurs erreurs de proportions viennent gâcher le rendu final du visuel qui n’est au demeurant pas si mal comparé à d’autres séries.

Pour conclure, cette série tombe malheureusement dans le piège de bien d’autres Isekai en faisant de son héros une machine de guerre imbattable, lisse et sans failles. L’auteur l’a d’ailleurs bien compris lorsqu’il fait revenir la personnalité de Ron dans le dernier épisode pour réorienter son héros vers la vengeance et la colère, émotions qui avaient totalement disparu depuis les premiers épisodes. Mais est-ce assez pour sauver la série ? Réponse lors de la saison 2.

Bande annonce

Sources