Star Trek – Discovery

Star Trek – Discovery nous fait suivre les aventures de l’équipage de l’USS Discovery, un vaisseau spatial de la Fédération parti pour explorer les confins de l’espace connu et résoudre des mystères scientifiques encore inconnus jusque là.

Informations techniques

Le visuel de la saison 1

  • Titre : Star Trek – Discovery
  • Date de sortie : Septembre 2017
  • Création : Bryan Fuller, Alex Kurtzman
  • Production : Geoffrey Hemwall, April Nocifora, Aaron Baiers, Jill Danton, Rod Roddenberry
  • Musiques : Jeff Russo et Alexander Courage
  • Avec : Sonequa Martin-Green, Jason Isaacs, Doug Jones, Michelle Yeoh
  • Genre : Aventure, Drame, Science-Fiction
  • Licence : Star Trek
  • Origine : Etats-Unis
  • Saison(s) : 3
  • Épisodes : 42
  • Durée moyenne par épisode : 43 minutes
  • Statut : en cours
  • Âge : 16+

L’histoire en quelques mots

Élevée par une famille vulcaine à la mort de ses parents, Michael Burnham est devenue une scientifique de renom, diplômée de la prestigieuse Académie de sciences malgré sa nature humaine. Des années plus tard, en l’an 2256, elle est nommée Premier officier à bord de l’USS Shenzhou, un vaisseau de Starfleet commandé par le capitaine Philippa Georgiou. Mais lorsqu’elle est confrontée à un vaisseau Klingon, elle désobéit aux ordres de son capitaine et provoque un incident diplomatique menant à une guerre entre les Klingons et la Fédération. Condamnée par la cour martiale et exclue de Starfleet, Michael est emprisonnée pour purger une peine a perpétuité. Mais alors que six mois seulement se sont écoulés, elle est transférée dans le vaisseau l’USS Discovery conduit par le capitaine Gabriel Lorca, qui a de grands projets pour elle.

L’USS Discovery

Voyage dans le temps et dans un univers miroir au programme

La série ne fait pas dans la dentelle quant aux thèmes choisis. Voyages dans le temps ou dans un univers miroir sont au programme, et nous savons tous à quel point il est difficile de garder le cap quand on traite de ce genre de thèmes. Une seule erreur et vous créez paradoxes et incohérences que les fans de la série n’auront de cesse de pointer du doigt. Force est de constater que la série parvient à éviter ces problèmes grâce à une excellente connaissance de l’histoire des autres séries précédentes et suivantes.

L’arrivée de Spock dans la série

Et dans la chronologie, ça donne quoi

Discovery est quelque peu particulière comme série, puisqu’elle se place à deux endroits dans la chronologie de l’univers de Star Trek. Ceci s’explique par le saut dans le temps fait entre la fin de la saison 2 et le début de la saison 3. La série est précédée de Star Trek: Enterprise et est suivie par Star Trek: Picard

Avis de la rédac’

Keul : Dès le départ, la série partait avec un gros poids à porter. En effet, celle-ci se déroule avant la série des années 60, mais avec des moyens de mise en scène du 21ième siècle. Incohérences et fan service auraient donc pu ruiner la série avant même qu’elle ne débute. Ces doutes semblaient se confirmer en début de saison 2 avec le retour de Spock et du capitaine Pike, et l’avancement de la timeline qui faisait arriver Discovery directement vers les séries et films préexistants. Mais grâce au saut dans le futur – de plus de 900 ans – la série a pu éviter cet écueil pour se réapproprier une partie de l’univers de Star Trek sans risquer de froisser les fans de la licence. Dans cet univers « tout neuf » et surtout vierge de toute aventure, Discovery avait donc tout le loisir de s’épanouir en enrichissant le lore de cet univers déjà fort bien développé. En tout cas, c’était le cas sur le papier car force est de constater que la dernière saison, qui devait renouveler la série, revient sur des bases connues, et ne propose, au final, rien de très neuf. Autant les deux premières saisons m’ont bluffé, autant la saison 3 m’a un peu déçu. La pénurie de Dillitium revoie à sa série d’origine, où sa possession était rare et source de pouvoir. Les héros ressassent les mêmes problèmes pourtant réglés dans les saisons précédentes et le grand méchant de la dernière saison n’en est pas réellement un. Bien dommage, même si certaines idées sont bonnes et méritent d’être gardées. Reste que j’ai bien apprécié cette série et que j’ai hâte de voir ce que donne la saison 4.

L’équipe de l’USS Discovery

Xefed : Autant le dire tout de suite, je ne suis pas fane de Star Trek. Voilà, c’est dit ! Cependant, je dois dire que j’ai croché à cette série. Je me suis prise au jeu et j’ai vraiment apprécié. Les personnages sont bien écrits, le scénario tient la route et évite les pièges classiques du voyage dans le temps. Finalement, les effets spéciaux et les mises en scènes sont efficaces et bien maîtrisées. Pour une fois qu’une série SF autre que Stargate m’intéresse, ça méritait que je donne mon avis. Je rejoins Keul sur la saison 3, qui manque le coche même si tout n’est pas bon à jeter. Le personnage de Phillipa Georgiou sauve la mise selon moi, tout comme elle apportait un réel plus dans la saison précédente. Je ne sais pas si la saison 4 nous proposera quelques chose de nouveau et je ne connais pas assez le lore de l’univers pour me permettre de juger. Tout ce que je peux dire, c’est que la série m’a plu pour ce qu’elle est et c’est déjà pas mal en soi.

Bande annonce

Sources des images

Partagez

Vous aimerez peut-être...

1 Réponse

  1. 4 juillet 2021

    […] Star Trek – Discovery […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.